• Titre : «la fille du train»
    Auteure : Paula HAWKINS
    Genre : polar/thriller
    Éditions : Pocket
    Année : 2015
    Nombre de pages : 453

    Quatrième de couverture :

    Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : à 8 h 04 le matin, à 17 h 56 le soir. Et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l’être par le passé, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte.Jusqu’à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. La jeune femme aurait-elle une liaison ? Bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, Rachel décide d'en savoir plus. Quelques jours plus tard, elle découvre avec stupeur la photo d'un visage familier à la Une des journaux : Jess a mystérieusement disparu...

    Mes impressions :

    L' héroïne de ce Roman s'appelle Rachel, une jeune femme d'une trentaine d'années. Depuis deux ans elle vit en colocation avec Cathy....Elle travaille à Londres et chaque jour dans le train qui l'amène d'Ashbury à Londres et qui la ramène le soir, son esprit divague, elle imagine des histoires notamment sur les gens qu'elle croise... mais pas seulement.... il suffit qu'elle voie une pile de vêtements non loin des rails pour qu'elle perde le contrôle de ses pensées, son cerveau est alors en mode surchauffe....
    C'est une jeune femme fragile : il y a deux ans, elle était mariée à Tom, puis ils ont divorcé après que Tom ait rencontré Anna.
    Rachel avait commencé à boire après plusieurs tentatives et échecs de procréation. Elle avait vraiment envie d'avoir un bébé avec Tom....seulement, cela n'a pas fonctionné. Tom s'est senti négligé....c'est pourquoi il a quitté Rachel. Depuis elle est aux prises avec le désespoir. Elle n'arrive pas à surmonter sa peine, d'autant plus qu'Anna a eu un enfant avec Tom. Ils vivent désormais dans la maison qu'occupaient Tom et Rachel.
    Non loin de là au numéro 23, vivent Scott et Megan (qu'elle rebaptise Jess et Jason). Ce couple semble heureux. Rachel se met à leur inventer une histoire, une vie, un statut, chaque fois qu'elle les aperçoit à travers la fenêtre du train... mais un jour, elle apprend la disparition de Megan ! Et c'est alors qu'elle va se mettre en tête de trouver pourquoi et comment elle a disparu !
    Elle va être d'abord entendu comme simple témoin mais elle va finir par s'investir et tenter de comprendre ce qui s'est passé. Cependant le lecteur suit ses démarches sans pouvoir s'y fier car elle est toujours sous l'influence de l'alcool, ce qui altère souvent ses raisonnements lesquels, quand même, finissent par devenir pertinents voire rationnels.

    Ce roman policier est judicieusement construit, à la manière d'un journal intime. Rachel, Anna, et Megan, s'expriment tour à tour. Suite au drame de la disparition d'Anna, l'intrigue va se développer remarquablement sur un scénario maîtrisé qui va laisser la place au doute, aux remises en question, aux remises en cause. Rachel va tenter de réunir des preuves, des faits de façon méthodique, elle va jouer sans le vouloir à l'inspecteur en charge de l’enquête. Non sans mal car elle doit faire avec les vapeurs de l'alcool qu'elle ingurgite au quotidien. Cette jeune femme m'a touchée, car elle semble livrée à elle-même, aux impressions que les autres lui renvoient de son corps et sa façon d'être souvent pathétique.
    Ce roman décrit l’obsession d'Anna à découvrir la vérité, elle va même parfois se mettre en danger.
    La trame de ce roman est un puzzle : chaque personnage apporte sa pièce et les doutes s'immiscent.
    Au début, nous nous disons que ce roman décrit la vie de gens banals, des gens comme vous et moi... Rachel tente de se divertir, de sortir de son marasme en imaginant la vie des autres, mais ce petit jeu va finir par la hanter.
    Chaque personnage de ce roman est singulier, il a quelque chose de pervers, des secrets, des vies cachées, un passé douloureux voire tumultueux, troublé et troublant.
    Ce qui est fort dans ce roman c'est qu'à chaque page, les choses évoluent mais pas forcément comme je m'y attendais ! L'auteure brouille les pistes sous la ténacité de Rachel, jeune femme fort impliquée. Sa détermination, sa position ambiguë, sa personnalité nous gardent dans l'incertitude jusqu'aux dernières lignes.
    Ce thriller est époustouflant. Le récit et la psychologie de ces trois femmes nous font douter et nous perdent dans les méandres de l'esprit humain. 

    Le rythme est soutenu ce qui permet de garder le suspense intact jusqu'aux dernières pages.
    L'écriture est fluide, sans difficulté de lecture.
    Steven Spielberg en a même fait un film que je n'ai pas eu l'occasion de voir....
    Un très bon polar !

    Bande Annonce Ci-dessous

     

     


    4 commentaires
  • Titre : « l'homme qui voulait vivre sa vie »
    Auteur : Douglas KENNEDY
    Genre : thriller psychologique/Policier
    Éditions : Pocket
    Année : 2010
    Nombre de pages : 497

    Quatrième de couverture :

    Un poste important, une vaste maison, une femme élégante, un bébé : pour tout le monde, Ben Bradford a réussi.
    Pourtant à ses yeux, rien n'est moins sûr : de son rêve d'enfant – être photographe – il ne reste plus rien. S'il possède les appareils photo les plus perfectionnés, les occasions de s'en servir sont rares. Et le sentiment d'être un imposteur dans sa propre existence est de plus en plus fort..

    Mes impressions :

    Je ne suis pas à la première lecture de cet auteur que j’apprécie.
    Il écrit des histoires souvent touchantes et prenantes. Ce que j'apprécie chez lui c'est qu'il sait faire parler la psychologie de ses personnages et nous glisse d'emblée dans l'ambiance de ses romans....

    Ben est un homme comblée, marié à une belle femme Beth, deux enfants, une vaste maison, un métier dans lequel il est reconnu.... malgré l'image qu'il donne d'un homme heureux, il ne l'est pas.
    Sa femme est de plus en plus distante, ils n'ont plus les mêmes aspirations ni les mêmes désirs et ambitions de vie....et il éprouve des difficultés avec le caractère de ses deux enfants en bas âge Adam 4 ans et Josh 9 mois....
    Il aurait voulu être un grand photographe mais son père l'a poussé à faire des études de droit... Aujourd'hui il ne se sent ni à sa place, ni épanoui....Il est même jaloux de son voisin Gary, avec lequel il partage la même passion, celle des images et des prises de vues.
    C'est alors qu'il apprend que sa femme le trompe... ce sentiment de trahison va le pousser à commettre l'irréparable. Est-ce la cause ou la conséquence ? Son geste est-il une façon inconsciente de pouvoir se dire qu'enfin il va pouvoir profiter de cette trahison pour mener la vie qu'il rêvait ou est-ce que son geste est celui d'un homme désespéré  ?
    Je n'ai pas très bien ressenti le besoin de changer de vie de cet homme dans la narration.
    J'ai surtout ressenti un homme blessé dans son amour-propre, qui étouffe et qui a besoin de liberté. Et dans un geste fou il va aller au-devant de répercussions inéluctables, irréparables. 

    Le personnage de Ben est excellemment travaillé, ainsi que la mise en scène et les suites de son coup de folie !
    Seulement je ne suis pas parvenue à m'attacher à ce personnage , sûrement parce qu'il montre une résistance à toutes épreuves. Il semble assumer son geste et c'est ce qui me dérange. Il arrive à vivre avec et surtout à se reconstruire... loin des siens.
    Sa culpabilité est minime, même si parfois il a des remords et la peur qui le ronge. Il reste instable.... jusqu'à la dernière page....
    Le style de Douglas Kennedy est toujours aussi agréable. J'aime sa façon de décrire ses personnages dans leur façon d'être et de penser.
    Il maîtrise parfaitement la toile de fond de son scénario. Les rebondissements sont nombreux et parfaitement contrôlés. Les émotions et les sentiments sont fort bien décrits ainsi que les risques que prend Ben et l'inversion du destin pour cet homme singulier. Tout cela induit par une réflexion sur le sens de la vie, celle que l'on subit, et celle que l'on choisit..

    J'ai cependant été un peu perturbée par le rythme inégal de ce livre. Ces écarts et l'alternance de cadence entre les scènes, peuvent néanmoins tenir en haleine le lecteur.
    J'ai noté quand même quelques longueurs, des scènes un peu trop difficiles pour l'âme sensible que je suis. De même le « crime » de Ben est presque parfait mais un peu tiré par les cheveux......
    Son destin l'amènera finalement a sa passion de la photo mais pour combien de temps ? Devra t-il sans cesse fuir ….

    Ce roman nous parle de la perception de notre vie, des choix que nous faisons, que parfois nous regrettons.
    Est-il mieux de suivre ses rêves et prendre des risques ? Ou alors choisir la stabilité, l'assurance d'une vie bien réglée.... Ben lui choisira de changer d'identité et devenir un autre....Il va se servir des moyens qu'offre la société pour se "faire oublier". 

    En résumé, c'est un bon roman, prenant mais avec quelques soucis de rythme.

    Un film a été tiré de ce roman....

     

     


    4 commentaires
  • Titre : «  Origine suspecte »
    Auteure : Patricia MACDONALD
    Genre : Thriller
    Éditions : Le livre de poche
    Année : 2003
    Nombre de pages : 508

    Quatrième de couverture :

    Après la disparition de Greta dans l'incendie de sa maison, les soupçons de la police se portent très vite sur son mari, Alec, au grand désarroi de leur fille, Zoé. Emue par le désespoir de sa nièce, et inconsciente du danger qui la guette, Britt, la sœur de Greta, décide de mener son enquête. La vérité passera par la découverte d'un douloureux secret familial... L'auteur d'Un coupable trop parfait et de Dernier refuge distille l'angoisse comme nul autre. Avec cette histoire rigoureusement construite, hantée par des personnages doubles, la reine du thriller psychologique nous entraîne une fois encore, de fausses pistes en rebondissements, jusqu'au plus surprenant des dénouements. Un formidable suspense qui fascine le lecteur jusqu'à la dernière page. Une réussite !

    Mes impressions :

    J'ai lu de nombreux livres de cette auteure que j'affectionne tout particulièrement, je la trouve talentueuse dans ses scénarios et sa façon de mener l'intrigue, puis d'introduite et maintenir le suspense.
    J'ai trouvé ce livre dans un vide grenier et je n'ai pas hésité à me reconnecter au plaisir de relire cette auteure que j'avais un peu délaissée dernièrement.

    Le roman commence par la présentation des personnages au travers d'un drame, l'incendie d'une maison dans laquelle la maman périt alors que sa jeune fille est sauvée in extremis par un voisin. Kevin, un avocat renommé. Avec sa femme Caroline ils ont choisi d'avoir recours à une mère porteuse afin de devenir parents. Vicky vit donc chez eux en attendant la naissance de leur enfant.
    Kevin et Caroline se sont installés dans le Vermont afin d'échapper à la notoriété et pour élever leur enfant dans une atmosphère plus saine et un cadre plus idyllique.
    Kevin sauve des flammes la petite Zoé âgée qui se trouvait dans la maison avec Gréta sa maman. Alec Flynn le père et mari n'était pas présent lors du drame. Très vite il va être suspecté et sera mis en prison.
    Britt la sœur de Greta productrice d'un talk-show à Boston, vient dans le Vermont afin d'assister aux funérailles de sa sœur. Les deux sœurs s'étaient éloignées physiquement et émotionnellement l'une de l'autre après une enfance chaotique et la mort de leur père.
    Puis il y a les personnages secondaires, comme Olivia Farrar la pédiatre et Wallace son mari, Dean un journaliste de la région, Ray chef de la police locale et sa femme Annabelle, peintre paysagiste.
    Une fois arrivée sur place Britt, s'attache à Zoé et elle se soucie de savoir comment elle va supporter la mort de sa mère et l'arrestation de son père....Elle essaie de se rapprocher d'elle afin de lui éviter le moins de souffrance possible.
    Si au départ les relations sont tendues entre Alec et Britt en raison d’inimitié et de suspicion, avec Zoé elles sont donc plus tendres...cependant elle ne se sent pas la bienvenue.
    Britt se rend compte qu'il y a de nombreux secrets dans cette famille et qu'elle ne connaissait pas vraiment les relations qui liaient sa sœur, et son beau-frère, c'est pourquoi en femme et sœur déterminée, elle va tenter de mener sa propre enquête !

    De page en page, le lecteur va de rebondissement en rebondissement. D'abord Britt soupçonnera son beau-frère d'être à l'origine de l'incendie, elle se rétractera à force d'accumuler des indices en faveur d'Alec...
    Les personnages de Patricia Macdonald ici sont quasiment tous à double facette, double personnalité, ce qui les rend toujours psychologiquement et humainement intéressants, voire intrigants. Ainsi le suspense est maintenu tout au long du livre.
    L'histoire est très bien écrite avec style et rigueur, il y a de nombreux rebondissements, de détours, et de fausses pistes qui tiennent les lecteurs en haleine. 

    J'ai retrouvé plaisir cette auteure même si à mon goût ce roman-là n'est pas celui que j'ai préféré.

    MACDONALD Patricia, "Un étranger dans la maison"
    MACDONALD Patricia, "Une mère sous influence"
    MACDONALD Patricia, "Petite soeur"
    MACDONALD Patricia, "Expiation"
    MACDONALD Patricia, "La fille sans visage"
    MACDONALD Patricia, "Rapt de nuit"
    MACDONALD Patricia, "Un coupable trop parfait"
    MACDONALD Patricia, "J'ai épousé un inconnu"
    MACDONALD Patricia, "Sans retour"
    MACDONALD Patricia, "Personnes disparues"
    MACDONALD Patricia, Une nuit, sur la mer

     

     


    4 commentaires
  • Titre : « Cette nuit là »
    Auteur : Linwood BARCLAY
    Genre : thriller/ suspense
    éditions : France loisirs
    Année : 2007
    Nombre de pages : 547

    Quatrième de couverture :

    Cynthia a 14 ans lorsqu’elle se réveille un matin dans une maison vide, ses parents et son frère disparus, sans un mot alors que sa mère ne quitte jamais le domicile sans une petite note pour sa fille. 25 ans plus tard, Cynthia ignore toujours ce qu’il s’est passé cette nuit-là. Lont-ils abandonnée ? Ont-ils été assassinés ? Cynthia, aujourd’hui mariée et mère de famille, doit savoir. Très vite, des incidents étranges remettent l’enquête au goût du jour. Cynthia s’approche-t-elle de la vérité ? Ou bien est-elle en train de perdre la tête ?

    Mes impressions :

    Vingt-cinq ans après la disparition inexpliquée de sa famille (mère, père et frère), Cynthia participe à une émission de télévision qui pourrait l'aider à comprendre ce qui s'est passé cette nuit-là.
    Aujourd'hui elle est mariée à Terry un professeur d'écriture créative et de littérature et ils ont une fillette de 8 ans Grace. Cynthia travaille avec une amie dans un magasin de vente... Fragile psychologiquement, elle est sans cesse stressée et angoissée à l'idée qu'il arrive quelque chose à Grace.
    Elle n'est pas parvenue à tirer un trait sur son histoire et sur ses proches, elle se pose toujours des questions concernant la cause de leur disparition et cherche des explications. Elle est déstabilisée par les on-dits de ceux qui croient qu'elle pourrait être responsable.
    Ce soir-là elle s'était disputée avec ses parents. Elle n'avait pas respecté les consignes de rentrer à l'heure et elle leur avait menti sur la raison de sa sortie. Son petit ami de l'époque Vince 17 ans, était un garçon peu apprécié et peu recommandable...
    Après la disparition de sa famille, Cynthia a été élevée par Tess, sa tante bien-aimée. La sœur de sa mère....
    Les tensions deviennent insoutenables, Cynthia parviendra-t-elle à surmonter le passé ?
    Au sein du couple de Cynthia et Terry, le doute s'immisce. Des éléments viennent se rajouter à cette ambiance de suspicion, une voiture qui rôde, des révélations de Tess, un objet qui refait surface, des assassinats....
    Le récit est entrecoupé de chapitres qui permettent de distiller au compte-gouttes des éléments. Il s'agit de dialogues entre deux personnes qui au départ semblent extérieurs à l'histoire de Cynthia....mais nous comprenons peu à peu qui sont ces personnes et le point commun qui les lie à Cynthia.
    Terry puis la police commencent à douter de la sincérité de Cynthia et de sa santé mentale.
    Cynthia, est-elle une victime ou une coupable ?

    Terry, le mari (est aussi le narrateur) est sincère dans ces sentiments et ses émotions. Il nous les livre sans concessions.
    Nous sommes pris dans ses interrogations, ses tourments et nous vivons à son rythme et au rythme de cette famille qui lutte depuis des années. Mais il va devoir faire face au départ de Cynthia qui a besoin de s'éloigner volontairement en amenant sa fille car elle ne supporte plus les soupçons. Seulement elle ne sait pas encore qu'elles courent un danger imminent.
    L'auteur glisse insidieusement des pièces du puzzle pour brouiller les pistes et faire en sorte que son histoire reste captivante pour les lecteurs.
    L'intrigue est efficace et le suspense maintenu jusqu'à la fin. Est-ce que Clayton, Patricia et Todd sont toujours vivants, l'ont-ils abandonnée en toute simplicité ? Et pourquoi ? S'ils sont morts, les corps n'ont jamais été retrouvés.

    Il y a de nombreux rebondissements, le suspense est omniprésent presque à chaque page.
    L'écriture est parfaitement maîtrisée, posée, stylée et élégante. Il y a un savant dosage entre les descriptions et les dialogues.
    L'auteur brouille les pistes et c'est ce qui nous permet de ne pas nous ennuyer une seule minute.
    Le dénouement est assez efficace et inattendu et je trouve que l'intrigue reste quand même complexe même si certains lecteurs ont pu écrire le contraire.
    Au final, ce livre est pour moi un coup de cœur vraiment. Je me suis attachée à cette famille et à leurs difficultés et j'aime beaucoup le style de l'auteur qui ne laisse pas de côté les sentiments et la psychologie des personnages.

    Crains le pire

     


    4 commentaires

  • Titre : « Les loups à leur porte »
    Auteur : Jérémy FEL
    Genre : Suspense/thriller
    Éditions : Rivages
    Années : 2015
    Nombres de pages : 434

    Résumé :

    Une maison qui brûle à l'horizon ; un homme, Duane, qui se met en danger pour venir en aide à un petit garçon qu'il connaît à peine ; une femme, Mary Beth, serveuse dans un dîner perdu en plein milieu de l'Indiana, forcée de faire à nouveau face à un passé qu'elle avait tenté de fuir ; et un couple, Paul et Martha, pourtant sans histoires, qui laisseront un soir de tempête, entrer chez eux un mal bien plus dévastateur. Qu'est-ce qui unit tous ces personnages ? Quel secret les lie ? C'est à ce grand puzzle que nous convie ici Jérémy Fel, dans une atmosphère énigmatique et troublante entre Twin Peaks et les romans de Joyce Carol Oates, Jérémy Fel a été scénariste de courts-métrages. Il a également créé une librairie à Rouen. Les Loups à leur porte est son premier roman.

    Mes impressions :

    Autant commencer par une note positive suite à la lecture de ce roman magistral, formidablement maîtrisé et bien écrit.
    Dès les premières pages, j'ai été happée par les personnages tourmentés, leurs histoires et leurs mystères.

    Loretta 44 ans, son mari Georges et Daryl leur fils habitent une ferme dans le Kansas.
    Entre le père et le fils, les relations sont tendues car ce dernier ne souhaite pas travailler à la ferme comme son père aimerait.
    Maddie la fille a quitté le domicile familial sept ans auparavant à la suite d'une dispute. Maddie est mariée, maman d'une fillette de 3 ans Josie, que Loretta ne connaît pas.
    Une nuit, après une dispute houleuse entre le père et son fils, leur ferme brûle. Loretta et Georges périssent dans l'incendie...

    Duane Parsons 23 ans a rencontré Sybil divorcée, 40 ans, maman de Josh 3 ans et demi. Duane s'aperçoit que Sybil est une mère maltraitante alors il l'enlève Josh pour le mettre en sécurité et le ramener chez son papa.
    Sur le trajet qui les éloigne de NewYork ils rencontrent dans un snack Mary Beth serveuse de 35 ans. Il lui confie les raisons de son escapade, elles les hébergent une nuit chez elle....Il lui raconte alors son enfance volée, sa détresse et son père. Ce récit est très émouvant.

    Quant à Claire, elle revient après un master de psychologie dans la maison de son grand-père près d'Annecy afin de relâcher la pression consécutive à ses études. Elle a très peu de souvenir de sa mère qui a disparu le jour de son septième anniversaire.
    Claire est partie 15 ans auparavant, pour aller sur Paris. Elle revient dans cette maison en espérant trouver des réponses à ses questions.
    Quelques jours après son arrivée, elle rencontre Lucas, qui vient passer des vacances chez ses parents.
    Le sujet du mémoire de master de Claire se porte sur le meurtre de Loretta et Georges Greer, par leur fils Daryl, qui depuis s'est volatilisé dans la nature et est devenu probablement un serial killer.
    Ce chapitre déconcertant est terrifiant. La situation est lugubre, inquiétante.

    Louise une femme trompée, une fois les certitudes acquises et confirmées de la trahison de son mari, déserte le domicile conjugal pour passer une nuit dans un hôtel sans avertir son mari... elle espère qu'il l'appellera pour lui signifier qu'elle lui manque.

    Walter se retrouve chez Martha et Paul qui sont installés à Twin falls. Il s'est invité chez eux. Martha et Paul ne connaissent pas cet homme violent qui cherche leur fils adoptif Josh. Josh le fils biologique de Mary Beth.... Quel lien les unis ?
    Une histoire sanguinaire, personnellement insoutenable, avec des rebondissements qui m'ont glacé le sang.

    Martin est un homme trahi par sa femme Charlotte. Fou de douleur et fortement alcoolisé, il l'a tue et se débarrasse de son corps. Sur la falaise il croise la route de Kate 17 ans qui quitte sa famille d'accueil et souhaite s'installer en Californie pour vivre de sa passion du chant. Elle ne remarque pas le comportement angoissé de Martin . Un dialogue s'instaure entre eux, suivi de quelques confidences sur leur die respective. Ils font un bout de route ensemble.

    Clément, se réveille ligoté et drogué près de la mer. Il est un trafiquant de drogue. Une femme est à ses côtés ; elle le violente et cherche des explications sur la mort de son copain Serge. Elle va trouver le moyen de lui faire payer l’assassinat de son petit-ami de façon indirecte et des dommages collatéraux inévitables.

    Mary Beth précédemment citée, revient à San Francisco, ville qu'elle a fuie18 ans plus tôt. Elle craint de revoir Walter son ex-compagnon mais souhaite avant tout sauver son fils Scott enlevé par Walter, homme sadique. L'histoire de Mary Beth est digne d'un scénario cinématographique. Même si cette histoire est faite de violence et de sang, j'ai aimé le courage de cette femme qui va tout faire pour sauver son fils qu'elle n'a pas vu depuis 18 ans !

    Damien, est l'un des 20 adolescents qui sont partis en camping, avec trois moniteurs....il a 15 ans et c'est la première fois qu'il vit cette expérience de la colonie. Damien écrit des histoires sanguinaires, pour évacuer la rage qu'il éprouve dans certaines circonstances. Steve l'un des moniteurs s'avère être en fait un véritable monstre sadique. Mais quelle personnalité se cache derrière celle de Damien ? Qu'est-il capable de faire pour se venger ?

    Benjamin va se rendre compte que Franck son beau-père est un monstre sadique et pervers qui fait partie d'un réseau de barbares. Il vit dans une famille qui cache bien de lourds secrets. Pourra-t-il protéger sa mère ? Comment la mettre au courant des agissements de son beau-père sans la mettre en danger ?

    Scott et Kate deux jeunes gens, cités et présentés dans les nouvelles précédentes se rencontrent et donnent à la fin de ce roman une touche d'espérance dans un monde de brutes mais tout est-ce que tout est terminé ? Est-ce que l'horreur va s'arrêter ? Pas si sûr !

    Ces nouvelles pourraient être lues indépendamment mais au fil des pages nous nous apercevons que toutes ont un fil conducteur, un lien, qu'il s'agisse d'une situation, d'un personnage ou un d'événement.
    L'auteur a une dextérité incroyable à manier les mots et les situations inquiétantes.
    Ces histoires sont des faits divers qui laissent transparaître l'horreur, l'effroi mais également parfois la nostalgie et douleur.Vous l'aurez donc compris, ce roman est un mélange assortis de personnages tous meurtris par la vie. Certains sont forts, beaux, émouvants, cassés alors que d'autres sont violents, monstrueux, fous, morbides mais aucun ne laisse indifférent.
    Walter LE personnage diabolique, aliéné, né de la plume de Jérémy Fel va être le fil conducteur de ces treize nouvelles. Chacune peut être lue indépendamment mais là où réside l'écriture flamboyante et parfaitement maîtrisée de l'auteur est qu'il va réussir à mêler, associer, combiner les personnages de façon indélébile, implacable.
    L'ambiance et certaines scènes sont glaçantes, terrifiantes.
    La construction du roman au final est une sorte de puzzle, les nouvelles se conjuguent admirablement autour et au travers d'un personnage clé et de situations macabres.
    J'avoue avoir eu beaucoup de mal avec certaines scènes mais l'écriture magistrale de Jérémy Fel m'a donné le courage de poursuivre dans ce monde froid et inhumain qu'il décrit.

    Ce roman parfaitement maitrisé fut le premier de Jérémy Fel. Je pense qu'il a reçu le succès qu'il mérite.

     


    4 commentaires
  • Titre : « Urgence absolue »
    Auteur : Christian JACQ
    Genre : Thriller
    Éditions : XO éditions
    Année : 2017
    Nombre de pages : 435

    Quatrième de couverture :

    La Machine règne sur le monde. Créée par les humains eux-mêmes, elle les contrôle dans tous les domaines. 
    Qui la dirige ? Personne. 
    Elle s'autoalimente, réduisant, au nom du progrès, tous les espaces de liberté.
    Spirale infernale de l'intelligence artificielle. 

    Seule une poignée d'alchimistes, héritiers de la sagesse des anciens d'Égypte, ont osé l'affronter. 
    La Machine les a éliminés les uns après les autres. 
    Tous, sauf un : John Patmos, le gardien d'un temple perdu dans une oasis égyptienne qui, sous la menace, a pris la fuite. 

    Unique soldat d'une armée réduite à lui-même, Patmos est le seul, avec ses pouvoirs de chaman, à pouvoir terrasser la Machine. 

    Pour le journaliste écossais Bruce Reuchlin, une urgence absolue : retrouver celui qui représente le dernier espoir de l'humanité. 

    De la Sibérie à New York, une terrifiante course contre la montre.

    Mes impressions :

    Je remercie encore une fois chaleureusement Mélanie ROUSSET des Éditions XO pour ce roman qui m'a dépaysée ! 

    De nos jours l'être humain vit dans le tout technologique, le tout numérique et les applications dictent ses actes.
    Il est donc soumis. Malheureusement est-ce que le progrès ne sera-t-il pas aussi la propre perte de l'humanité ? Dans ce thriller qui est également un roman d'action et d'aventure, l'auteur nous parle en toute conscience et objectivité, de ce que la machine pourra être capable dans quelques années, si personne ne l'arrête avant.
    La machine fonctionne toute seule, alimentée par la bêtise, l'inconscience, l'irresponsabilité des humains qui veulent toujours plus de progrès, de nouvelles technologies. Précédemment, les Neufs supérieurs qui combattaient la machine ont tous été éliminés sauf un.

    Nous retrouvons donc les personnages de «Sphinx», premier tome de cette trilogie.
    Bruce journaliste d'investigation, est toujours en quête de la vérité. C'est un homme déterminé.
    Bruce Junior, son fils est un jeune voyant de 11 ans. Sa femme Primula est une épouse et une mère comblée.
    On retrouve également son acolyte Mark homme d'affaires et ami de toujours de Bruce et sa compagne Apsara. Leur père respectif faisait partie des Neufs avant d'être assassinés.
    Pour Mark et Apsara retrouver l'ultime supérieur est une façon de faire renaître Saint John et Sambor leur père.
    À la demande de Junior, Bruce amène son fils à Guizeh pour visiter le Sphinx, on y dit que John Patmos est venu lui aussi y rendre visite il y a peu, il semble être la neuvième personne, le 9e supérieur inconnu. La mission de Bruce et de Mark est de le retrouver et de le sauver car il est le seul à pouvoir combattre la machine et à sauver l'humanité. Patmos est sérieusement en danger.
    Bruce doit le retrouver avant Dieter Cloud, l'un des hommes les plus puissants du monde, c'est un décideur. Il est acteur de l'économie mondiale, il participe à l'établissement d'un gouvernement planétaire dirigé par la machine qui guérirait les maladies, vaincrait la mort, régirait les systèmes sociaux.
    La prochaine étape de Cloud est de contrôler la culture biologique.
    Pour cela et le reste, il n'hésitera pas à éliminer Bruce et ses amis !

    Pour rendre le sujet encore plus crédible l'auteur n'hésite pas à personnifier la machine dans sa description.
    L'auteur tout au long de son récit, évoque les grands faits et événements actuels. L'auteur s'inspire de faits actuels graves. Nous sommes dans le monde contemporain avec les attentats terroristes, les manipulations, et autres stratégies des autorités.
    Il dénonce le triomphe de la révolution numérique avec les dérapages qui vont avec; cependant un homme seul peut-il aider à la destruction de la machine et donc stopper ses dérives ? Comme fabriquer des organes à partir de cellules souches humaines dans des embryons de porc, et après greffer ces organes sans risque de rejet ? mais où se place la déontologie ? Ces expérimentations mettent en danger la vie humaine. Ces manipulations génétiques sont hautement néfastes.
    De plus il y a des rivalités entre les autorités mondiales, entre les leaders en matière d'internet, d'armement, et d'économie mondialisée

    L'auteur dans son roman parle de ses inquiétudes face à cette « l'intelligence artificielle » qui diffère de l'intelligence vraie et intuitive. Il déplore cette transformation radicale du monde devenant de plus en plus artificiel et virtuel. Il différencie les nouvelles technologies d'avec les sagesses ancestrales.
    Les machines conditionnent de plus en plus le comportement des humains. Le progrès n'a pas de limite et tout va très vite mais où cela nous mène-t-il ?
    L'humanité y résistera-t-elle ? Nos personnages ici ne sont pas convaincus du bien-fondé de cette société qui va trop vite, alors ils se lancent à la recherche de celui qui peut faire changer les choses, qui peut terrasser la machine avec ses pouvoirs chamaniques. Il s'agit donc de Patmos, gardien d'un temple perdu dans une oasis égyptienne. Il a cette sagesse des anciens, des alchimistes. Parviendront-ils à le retrouver et à le sauver ?
    Patmos ce chaman et guérisseur utilise les lois des symboles, il suit la règle et se rend dans les lieux de spiritualité afin de trouver l'élément manquant du sac de vie : le lieu exact où le déposer.
    Le sac de vie renferme le secret de la vie et de la mort.
    Le dernier lieu où se rendent les personnages est le lac Tahoe, au cœur de la sierra Nevada.
    Est-ce que Washo l'ancien déteint cet élément manquant du sac de vie ?
    Ces religieux, ces anciens savaient interpréter les signes, guider et soigner.
    Les chamans souhaitent maîtriser la mort de leur vivant de façon plus naturelle, de façon libérée et délibérée et non de façon contrôlée comme la machine. Cette dernière ne connaît ni le bien ni le mal ; elle agit en contrôlant les États et la conscience.
    Si elle prend trop de place, les humains seront asservis.
    Dans le récit l'auteur reprend en résumant, les principaux faits du livre précédent ce qui favorise le travail de mémoire et retrace les faits actuels dans leur contexte pour les lecteurs qui n'auraient pas lu le premier acte de cette histoire.
    Ce qui est agréable dans cette lecture, c'est l'humour de Bruce, parfois noir ainsi que ses expressions dans les dialogues. Ça fonctionne, j'ai souvent eu le sourire aux lèvres et cela détend l'atmosphère souvent tendue du roman. 

    C'est un roman dans l'air du temps et nous voyageons à travers le monde au côté de Mark, Apsara et Bruce. Le Caire, Prague, la Sibérie....et retour à New-York.
    Il y a beaucoup d'action, de stratégies, de manipulations.
    Quelques rebondissements nous donnent quelques sueurs froides, nous subissons quelques tensions celles des personnages. Tout cela nous pousse à avancer dans cette lecture intéressante puisque l'auteur l'agrémente avec des faits historiques, des explications sur les croyances notamment égyptiennes, mais aussi sur les monuments et la culture des pays.

    La fin laisse présager une suite intéressante, avec sans doute la présence plus importante de Bruce Junior.
    Les chapitres sont courts, l'écriture contrôlée, fluide, soignée, elle se partage proportionnellement les dialogues et le récit.
    Ce roman est un très grand moment de lecture et de dépaysement.
    Cependant je regrette un peu les personnalités un peu trop suffisantes d'Apsara et de Bruce.

    Les enquêtes de Setna, La tombe maudite - Tome 1
    Les enquêtes de Setna, Le livre interdit - Tome 2
    Les enquêtes de Setna, Le voleur d'âmes - Tome 3
    Les enquêtes de Setna, Le duel des mages - Tome 4
    J'ai construit la grande pyramide
    Pharaon
    Sphinx


    6 commentaires
  • Un appartement à Paris

    Titre : « Un appartement à Paris »
    Auteur : Guillaume MUSSO
    Genre : roman thriller
    Éditions : XO éditions
    Année : mars 2017
    Nombre de pages : 471

    Quatrième de couverture :

    " L'art est un mensonge qui dit la vérité... "

    Paris, un atelier d'artiste caché au fond d'une allée verdoyante.
    Madeline l'a loué pour s'y reposer et s'isoler.
    À la suite d'une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.
    L'atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l'assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd'hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d'unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.
    Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

    Mes impressions :

    Une fois de plus, je remercie Mélanie de XO Éditions pour l'envoi de cet ouvrage dédicacé.

    Le roman commence sur une parenthèse reflétant un événement douloureux dans la vie de Madeline.
    Madeline aperçoit par hasard un ex-compagnon en présence de son fils.
    Le narrateur s'adresse à cette femme et j'ai apprécié les touches de complicité et de douceur dans cette digression narrative.
    Il nous raconte l'histoire de cœur, vieille de cinq ans, entre Madeline et un homme marié.
    Toute la douleur ressurgit quand elle croise cet homme avec un petit garçon. Cette vision ravive le passé et les démons ressurgissent. Fin de la parenthèse.
    Nous faisons ensuite la connaissance de Gaspard, un dramaturge isolé, venu sur Paris le temps d'écrire sa pièce de théâtre annuelle, réclamée par son agent qui lui loue une maison pour l'occasion afin qu'il soit au calme. Il déteste Paris.
    Madeline quant à elle arrive de Londres par L’Eurostar mais voilà qu'un fâcheux concours de circonstances les rend colocataires malgré eux de l'atelier du peintre Sean Lorenz, à ce jour décédé. Chacun des deux, insiste pour que l'autre quitte les lieux au plus vite afin de profiter de la beauté de cet espace. Cet appartement dégage un sentiment de plénitude, de beauté, une certaine luminosité accueillante.
    Au fil des pages l'auteur nous en dévoile un peu plus de la vie de Madeline. Ancienne policière, reconvertie en fleuriste puis consultante au sein de la police new-yorkaise dans le service des affaires classées, elle a quitté finalement ce milieu et elle est retournée en Angleterre.
    Gaspard et Madeline sont de caractère diamétralement opposé mais ni l'un ni l'autre ne souhaitent quitter l'appartement pour le laisser à l'autre.
    Gaspard n'est pas un homme moderne, il n'aime pas les nouvelles technologies, il n'a pas de téléphone portable, ni d'ordinateur. Il fuit la foule mais apprécie la nature, vers laquelle il se tourne pour se ressourcer.
    Peu à peu l'un et l'autre chacun de son côté souhaite en savoir plus sur l'atelier de Sean Lorenz : une maison et un atelier à l'image de son propriétaire ! Lumineux et grandiose.
    On va donc apprendre la vie de cet artiste au travers des histoires racontées par Pauline sa voisine du temps où il était vivant et de son galeriste et ami Benedick.
    Le drame de sa vie fut la perte de son enfant, alors que ce dernier n'avait que 3 ans.

    Ce roman dresse le tableau d'un artiste et de sa vie chaotique.
    C'est un roman sur des toiles disparues qui devraient être retrouvées pour sauver l'honneur de Sean, et lui rendre une reconnaissance qu'il mérite. Il avait cessé de peindre après la mort de son petit garçon. Trois mois avant la sienne il s'était remis à fréquenter son atelier. Les trois dernières toiles qu'il y a peintes n'ont jamais été trouvées !
    Ce roman est riche culturellement, on y apprend beaucoup de choses notamment sur les couleurs et les différentes techniques de pigmentations.
    Madeline et Gaspard, sont deux personnages profondément humains, deux écorchés vifs qui essaient de fuir un passé trop lourd. Ils vont devoir faire face à leurs démons, à leurs blessures respectives. Ils devront affronter leurs souvenirs pour croire et espérer en l'avenir.
    Ce livre est également une approche envoûtante du monde mystérieux de l'art et de la peinture. Il y a du suspense dans l'intrigue mais aussi sur les vies singulières de Gaspard et de Madeline.
    L'auteur évoque également l'EMI (expérience de mort imminente).
    Monsieur Musso nous fait un clin d’œil en introduisant un personnage d'un de ses anciens romans.
    L'enquête sur l'existence des tableaux disparus s'intensifie, se densifie et ouvre la brèche sur d'autres énigmes.
    L'auteur surprend tout au long du livre car au moment où le lecteur pense avoir deviné le dénouement, Musso le confronte à un mystère supplémentaire. Il y a plusieurs scénarios possibles, plusieurs enquêtes qui s'imbriquent prodigieusement.
    Au plus on avance dans la lecture, au plus l'obscurité s’épaissit autour de la vie de Sean, de l'enlèvement de son fils et de son assassinat mais le suspense s'enrichit aussi autour de Madeline et de Gaspard, d'un point de vue intime et personnel.
    La particularité narrative se situe dans le changement de personnage. De même quand l'auteur nous dévoile tour à tour les découvertes de Madeline et Gaspard chacun de leur côté ; cela apporte un petit côté singulier appréciable au roman.
    La dernière partie du livre est prenante. Tout s’accélère, les personnages sont poignants, en proie à leurs propres difficultés.
    Gaspard est bouleversant. Je me suis attachée à ce personnage.
    J'aurais aimé pourtant que Madeline s'exprime dans un épilogue comme le fait Gaspard. Ses sentiments personnels et sa vision du futur sur cette histoire de famille me manquent.
    Pour finir, je voudrais rajouter que j'aime beaucoup cette couverture, sobre sophistiquée et délicate à la fois .
    J'aime toujours autant les références littéraires, artistiques ou musicales qu'ajoute Guillaume MUSSO en début de chapitre et dans le contenu de son roman. Certaines nous invitent à méditer.
    Elles éveillent la curiosité des lecteurs et leur donnent envie d'aller chercher sur internet les noms des œuvres citées.
    Le style de Guillaume Musso est toujours aussi limpide et agréable.
    Un très bon roman que je recommande !

    EXTRAIT :
    « Avoir un enfant estompe toue la noirceur que tu as dû endurer auparavant. L'absurdité du monde, sa laideur, la bêtise abyssale d'une bonne moitié de l'humanité et la lâcheté de tous ceux qui chassent en meute. Lorsque tu as un enfant, d'un seul coup, tes étoiles s'alignent dans le ciel. Toutes tes erreurs, toutes tes errances, toutes tes fautes sont rachetées par la simple grâce de la lumière dans un regard ».

    MUSSO Guillaume, Central Park
    MUSSO Guillaume, L'instant présent M
    MUSSO Guillaume, La fille de Brooklyn
    MUSSO Guillaume, La fille de papier
    MUSSO Guillaume, L'appel de l'ange
    MUSSO Guillaume, 7 ans après
    MUSSO Guillaume, Demain


    4 commentaires
  • Sphinx

    Titre : « Sphinx »
    Auteur : Christian JACQ
    Genre : Thriller
    Éditions : XO éditions
    Année : octobre 2016
    Nombre de pages : 387

    Quatrième de couverture :

    Ils sont neuf. Neuf représentants d'une confrérie mystérieuse dénommée Sphinx. Neuf détenteurs des secrets de la vie, disséminés à travers le monde. Neuf condamnés à mort par les nouveaux maîtres de la technologie, adeptes de l'argent-roi, dont l'objectif fait froid dans le dos : la prise de contrôle définitive du cerveau humain par les machines. Depuis New York ces derniers ont engagé une traque implacable pour éliminer, un à un, les membres de Sphinx. C'est compter sans la détermination d'un journaliste écossais, Bruce Reuchlin, redoutable enquêteur, prêt à prendre tous les risques pour déjouer leur plan diabolique. Pour Bruce, désormais, chaque pas est un danger de mort. Plus il avance dans son enquête, plus la question l'effraie : qui gouverne vraiment notre monde ?

    Mes impressions :

    Merci à Mélanie Rousset des Éditions XO pour l'envoi gracieux de ce livre. C'est toujours très agréable.

    Dans son dernier roman, Christian Jacq grand spécialiste des civilisations anciennes et égyptologue reconnu, dénonce et accuse la technologie, d'éloigner l'humanité du contrôle de son destin.
    Pour développer cette idée il choisit la culture égyptienne, comme référence puisque dans celle-ci « la spiritualité, gouvernance, société, économie étaient liées avec une exigence d'harmonie ».

    L'idée première de ce thriller est la suivante : « qui dirige vraiment notre monde ? ».

    Les machines intelligentes, ou l'homme ? - L'homme et la machine ne font-ils pas un ?
    Qu'allons-nous devenir alors qu'à ce jour les technologies se développent et créent un monde plutôt inhumain ? Les machines prennent-elles le pouvoir ?.
    Sphinx est le roman des derniers résistants, face à ce monde formaté.

    L'intrigue est assez intéressante, et pour la mener à bien, l'auteur choisit comme personnage principal Bruce, un journaliste d'investigation, ex-rugbyman de 40 ans, avec un fort caractère et une détermination sans égale.
    Mark son ami est le propriétaire du journal dans lequel Bruce écrit.

    Le roman commence avec le personnage de Khaled, célébrité locale et internationale, né à Palmyre, site considéré comme stratégique; il en est le gardien. Sa mission est de restaurer la ville.
    Il a été arrêté par un commando de l'état Islamique, Daesh armée Islamique qui a instauré un certificat qui comprendrait la Syrie, l'Irak puis bientôt le Proche-Orient.
    Khaled refuse que Daesh détruise sa ville alors que les islamistes, refusent toute expression culturelle antérieure au Coran. Il sera assassiné.

    Bruce quant à lui vit à Londres, il explore la ville moderne, et ses cercles fermés de décideurs.
    Il s'attarde sur le club nommé « Sphinx ».
    Le rôle et le souhait de cette confrérie, sont de préserver l'humanité alors que l'Islam progresse, et que l’informatique triomphe. Cette confrérie de neuf membres existe depuis l'Ancien Empire égyptien et cherche à protéger notre monde des ténèbres qui nous menacent en permanence.

    Les neufs ont inscrit leur savoir dans les neuf poutres de granit présentes, dans la chambre du roi de la grande pyramide.
    Les membres du Sphinx sont aux quatre coins du monde et sont tour à tour éliminés...

    Tout au long du roman le décor change... De Palmyre cité antique de Syrie, le lecteur voyage grâce aux personnages et aux événements. L'auteur partira d’Égypte, passera par l’Angleterre, l'Italie, l'Inde, la Chine jusqu'en Amérique chercher des réponses aux questions qu'il se pose à propos de cette fameuse confrérie des neufs.

    Le père de Mark Saint John richissime homme d'affaires était un élément majeur du Sphinx. Saint John n'était pas neutre dans la lutte contre le terrorisme islamique. Avant d'être assassiné, il va laisser un message à son fils l'héritier de cet empire et ce dernier n'aura alors qu'un seul but le venger, avant de prendre la relève et de continuer ses activités.
    Qui est Sphinx ? Une confrérie de neuf alchimistes née à l'époque de la Grande Pyramide, toujours en activité et prétendant détenir le secret de la matière et de l’origine de la vie.
    Ils se battent contre l'intelligence artificielle, qui serait de connecter le cerveau humain à un ordinateur qui lui dicterait son comportement et lui transmettrait les bonnes informations.
    Le but de Mark et de Bruce sera alors de sauver le maître de la confrérie, afin qu'il puisse remplacer les adeptes disparus et perpétuer la tradition.
    Certains pensent que ce supérieur pourrait être Mark si son père a eu le temps de lui transmettre ses connaissances.
    Mais qu'en est-il vraiment ?

    Bruce et Mark sont entourés par d'autres personnages tout aussi importants,
    Primula l'épouse de Bruce est une femme meurtrie mais avec beaucoup de charisme. Les Khmers rouges ont massacré sa famille.
    Apsara est la fille d'un des neufs...
    Mark, Bruce, Primura, et Apsara amie de Primura et fille de l'un des neuf vont lier leur force et leur connaissances pour trouver qui perpétue et commandite les assassinats des neufs...

    D'un côté il y a cette confrérie qui tente de sauver le monde des griffes des nouvelles technologies qui ne peuvent qu'apporter guerre et autre pouvoir malveillant.
    De l'autre côté, l'informatique crée une arme terrifiante pour ceux qui veulent mener le monde et détruire la confrérie des neufs. Mark et Bruce font le lien.
    Le but des nouveaux maîtres du monde est de se servir des nouvelles techniques informatiques et technologiques pour améliorer et contrôler le cerveau humain...et ils veulent briser tous ceux qui les en empêcheraient.
    Mark rencontre les membres qui travaillaient avec son père et qui souhaitaient faire une société pacifique. Saint-John avait mis des moyens techniques et technologiques en place. Il découvre alors quels genres d’activités avait son père.
    Saint John refusait d'investir dans le programme du cerveau humain. Il refusait l’intelligence artificielle.
    Dès le début, Christian Jacq pose l'ambiance, révèle le climat de son récit. Dès les premières phrases, on note que le thème principal est tristement d'actualité. Terrorisme et frayeur.

    Dans ce roman surprenant Mark et Bruce sont deux amis inséparables, ils ont l’obsession de la vérité. Et défendent des valeurs humaines.
    Bruce est un personnage entier, cynique et ironique.
    Les chapitres sont courts, les phrases sont directes, parfois incisives surtout dans les dialogues lorsque Bruce intervient. Il a un caractère bien trempé et ses interventions orales font mouche !
    Le thème de ce roman est originale mais tout le monde plus ou moins sait que la vérité n'est pas là où l'on nous le fait croire.
    Dans notre monde il y a beaucoup de corruption, de trahison, de complot, de stratégie.
    Dans un souci de vérité et d'exploration, l'enquête de Bruce et Mark est rythmée. De nombreux rebondissements, viennent les contrarier.
    Il y a pas mal de métaphores dans le style ainsi que des descriptions détaillées, parfois inutiles, mais très bien écrites.
    Ce roman qui allie histoire des civilisations, politique, sciences, technologies et humanité, nous entraîne dans une histoire surprenante, voire fascinante et nous interroge sur l'évolution des sociétés, et l’émergence des nouvelles technologies et leurs possibles dérives. Tout cela sur fond de machinations, tromperies, trahisons stratégiques.
    Un bémol cependant, je trouve le dénouement décevant et bâclé, je pensais qu'elle serait à la hauteur de la personnalité des personnages et de leur charisme mais non ! Pas tout à fait. Dommage.
    Cependant ce roman est un bon moment de lecture qui peut ouvrir de nouveaux horizons..... 

    Les enquêtes de Setna, La tombe maudite - Tome 1
    Les enquêtes de Setna, Le livre interdit - Tome 2
    Les enquêtes de Setna, Le voleur d'âmes - Tome 3
    Les enquêtes de Setna, Le duel des mages - Tome 4
    J'ai construit la grande pyramide
    Pharaon
    Urgence absolue

     


    4 commentaires
  • La trahison de la Reine

    Titre : « La trahison de la Reine »
    Auteur : Antonia HODGSON
    Genre : Thriller Historique
    Éditions : XO éditions
    Année : 2016
    Nombre de pages : 416

    Quatrième de couverture :

    Un thriller historique et captivant dans les bas-fonds de Londres.

    Printemps 1728. On traîne un homme jeune, bien habillé, dans les rues de Londres, jusqu'à la potence de Tyburn. À son passage, la foule le raille, le traitant de meurtrier. Thomas Hawkins essaie de rester calme. Il est innocent. Et il doit le prouver avant que la corde ne lui serre le cou.

    Il sait, bien sûr, que tout est de sa faute. Il était si heureux avec Kitty Sparks. Pourquoi s’est-il mis à fréquenter le criminel le plus dangereux de Londres ? Pourquoi avoir offert son aide à Henrietta Howard, la maîtresse du roi, dans sa lutte désespérée face à un mari brutal et impétueux prêt à tout pour servir ses intérêts ? Et, surtout, pourquoi avoir accordé sa confiance à la reine Caroline, cette femme pleine d'esprit, qui se révèle une redoutable calculatrice ?

    Elle lui avait promis un pardon royal en échange de ses services. De grâce, pourtant, il n'y aura pas. Thomas Hawkins est conduit au gibet. Trahi. Mais pas seul. Kitty est là. Décidée à le sauver et à faire triompher la vérité.

    Mes impressions :

    Je remercie Mélanie Rousset des Éditions XO pour l'envoi de ce livre.

    Avec cette lecture, j'ai été transportée dans les bas-fonds de Londres avec une intrigue assez simple mais qui a le mérite d'être bien construite et surtout des personnages attachants et là je pense à Tom et Kitty, les personnages principaux.
    Au début du livre, Tom est conduit à l’échafaud, il est accusé du meurtre de son voisin. Fils de pasteur, ce gentilhomme s'est tourné vers la débauche, boit de trop, fréquence les lieux sombres, il a même été incarcéré quelques mois auparavant.
    Aujourd'hui pourquoi et comment en est-il arrivé à être accusé de meurtre de Monsieur Burden son voisin ? Retour en arrière ; l'auteur va nous expliquer pas à pas son histoire.

    Trois mois auparavant Tom a rencontré Kitty, alors qu'il était emprisonné pour dettes ; Kitty l'a aidé à surmonter cette épreuve de l'enfermement et ils sont tombés amoureux. Ils vivent ensemble désormais.
    Elle est propriétaire d'une librairie libertine, léguée par son tuteur Samuel Fleet.
    Sam 14 ans fils de James Fleet, demi-frère de Samuel Fleet vit avec elle. James est chef de la bande de voleurs, il règne sur Saint Gilles, lui et son épouse Gabriela, mère de Sam, ont confié Sam à Tom pour en faire un gentilhomme.

    Puis dans la famille Burden, il y a le père violent, , maître charpentier, Judith sa fille, Stephen son fils de 15 ans. Alice Dun leur servante et Ned est leur apprenti depuis 7 ans.
    Tous ont des liens familiaux qu'ils ignorent plus ou moins mais que nous lecteurs découvrirons au fils de pages.

    Un soir après plusieurs punchs et parties de cartes Tom, rentre chez lui et marche dans Covent Garden. Là il entend des cris et des pleurs dans la maison des Burden, il tente de savoir ce qui se passe, mais Burden s'y oppose et le houspille. Les enfants le repoussent également.

    Quelque temps plus tard, Burden est poignardé de 9 coups de couteau... Tom est tout de suite soupçonné.
    Cette soirée-là va être le point de départ de sa culpabilité aux yeux des habitants de la ville, et aura raison de son passé et avenir.

    Il y a quelques mois, Tom avait déjà été soupçonné d'avoir tué un homme dans le Borrough, est-ce une vérité ou une rumeur ?
    Gorson, magistrat de la ville, dévoué de la société pour la réforme des mœurs, n'aime pas Kitty , ni Tom et ne s'en cache pas. Il n'espère qu'une chose, prouver la culpabilité de Tom pour enfin être débarrassé de lui et de sa mauvaise influence sur la ville.
    Le juge tente de creuser les faits pour tenter de découvrir la vérité.

    Un matin Burden est retrouvé assassiné chez lui ! Les soupçons se portent immédiatement sur Tom, de par son passé et les menaces proclamées précédemment à Burden !
    Tom quant à lui soupçonne Judith, soit Stephen soit Ned … Il va alors tenter de démêler cette affaire. Avec Kitty ils vont faire des découvertes surprenantes.
    James demande à Tom de rencontrer une dame de la cour (Henrietta Howard) qui réclame de l'aide. Cette femme n'est autre que la maîtresse du Roi.
    En allant s'enquérir de ses soucis, sur les lieux du rendez-vous, il frappe le mari violent de cette dernière.
    La reine demande alors à Tom de devenir son serviteur et son espion, de remplacer Samuel Fleet.
    Il sait alors qu'il va mettre les pieds dans un engrenage.
    James lui propose son aide en lui disant que s'il se met au service de la Reine, il l'aidera mais Tom va être rapidement pris au piège, trahison, machination, mensonges vont devenir le lot de son quotidien.
    La Reine demande à Tom de faire parler le mari d'Henrietta pour qu'elle découvre ses faiblesses afin qu'elle puisse s'en servir dans le but de sauver sa dame de compagnie Henrietta des mains de son mari violent.

    Tom sera finalement condamné, malgré les promesses de la Reine de le gracier....

    L'histoire est plutôt sans surprise mais tortueuse dans les liens de parenté des personnages, ce qui rend le roman un peu plus prenant. Par contre le style est très agréable, nous sommes directement plongés dans l'époque et dans l'intrigue.
    Les personnages sont assez caricaturaux d'une époque.
    Tom et Betty sont des jeunes gens, attachants, loyaux, dévoués à celle/celui qu'il/elle aime.
    Il y a des descriptions et des dialogues dans des proportions égales.

    Je ne peux pas dire que ce roman m'a captivée, en effet, je trouve qu'il y a trop peu de suspense, les rebondissements peu nombreux.
    Ceux qui recherchent un roman historique n'y trouveront que des clichés de l'époque qu'il dépeint, ceux qui veulent réfléchir pour démêler une affaire de meurtre, n'auront pas cette peine car le coupable est pressenti très tôt. Alors je dirai que ce roman n'est pas tout à fait un thriller, ni tout à fait un roman historique...

    Je vous laisse le soin de le lire et/ou de donner votre avis.

    En fin de volume l'auteur nous parle de la vraie Henrietta Howard, maîtresse du roi et de son mari violent ! De la reine Caroline, des exécutions à Tyburn …
    Elle s'est servi de la réalité d'une certaine époque pour écrire son roman, ce qui laisse présager des recherches de documentation et une passion pour ce siècle là....


    6 commentaires
  • La dernière trace

    « La dernière trace » de Charlotte LINK

    Titre : « La dernière trace »
    Auteur : Charlotte LINK
    Genre : Suspense, thriller
    Éditions : Presse de la cité
    Année : 2010
    Nombre de pages : 642

    Quatrième de couverture :

    10 janvier 2003. Pour la première fois, Elaine Dawson quitte son village du Somerset afin de répondre à l'invitation de Rosanna, une amie de la famille qui se marie à Gibraltar. Mais tous les vols au départ de Heathrow sont annulés à cause du brouillard.
    Alors que la jeune provinciale s'apprête à passer la nuit dans une salle d'embarquement, un aimable Londonien propose de l'héberger. Elaine accepte. On ne la reverra plus.
    Cinq ans plus tard, Rosanna doit écrire une série d'articles sur les disparitions inexpliquées pour un magazine. L'occasion pour elle de savoir enfin ce qui est arrivé à Elaine. La journaliste est loin de se douter qu'en s'engageant dans cette enquête elle va se mettre en danger de mort.

    Mes impressions :

    Ce roman m'a vraiment entraînée dans une histoire judicieuse et prenante ; la tension psychologique qui s'en dégage m'a vraiment scotchée. Le style de Charlotte Link est remarquable.

    Le livre commence par une parenthèse ; nous sommes en 2002. L'inspecteur Fielder et sa collaboratrice le sergent Christy Mc Marrow enquêtent sur une disparition délicate.
    Au même moment, le corps d'une jeune femme est retrouvé. La victime a été torturée avant d'être assassinée.
    Ses vêtements laissent supposer qu'il s'agit d'une prostituée. Son ancienne camarade de chambre l'a reconnue lors de l'identification.
    Jane venait de Manchester, elle est arrivée à Londres dans l'espoir de trouver un homme et se marier. Mais les choses se sont déroulées de façon plus compliquée. Elle n'a pas réussi à s'intégrer et elle a rencontré des difficultés, puis est passée du côté de la prostitution.
    Avec sa collègue, elles deviennent colocataires mais un soir, Jane n'est pas rentrée....

    Janvier 2003, Elaine habite Healthrow. Invitée au mariage de Rosanna, à Gibraltar une amie de la famille, elle quitte sa ville d'Angleterre pour un court séjour.
    Elle laisse son frère Geoff handicapé moteur au soin d'un garde malade et décide de profiter de changer de ville pour souffler un peu le temps d'aller et revenir.
    Mais ce jour-là, en raison d'un fort brouillard, de nombreux vols sont annulés, elle devra alors passer la nuit dans une salle d'attente de l'aéroport... Mais un gentil garçon, un avocat Marc Reeve lui propose de l'héberger le temps d'une nuit, pour la raccompagner le lendemain à l’aéroport afin de prendre un vol. Après une courte hésitation, elle accepte Mais plus personne ne la reverra....Sa disparition n’inquiétera pas grand monde sauf son frère qui devra aller alors dans une maison de soin.

    Février 2008, cinq ans après, Rosanna, est mariée à Dennis et son beau fils Robert 16 ans, vit avec eux, toujours en Espagne. L'Angleterre lui manque ainsi que son métier de journaliste. Elle a quitté sa ville et son métier pour vivre avec son mari. C'est pourquoi elle accepte de retrouver sa ville natale et son ami et ex-patron Nick Simons qui vient de lui proposer d'écrire un papier concernant des disparitions inexpliquées et jamais élucidées de jeunes femmes ; notamment celle de son amie Elaine, et ce malgré l'avis défavorable de son mari qui ne souhaite pas qu'elle reprenne le travail. Lui-même est journaliste pour un magazine people.

    Pour l'opinion publique, Reeve est responsable de la disparition d'Elaine. Dans cette affaire même s'il n'a pas été jugé coupable par manque de preuve, la société le considère comme le principal suspect.
    Les conséquences sont dures pour lui ; il a perdu son emploi et sa place dans un grand cabinet d'avocats. Sa femme Jacqueline et son fils ne veulent plus le voir et il a dû déménager dans une autre ville pour pouvoir se reconstruire ailleurs et reprendre sa profession en main.
    Pour tous, il n'est pas blanchi. Il ne sera jamais vraiment considéré comme innocent. Mais sa culpabilité n'a pas été prouvée. Les années passent et peu à peu il se fait une clientèle dans son cabinet privé.

    Au même moment, un autre personnage apparaît, une jeune femme énigmatique qui semble se cacher. Elle travaille dans un pub « l’éléphant bleu » depuis huit mois. M. Cadwick le propriétaire qui lui loue une chambre est un être repoussant, pervers et vicieux, elle n'a qu'une envie quitter ce taudis et trouver un meilleur logement, mais elle est paralysée par l'idée que Pit, un ancien amant violent, qu'elle a quitté la recherche. Elle le décrit comme un psychopathe.
    Linda, 16 ans, est retrouvée morte près d'un lac après avoir disparu suite à une altercation avec son père concernant la façon provocante de se vêtir depuis quelques temps.
    Sa sœur Angela est profondément marquée, de même que sa mère qui déjà avait un gros souci avec l’alcool. Son père se sent fautif et sombre dans la déprime.
    La signature de cet assassinat ressemble à celle de Jane, la victime est morte de la même façon. Torturée, violée, noyée.
    Linda a-t-elle fait une mauvaise rencontre ? S'était t-elle mise en couple avec un jeune homme peu recommandable comme certains le disent ? Où prenait-elle l'argent pour se payer des vêtements vulgaires mais de luxe ?
    Bien des questions restent sans réponses.
    Plusieurs morts, plusieurs disparitions, plusieurs personnes susceptibles d'être le criminel....
    Ou bien est-ce le même meurtrier ?

    Pour apaiser sa mauvaise conscience et son sentiment de culpabilité, elle va tenter de trouver une explication à la disparition de son amie.
    Nick, son boss lui demande dans un premier temps de contacter Marc Reeve pour avoir sa version des faits et tenter de faire une enquête qui propulsera son magazine en haut des ventes.
    Après un premier contact décevant, elle parvient à nouer une relation de confiance avec Marc Reeve et mener par leur intuition et leurs sentiments respectifs, ils vont tenter de résoudre cette affaire. Mais ils prendront de gros risques et l'histoire va échapper à Rosanna.

    Personnellement je trouve son dévouement et sa motivation, attachants mais dangereux.
    Elle va s'impliquer beaucoup trop dans la disparition d'Elaine au détriment des autres jeunes femmes.
    L'auteur nous offre plusieurs pistes possibles, concernant Elaine, est-elle partie de son plein grè pour enfin quitter une vie qui lui pesait ? A -telle eu une aventure avec un homme qui l'aurait enlevé ?

    Rebondissement, tension, suspense ! Tout y est !
    J'ai vraiment adoré cette histoire à la fois prenante et bouleversante. Au début Rosanna mène l'enquête de façon professionnelle puis elle s'investit pour des raisons personnelles. Puis elle rencontre Reeve, et des sentiments amoureux naissent entre eux alors au fond d'elle, elle espère prouver son innocence.
    J'ai aimé le mélange des émotions de tous les personnages, les implications et les imbrications des uns et des autres.
    Les lecteurs seront surpris de voir comment Charlotte Link, parvient au dénouement car aucun moment il y a les prémices d'une quelconque évidence. Elle brouille les pites régulièrement....
    Jusqu'à la fin le doute est permis.
    L'auteur prend le temps de décrire la vie en profondeur d'Elaine et de Rosanna mais les autres personnages ne sont pas oubliés : Marc, Rob, Cédric, Pamela et Geoff. Tous sont dans une période délicate de leur vie, des événements les ont bousculés voire maltraités alors ils souhaitent prendre un nouveau départ.

    L'auteur fait exister chacun d'entre eux de façon entière, chacun a une vie complexe et ils sont tous perturbés psychologiquement. Ceux qui suivent ce blog savent que je suis particulièrement attachée aux histoires dans lesquelles le vécu et la psychologie des personnages sont bien travaillés.
    L'auteur ne ménage pas ses personnages et les nombreux rebondissements envisageables qu'elle imagine nous bluffent et nous gardent en haleine jusqu'au bout. Sans oublier que la romance tient aussi une place importante dans l'intrigue.
    Le style d'écriture est tellement agréable que j'avais du mal à poser le livre pour vaquer à d'autres occupations.
    Vraiment il est très bien écrit, avec une pression psychologique et un rythme constant, jusqu'à la dernière page.
    Pour moi il est un excellent roman comme je les aime.


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique