• Titre : « Urgence absolue »
    Auteur : Christian JACQ
    Genre : Thriller
    Éditions : XO éditions
    Année : 2017
    Nombre de pages : 435

    Quatrième de couverture :

    La Machine règne sur le monde. Créée par les humains eux-mêmes, elle les contrôle dans tous les domaines. 
    Qui la dirige ? Personne. 
    Elle s'autoalimente, réduisant, au nom du progrès, tous les espaces de liberté.
    Spirale infernale de l'intelligence artificielle. 

    Seule une poignée d'alchimistes, héritiers de la sagesse des anciens d'Égypte, ont osé l'affronter. 
    La Machine les a éliminés les uns après les autres. 
    Tous, sauf un : John Patmos, le gardien d'un temple perdu dans une oasis égyptienne qui, sous la menace, a pris la fuite. 

    Unique soldat d'une armée réduite à lui-même, Patmos est le seul, avec ses pouvoirs de chaman, à pouvoir terrasser la Machine. 

    Pour le journaliste écossais Bruce Reuchlin, une urgence absolue : retrouver celui qui représente le dernier espoir de l'humanité. 

    De la Sibérie à New York, une terrifiante course contre la montre.

    Mes impressions :

    Je remercie encore une fois chaleureusement Mélanie ROUSSET des Éditions XO pour ce roman qui m'a dépaysée ! 

    De nos jours l'être humain vit dans le tout technologique, le tout numérique et les applications dictent ses actes.
    Il est donc soumis. Malheureusement est-ce que le progrès ne sera-t-il pas aussi la propre perte de l'humanité ? Dans ce thriller qui est également un roman d'action et d'aventure, l'auteur nous parle en toute conscience et objectivité, de ce que la machine pourra être capable dans quelques années, si personne ne l'arrête avant.
    La machine fonctionne toute seule, alimentée par la bêtise, l'inconscience, l'irresponsabilité des humains qui veulent toujours plus de progrès, de nouvelles technologies. Précédemment, les Neufs supérieurs qui combattaient la machine ont tous été éliminés sauf un.

    Nous retrouvons donc les personnages de «Sphinx», premier tome de cette trilogie.
    Bruce journaliste d'investigation, est toujours en quête de la vérité. C'est un homme déterminé.
    Bruce Junior, son fils est un jeune voyant de 11 ans. Sa femme Primula est une épouse et une mère comblée.
    On retrouve également son acolyte Mark homme d'affaires et ami de toujours de Bruce et sa compagne Apsara. Leur père respectif faisait partie des Neufs avant d'être assassinés.
    Pour Mark et Apsara retrouver l'ultime supérieur est une façon de faire renaître Saint John et Sambor leur père.
    À la demande de Junior, Bruce amène son fils à Guizeh pour visiter le Sphinx, on y dit que John Patmos est venu lui aussi y rendre visite il y a peu, il semble être la neuvième personne, le 9e supérieur inconnu. La mission de Bruce et de Mark est de le retrouver et de le sauver car il est le seul à pouvoir combattre la machine et à sauver l'humanité. Patmos est sérieusement en danger.
    Bruce doit le retrouver avant Dieter Cloud, l'un des hommes les plus puissants du monde, c'est un décideur. Il est acteur de l'économie mondiale, il participe à l'établissement d'un gouvernement planétaire dirigé par la machine qui guérirait les maladies, vaincrait la mort, régirait les systèmes sociaux.
    La prochaine étape de Cloud est de contrôler la culture biologique.
    Pour cela et le reste, il n'hésitera pas à éliminer Bruce et ses amis !

    Pour rendre le sujet encore plus crédible l'auteur n'hésite pas à personnifier la machine dans sa description.
    L'auteur tout au long de son récit, évoque les grands faits et événements actuels. L'auteur s'inspire de faits actuels graves. Nous sommes dans le monde contemporain avec les attentats terroristes, les manipulations, et autres stratégies des autorités.
    Il dénonce le triomphe de la révolution numérique avec les dérapages qui vont avec; cependant un homme seul peut-il aider à la destruction de la machine et donc stopper ses dérives ? Comme fabriquer des organes à partir de cellules souches humaines dans des embryons de porc, et après greffer ces organes sans risque de rejet ? mais où se place la déontologie ? Ces expérimentations mettent en danger la vie humaine. Ces manipulations génétiques sont hautement néfastes.
    De plus il y a des rivalités entre les autorités mondiales, entre les leaders en matière d'internet, d'armement, et d'économie mondialisée

    L'auteur dans son roman parle de ses inquiétudes face à cette « l'intelligence artificielle » qui diffère de l'intelligence vraie et intuitive. Il déplore cette transformation radicale du monde devenant de plus en plus artificiel et virtuel. Il différencie les nouvelles technologies d'avec les sagesses ancestrales.
    Les machines conditionnent de plus en plus le comportement des humains. Le progrès n'a pas de limite et tout va très vite mais où cela nous mène-t-il ?
    L'humanité y résistera-t-elle ? Nos personnages ici ne sont pas convaincus du bien-fondé de cette société qui va trop vite, alors ils se lancent à la recherche de celui qui peut faire changer les choses, qui peut terrasser la machine avec ses pouvoirs chamaniques. Il s'agit donc de Patmos, gardien d'un temple perdu dans une oasis égyptienne. Il a cette sagesse des anciens, des alchimistes. Parviendront-ils à le retrouver et à le sauver ?
    Patmos ce chaman et guérisseur utilise les lois des symboles, il suit la règle et se rend dans les lieux de spiritualité afin de trouver l'élément manquant du sac de vie : le lieu exact où le déposer.
    Le sac de vie renferme le secret de la vie et de la mort.
    Le dernier lieu où se rendent les personnages est le lac Tahoe, au cœur de la sierra Nevada.
    Est-ce que Washo l'ancien déteint cet élément manquant du sac de vie ?
    Ces religieux, ces anciens savaient interpréter les signes, guider et soigner.
    Les chamans souhaitent maîtriser la mort de leur vivant de façon plus naturelle, de façon libérée et délibérée et non de façon contrôlée comme la machine. Cette dernière ne connaît ni le bien ni le mal ; elle agit en contrôlant les États et la conscience.
    Si elle prend trop de place, les humains seront asservis.
    Dans le récit l'auteur reprend en résumant, les principaux faits du livre précédent ce qui favorise le travail de mémoire et retrace les faits actuels dans leur contexte pour les lecteurs qui n'auraient pas lu le premier acte de cette histoire.
    Ce qui est agréable dans cette lecture, c'est l'humour de Bruce, parfois noir ainsi que ses expressions dans les dialogues. Ça fonctionne, j'ai souvent eu le sourire aux lèvres et cela détend l'atmosphère souvent tendue du roman. 

    C'est un roman dans l'air du temps et nous voyageons à travers le monde au côté de Mark, Apsara et Bruce. Le Caire, Prague, la Sibérie....et retour à New-York.
    Il y a beaucoup d'action, de stratégies, de manipulations.
    Quelques rebondissements nous donnent quelques sueurs froides, nous subissons quelques tensions celles des personnages. Tout cela nous pousse à avancer dans cette lecture intéressante puisque l'auteur l'agrémente avec des faits historiques, des explications sur les croyances notamment égyptiennes, mais aussi sur les monuments et la culture des pays.

    La fin laisse présager une suite intéressante, avec sans doute la présence plus importante de Bruce Junior.
    Les chapitres sont courts, l'écriture contrôlée, fluide, soignée, elle se partage proportionnellement les dialogues et le récit.
    Ce roman est un très grand moment de lecture et de dépaysement.
    Cependant je regrette un peu les personnalités un peu trop suffisantes d'Apsara et de Bruce.

    Les enquêtes de Setna, La tombe maudite - Tome 1
    Les enquêtes de Setna, Le livre interdit - Tome 2
    Les enquêtes de Setna, Le voleur d'âmes - Tome 3
    Les enquêtes de Setna, Le duel des mages - Tome 4
    J'ai construit la grande pyramide


    4 commentaires
  • Un appartement à Paris

    Titre : « Un appartement à Paris »
    Auteur : Guillaume MUSSO
    Genre : roman thriller
    Éditions : XO éditions
    Année : mars 2017
    Nombre de pages : 471

    Quatrième de couverture :

    " L'art est un mensonge qui dit la vérité... "

    Paris, un atelier d'artiste caché au fond d'une allée verdoyante.
    Madeline l'a loué pour s'y reposer et s'isoler.
    À la suite d'une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.
    L'atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l'assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd'hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d'unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.
    Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

    Mes impressions :

    Une fois de plus, je remercie Mélanie de XO Éditions pour l'envoi de cet ouvrage dédicacé.

    Le roman commence sur une parenthèse reflétant un événement douloureux dans la vie de Madeline.
    Madeline aperçoit par hasard un ex-compagnon en présence de son fils.
    Le narrateur s'adresse à cette femme et j'ai apprécié les touches de complicité et de douceur dans cette digression narrative.
    Il nous raconte l'histoire de cœur, vieille de cinq ans, entre Madeline et un homme marié.
    Toute la douleur ressurgit quand elle croise cet homme avec un petit garçon. Cette vision ravive le passé et les démons ressurgissent. Fin de la parenthèse.
    Nous faisons ensuite la connaissance de Gaspard, un dramaturge isolé, venu sur Paris le temps d'écrire sa pièce de théâtre annuelle, réclamée par son agent qui lui loue une maison pour l'occasion afin qu'il soit au calme. Il déteste Paris.
    Madeline quant à elle arrive de Londres par L’Eurostar mais voilà qu'un fâcheux concours de circonstances les rend colocataires malgré eux de l'atelier du peintre Sean Lorenz, à ce jour décédé. Chacun des deux, insiste pour que l'autre quitte les lieux au plus vite afin de profiter de la beauté de cet espace. Cet appartement dégage un sentiment de plénitude, de beauté, une certaine luminosité accueillante.
    Au fil des pages l'auteur nous en dévoile un peu plus de la vie de Madeline. Ancienne policière, reconvertie en fleuriste puis consultante au sein de la police new-yorkaise dans le service des affaires classées, elle a quitté finalement ce milieu et elle est retournée en Angleterre.
    Gaspard et Madeline sont de caractère diamétralement opposé mais ni l'un ni l'autre ne souhaitent quitter l'appartement pour le laisser à l'autre.
    Gaspard n'est pas un homme moderne, il n'aime pas les nouvelles technologies, il n'a pas de téléphone portable, ni d'ordinateur. Il fuit la foule mais apprécie la nature, vers laquelle il se tourne pour se ressourcer.
    Peu à peu l'un et l'autre chacun de son côté souhaite en savoir plus sur l'atelier de Sean Lorenz : une maison et un atelier à l'image de son propriétaire ! Lumineux et grandiose.
    On va donc apprendre la vie de cet artiste au travers des histoires racontées par Pauline sa voisine du temps où il était vivant et de son galeriste et ami Benedick.
    Le drame de sa vie fut la perte de son enfant, alors que ce dernier n'avait que 3 ans.

    Ce roman dresse le tableau d'un artiste et de sa vie chaotique.
    C'est un roman sur des toiles disparues qui devraient être retrouvées pour sauver l'honneur de Sean, et lui rendre une reconnaissance qu'il mérite. Il avait cessé de peindre après la mort de son petit garçon. Trois mois avant la sienne il s'était remis à fréquenter son atelier. Les trois dernières toiles qu'il y a peintes n'ont jamais été trouvées !
    Ce roman est riche culturellement, on y apprend beaucoup de choses notamment sur les couleurs et les différentes techniques de pigmentations.
    Madeline et Gaspard, sont deux personnages profondément humains, deux écorchés vifs qui essaient de fuir un passé trop lourd. Ils vont devoir faire face à leurs démons, à leurs blessures respectives. Ils devront affronter leurs souvenirs pour croire et espérer en l'avenir.
    Ce livre est également une approche envoûtante du monde mystérieux de l'art et de la peinture. Il y a du suspense dans l'intrigue mais aussi sur les vies singulières de Gaspard et de Madeline.
    L'auteur évoque également l'EMI (expérience de mort imminente).
    Monsieur Musso nous fait un clin d’œil en introduisant un personnage d'un de ses anciens romans.
    L'enquête sur l'existence des tableaux disparus s'intensifie, se densifie et ouvre la brèche sur d'autres énigmes.
    L'auteur surprend tout au long du livre car au moment où le lecteur pense avoir deviné le dénouement, Musso le confronte à un mystère supplémentaire. Il y a plusieurs scénarios possibles, plusieurs enquêtes qui s'imbriquent prodigieusement.
    Au plus on avance dans la lecture, au plus l'obscurité s’épaissit autour de la vie de Sean, de l'enlèvement de son fils et de son assassinat mais le suspense s'enrichit aussi autour de Madeline et de Gaspard, d'un point de vue intime et personnel.
    La particularité narrative se situe dans le changement de personnage. De même quand l'auteur nous dévoile tour à tour les découvertes de Madeline et Gaspard chacun de leur côté ; cela apporte un petit côté singulier appréciable au roman.
    La dernière partie du livre est prenante. Tout s’accélère, les personnages sont poignants, en proie à leurs propres difficultés.
    Gaspard est bouleversant. Je me suis attachée à ce personnage.
    J'aurais aimé pourtant que Madeline s'exprime dans un épilogue comme le fait Gaspard. Ses sentiments personnels et sa vision du futur sur cette histoire de famille me manquent.
    Pour finir, je voudrais rajouter que j'aime beaucoup cette couverture, sobre sophistiquée et délicate à la fois .
    J'aime toujours autant les références littéraires, artistiques ou musicales qu'ajoute Guillaume MUSSO en début de chapitre et dans le contenu de son roman. Certaines nous invitent à méditer.
    Elles éveillent la curiosité des lecteurs et leur donnent envie d'aller chercher sur internet les noms des œuvres citées.
    Le style de Guillaume Musso est toujours aussi limpide et agréable.
    Un très bon roman que je recommande !

    EXTRAIT :
    « Avoir un enfant estompe toue la noirceur que tu as dû endurer auparavant. L'absurdité du monde, sa laideur, la bêtise abyssale d'une bonne moitié de l'humanité et la lâcheté de tous ceux qui chassent en meute. Lorsque tu as un enfant, d'un seul coup, tes étoiles s'alignent dans le ciel. Toutes tes erreurs, toutes tes errances, toutes tes fautes sont rachetées par la simple grâce de la lumière dans un regard ».

    MUSSO Guillaume, Central Park
    MUSSO Guillaume, L'instant présent M
    MUSSO Guillaume, La fille de Brooklyn
    MUSSO Guillaume, La fille de papier
    MUSSO Guillaume, L'appel de l'ange
    MUSSO Guillaume, 7 ans après
    MUSSO Guillaume, Demain


    4 commentaires
  • Sphinx

    Titre : « Sphinx »
    Auteur : Christian JACQ
    Genre : Thriller
    Éditions : XO éditions
    Année : octobre 2016
    Nombre de pages : 387

    Quatrième de couverture :

    Ils sont neuf. Neuf représentants d'une confrérie mystérieuse dénommée Sphinx. Neuf détenteurs des secrets de la vie, disséminés à travers le monde. Neuf condamnés à mort par les nouveaux maîtres de la technologie, adeptes de l'argent-roi, dont l'objectif fait froid dans le dos : la prise de contrôle définitive du cerveau humain par les machines. Depuis New York ces derniers ont engagé une traque implacable pour éliminer, un à un, les membres de Sphinx. C'est compter sans la détermination d'un journaliste écossais, Bruce Reuchlin, redoutable enquêteur, prêt à prendre tous les risques pour déjouer leur plan diabolique. Pour Bruce, désormais, chaque pas est un danger de mort. Plus il avance dans son enquête, plus la question l'effraie : qui gouverne vraiment notre monde ?

    Mes impressions :

    Merci à Mélanie Rousset des Éditions XO pour l'envoi gracieux de ce livre. C'est toujours très agréable.

    Dans son dernier roman, Christian Jacq grand spécialiste des civilisations anciennes et égyptologue reconnu, dénonce et accuse la technologie, d'éloigner l'humanité du contrôle de son destin.
    Pour développer cette idée il choisit la culture égyptienne, comme référence puisque dans celle-ci « la spiritualité, gouvernance, société, économie étaient liées avec une exigence d'harmonie ».

    L'idée première de ce thriller est la suivante : « qui dirige vraiment notre monde ? ».

    Les machines intelligentes, ou l'homme ? - L'homme et la machine ne font-ils pas un ?
    Qu'allons-nous devenir alors qu'à ce jour les technologies se développent et créent un monde plutôt inhumain ? Les machines prennent-elles le pouvoir ?.
    Sphinx est le roman des derniers résistants, face à ce monde formaté.

    L'intrigue est assez intéressante, et pour la mener à bien, l'auteur choisit comme personnage principal Bruce, un journaliste d'investigation, ex-rugbyman de 40 ans, avec un fort caractère et une détermination sans égale.
    Mark son ami est le propriétaire du journal dans lequel Bruce écrit.

    Le roman commence avec le personnage de Khaled, célébrité locale et internationale, né à Palmyre, site considéré comme stratégique; il en est le gardien. Sa mission est de restaurer la ville.
    Il a été arrêté par un commando de l'état Islamique, Daesh armée Islamique qui a instauré un certificat qui comprendrait la Syrie, l'Irak puis bientôt le Proche-Orient.
    Khaled refuse que Daesh détruise sa ville alors que les islamistes, refusent toute expression culturelle antérieure au Coran. Il sera assassiné.

    Bruce quant à lui vit à Londres, il explore la ville moderne, et ses cercles fermés de décideurs.
    Il s'attarde sur le club nommé « Sphinx ».
    Le rôle et le souhait de cette confrérie, sont de préserver l'humanité alors que l'Islam progresse, et que l’informatique triomphe. Cette confrérie de neuf membres existe depuis l'Ancien Empire égyptien et cherche à protéger notre monde des ténèbres qui nous menacent en permanence.

    Les neufs ont inscrit leur savoir dans les neuf poutres de granit présentes, dans la chambre du roi de la grande pyramide.
    Les membres du Sphinx sont aux quatre coins du monde et sont tour à tour éliminés...

    Tout au long du roman le décor change... De Palmyre cité antique de Syrie, le lecteur voyage grâce aux personnages et aux événements. L'auteur partira d’Égypte, passera par l’Angleterre, l'Italie, l'Inde, la Chine jusqu'en Amérique chercher des réponses aux questions qu'il se pose à propos de cette fameuse confrérie des neufs.

    Le père de Mark Saint John richissime homme d'affaires était un élément majeur du Sphinx. Saint John n'était pas neutre dans la lutte contre le terrorisme islamique. Avant d'être assassiné, il va laisser un message à son fils l'héritier de cet empire et ce dernier n'aura alors qu'un seul but le venger, avant de prendre la relève et de continuer ses activités.
    Qui est Sphinx ? Une confrérie de neuf alchimistes née à l'époque de la Grande Pyramide, toujours en activité et prétendant détenir le secret de la matière et de l’origine de la vie.
    Ils se battent contre l'intelligence artificielle, qui serait de connecter le cerveau humain à un ordinateur qui lui dicterait son comportement et lui transmettrait les bonnes informations.
    Le but de Mark et de Bruce sera alors de sauver le maître de la confrérie, afin qu'il puisse remplacer les adeptes disparus et perpétuer la tradition.
    Certains pensent que ce supérieur pourrait être Mark si son père a eu le temps de lui transmettre ses connaissances.
    Mais qu'en est-il vraiment ?

    Bruce et Mark sont entourés par d'autres personnages tout aussi importants,
    Primula l'épouse de Bruce est une femme meurtrie mais avec beaucoup de charisme. Les Khmers rouges ont massacré sa famille.
    Apsara est la fille d'un des neufs...
    Mark, Bruce, Primura, et Apsara amie de Primura et fille de l'un des neuf vont lier leur force et leur connaissances pour trouver qui perpétue et commandite les assassinats des neufs...

    D'un côté il y a cette confrérie qui tente de sauver le monde des griffes des nouvelles technologies qui ne peuvent qu'apporter guerre et autre pouvoir malveillant.
    De l'autre côté, l'informatique crée une arme terrifiante pour ceux qui veulent mener le monde et détruire la confrérie des neufs. Mark et Bruce font le lien.
    Le but des nouveaux maîtres du monde est de se servir des nouvelles techniques informatiques et technologiques pour améliorer et contrôler le cerveau humain...et ils veulent briser tous ceux qui les en empêcheraient.
    Mark rencontre les membres qui travaillaient avec son père et qui souhaitaient faire une société pacifique. Saint-John avait mis des moyens techniques et technologiques en place. Il découvre alors quels genres d’activités avait son père.
    Saint John refusait d'investir dans le programme du cerveau humain. Il refusait l’intelligence artificielle.
    Dès le début, Christian Jacq pose l'ambiance, révèle le climat de son récit. Dès les premières phrases, on note que le thème principal est tristement d'actualité. Terrorisme et frayeur.

    Dans ce roman surprenant Mark et Bruce sont deux amis inséparables, ils ont l’obsession de la vérité. Et défendent des valeurs humaines.
    Bruce est un personnage entier, cynique et ironique.
    Les chapitres sont courts, les phrases sont directes, parfois incisives surtout dans les dialogues lorsque Bruce intervient. Il a un caractère bien trempé et ses interventions orales font mouche !
    Le thème de ce roman est originale mais tout le monde plus ou moins sait que la vérité n'est pas là où l'on nous le fait croire.
    Dans notre monde il y a beaucoup de corruption, de trahison, de complot, de stratégie.
    Dans un souci de vérité et d'exploration, l'enquête de Bruce et Mark est rythmée. De nombreux rebondissements, viennent les contrarier.
    Il y a pas mal de métaphores dans le style ainsi que des descriptions détaillées, parfois inutiles, mais très bien écrites.
    Ce roman qui allie histoire des civilisations, politique, sciences, technologies et humanité, nous entraîne dans une histoire surprenante, voire fascinante et nous interroge sur l'évolution des sociétés, et l’émergence des nouvelles technologies et leurs possibles dérives. Tout cela sur fond de machinations, tromperies, trahisons stratégiques.
    Un bémol cependant, je trouve le dénouement décevant et bâclé, je pensais qu'elle serait à la hauteur de la personnalité des personnages et de leur charisme mais non ! Pas tout à fait. Dommage.
    Cependant ce roman est un bon moment de lecture qui peut ouvrir de nouveaux horizons..... 

    Les enquêtes de Setna, La tombe maudite - Tome 1
    Les enquêtes de Setna, Le livre interdit - Tome 2
    Les enquêtes de Setna, Le voleur d'âmes - Tome 3
    Les enquêtes de Setna, Le duel des mages - Tome 4
    J'ai construit la grande pyramide


    4 commentaires
  • La trahison de la Reine

    Titre : « La trahison de la Reine »
    Auteur : Antonia HODGSON
    Genre : Thriller Historique
    Éditions : XO éditions
    Année : 2016
    Nombre de pages : 416

    Quatrième de couverture :

    Un thriller historique et captivant dans les bas-fonds de Londres.

    Printemps 1728. On traîne un homme jeune, bien habillé, dans les rues de Londres, jusqu'à la potence de Tyburn. À son passage, la foule le raille, le traitant de meurtrier. Thomas Hawkins essaie de rester calme. Il est innocent. Et il doit le prouver avant que la corde ne lui serre le cou.

    Il sait, bien sûr, que tout est de sa faute. Il était si heureux avec Kitty Sparks. Pourquoi s’est-il mis à fréquenter le criminel le plus dangereux de Londres ? Pourquoi avoir offert son aide à Henrietta Howard, la maîtresse du roi, dans sa lutte désespérée face à un mari brutal et impétueux prêt à tout pour servir ses intérêts ? Et, surtout, pourquoi avoir accordé sa confiance à la reine Caroline, cette femme pleine d'esprit, qui se révèle une redoutable calculatrice ?

    Elle lui avait promis un pardon royal en échange de ses services. De grâce, pourtant, il n'y aura pas. Thomas Hawkins est conduit au gibet. Trahi. Mais pas seul. Kitty est là. Décidée à le sauver et à faire triompher la vérité.

    Mes impressions :

    Je remercie Mélanie Rousset des Éditions XO pour l'envoi de ce livre.

    Avec cette lecture, j'ai été transportée dans les bas-fonds de Londres avec une intrigue assez simple mais qui a le mérite d'être bien construite et surtout des personnages attachants et là je pense à Tom et Kitty, les personnages principaux.
    Au début du livre, Tom est conduit à l’échafaud, il est accusé du meurtre de son voisin. Fils de pasteur, ce gentilhomme s'est tourné vers la débauche, boit de trop, fréquence les lieux sombres, il a même été incarcéré quelques mois auparavant.
    Aujourd'hui pourquoi et comment en est-il arrivé à être accusé de meurtre de Monsieur Burden son voisin ? Retour en arrière ; l'auteur va nous expliquer pas à pas son histoire.

    Trois mois auparavant Tom a rencontré Kitty, alors qu'il était emprisonné pour dettes ; Kitty l'a aidé à surmonter cette épreuve de l'enfermement et ils sont tombés amoureux. Ils vivent ensemble désormais.
    Elle est propriétaire d'une librairie libertine, léguée par son tuteur Samuel Fleet.
    Sam 14 ans fils de James Fleet, demi-frère de Samuel Fleet vit avec elle. James est chef de la bande de voleurs, il règne sur Saint Gilles, lui et son épouse Gabriela, mère de Sam, ont confié Sam à Tom pour en faire un gentilhomme.

    Puis dans la famille Burden, il y a le père violent, , maître charpentier, Judith sa fille, Stephen son fils de 15 ans. Alice Dun leur servante et Ned est leur apprenti depuis 7 ans.
    Tous ont des liens familiaux qu'ils ignorent plus ou moins mais que nous lecteurs découvrirons au fils de pages.

    Un soir après plusieurs punchs et parties de cartes Tom, rentre chez lui et marche dans Covent Garden. Là il entend des cris et des pleurs dans la maison des Burden, il tente de savoir ce qui se passe, mais Burden s'y oppose et le houspille. Les enfants le repoussent également.

    Quelque temps plus tard, Burden est poignardé de 9 coups de couteau... Tom est tout de suite soupçonné.
    Cette soirée-là va être le point de départ de sa culpabilité aux yeux des habitants de la ville, et aura raison de son passé et avenir.

    Il y a quelques mois, Tom avait déjà été soupçonné d'avoir tué un homme dans le Borrough, est-ce une vérité ou une rumeur ?
    Gorson, magistrat de la ville, dévoué de la société pour la réforme des mœurs, n'aime pas Kitty , ni Tom et ne s'en cache pas. Il n'espère qu'une chose, prouver la culpabilité de Tom pour enfin être débarrassé de lui et de sa mauvaise influence sur la ville.
    Le juge tente de creuser les faits pour tenter de découvrir la vérité.

    Un matin Burden est retrouvé assassiné chez lui ! Les soupçons se portent immédiatement sur Tom, de par son passé et les menaces proclamées précédemment à Burden !
    Tom quant à lui soupçonne Judith, soit Stephen soit Ned … Il va alors tenter de démêler cette affaire. Avec Kitty ils vont faire des découvertes surprenantes.
    James demande à Tom de rencontrer une dame de la cour (Henrietta Howard) qui réclame de l'aide. Cette femme n'est autre que la maîtresse du Roi.
    En allant s'enquérir de ses soucis, sur les lieux du rendez-vous, il frappe le mari violent de cette dernière.
    La reine demande alors à Tom de devenir son serviteur et son espion, de remplacer Samuel Fleet.
    Il sait alors qu'il va mettre les pieds dans un engrenage.
    James lui propose son aide en lui disant que s'il se met au service de la Reine, il l'aidera mais Tom va être rapidement pris au piège, trahison, machination, mensonges vont devenir le lot de son quotidien.
    La Reine demande à Tom de faire parler le mari d'Henrietta pour qu'elle découvre ses faiblesses afin qu'elle puisse s'en servir dans le but de sauver sa dame de compagnie Henrietta des mains de son mari violent.

    Tom sera finalement condamné, malgré les promesses de la Reine de le gracier....

    L'histoire est plutôt sans surprise mais tortueuse dans les liens de parenté des personnages, ce qui rend le roman un peu plus prenant. Par contre le style est très agréable, nous sommes directement plongés dans l'époque et dans l'intrigue.
    Les personnages sont assez caricaturaux d'une époque.
    Tom et Betty sont des jeunes gens, attachants, loyaux, dévoués à celle/celui qu'il/elle aime.
    Il y a des descriptions et des dialogues dans des proportions égales.

    Je ne peux pas dire que ce roman m'a captivée, en effet, je trouve qu'il y a trop peu de suspense, les rebondissements peu nombreux.
    Ceux qui recherchent un roman historique n'y trouveront que des clichés de l'époque qu'il dépeint, ceux qui veulent réfléchir pour démêler une affaire de meurtre, n'auront pas cette peine car le coupable est pressenti très tôt. Alors je dirai que ce roman n'est pas tout à fait un thriller, ni tout à fait un roman historique...

    Je vous laisse le soin de le lire et/ou de donner votre avis.

    En fin de volume l'auteur nous parle de la vraie Henrietta Howard, maîtresse du roi et de son mari violent ! De la reine Caroline, des exécutions à Tyburn …
    Elle s'est servi de la réalité d'une certaine époque pour écrire son roman, ce qui laisse présager des recherches de documentation et une passion pour ce siècle là....


    6 commentaires
  • La dernière trace

    « La dernière trace » de Charlotte LINK

    Titre : « La dernière trace »
    Auteur : Charlotte LINK
    Genre : Suspense, thriller
    Éditions : Presse de la cité
    Année : 2010
    Nombre de pages : 642

    Quatrième de couverture :

    10 janvier 2003. Pour la première fois, Elaine Dawson quitte son village du Somerset afin de répondre à l'invitation de Rosanna, une amie de la famille qui se marie à Gibraltar. Mais tous les vols au départ de Heathrow sont annulés à cause du brouillard.
    Alors que la jeune provinciale s'apprête à passer la nuit dans une salle d'embarquement, un aimable Londonien propose de l'héberger. Elaine accepte. On ne la reverra plus.
    Cinq ans plus tard, Rosanna doit écrire une série d'articles sur les disparitions inexpliquées pour un magazine. L'occasion pour elle de savoir enfin ce qui est arrivé à Elaine. La journaliste est loin de se douter qu'en s'engageant dans cette enquête elle va se mettre en danger de mort.

    Mes impressions :

    Ce roman m'a vraiment entraînée dans une histoire judicieuse et prenante ; la tension psychologique qui s'en dégage m'a vraiment scotchée. Le style de Charlotte Link est remarquable.

    Le livre commence par une parenthèse ; nous sommes en 2002. L'inspecteur Fielder et sa collaboratrice le sergent Christy Mc Marrow enquêtent sur une disparition délicate.
    Au même moment, le corps d'une jeune femme est retrouvé. La victime a été torturée avant d'être assassinée.
    Ses vêtements laissent supposer qu'il s'agit d'une prostituée. Son ancienne camarade de chambre l'a reconnue lors de l'identification.
    Jane venait de Manchester, elle est arrivée à Londres dans l'espoir de trouver un homme et se marier. Mais les choses se sont déroulées de façon plus compliquée. Elle n'a pas réussi à s'intégrer et elle a rencontré des difficultés, puis est passée du côté de la prostitution.
    Avec sa collègue, elles deviennent colocataires mais un soir, Jane n'est pas rentrée....

    Janvier 2003, Elaine habite Healthrow. Invitée au mariage de Rosanna, à Gibraltar une amie de la famille, elle quitte sa ville d'Angleterre pour un court séjour.
    Elle laisse son frère Geoff handicapé moteur au soin d'un garde malade et décide de profiter de changer de ville pour souffler un peu le temps d'aller et revenir.
    Mais ce jour-là, en raison d'un fort brouillard, de nombreux vols sont annulés, elle devra alors passer la nuit dans une salle d'attente de l'aéroport... Mais un gentil garçon, un avocat Marc Reeve lui propose de l'héberger le temps d'une nuit, pour la raccompagner le lendemain à l’aéroport afin de prendre un vol. Après une courte hésitation, elle accepte Mais plus personne ne la reverra....Sa disparition n’inquiétera pas grand monde sauf son frère qui devra aller alors dans une maison de soin.

    Février 2008, cinq ans après, Rosanna, est mariée à Dennis et son beau fils Robert 16 ans, vit avec eux, toujours en Espagne. L'Angleterre lui manque ainsi que son métier de journaliste. Elle a quitté sa ville et son métier pour vivre avec son mari. C'est pourquoi elle accepte de retrouver sa ville natale et son ami et ex-patron Nick Simons qui vient de lui proposer d'écrire un papier concernant des disparitions inexpliquées et jamais élucidées de jeunes femmes ; notamment celle de son amie Elaine, et ce malgré l'avis défavorable de son mari qui ne souhaite pas qu'elle reprenne le travail. Lui-même est journaliste pour un magazine people.

    Pour l'opinion publique, Reeve est responsable de la disparition d'Elaine. Dans cette affaire même s'il n'a pas été jugé coupable par manque de preuve, la société le considère comme le principal suspect.
    Les conséquences sont dures pour lui ; il a perdu son emploi et sa place dans un grand cabinet d'avocats. Sa femme Jacqueline et son fils ne veulent plus le voir et il a dû déménager dans une autre ville pour pouvoir se reconstruire ailleurs et reprendre sa profession en main.
    Pour tous, il n'est pas blanchi. Il ne sera jamais vraiment considéré comme innocent. Mais sa culpabilité n'a pas été prouvée. Les années passent et peu à peu il se fait une clientèle dans son cabinet privé.

    Au même moment, un autre personnage apparaît, une jeune femme énigmatique qui semble se cacher. Elle travaille dans un pub « l’éléphant bleu » depuis huit mois. M. Cadwick le propriétaire qui lui loue une chambre est un être repoussant, pervers et vicieux, elle n'a qu'une envie quitter ce taudis et trouver un meilleur logement, mais elle est paralysée par l'idée que Pit, un ancien amant violent, qu'elle a quitté la recherche. Elle le décrit comme un psychopathe.
    Linda, 16 ans, est retrouvée morte près d'un lac après avoir disparu suite à une altercation avec son père concernant la façon provocante de se vêtir depuis quelques temps.
    Sa sœur Angela est profondément marquée, de même que sa mère qui déjà avait un gros souci avec l’alcool. Son père se sent fautif et sombre dans la déprime.
    La signature de cet assassinat ressemble à celle de Jane, la victime est morte de la même façon. Torturée, violée, noyée.
    Linda a-t-elle fait une mauvaise rencontre ? S'était t-elle mise en couple avec un jeune homme peu recommandable comme certains le disent ? Où prenait-elle l'argent pour se payer des vêtements vulgaires mais de luxe ?
    Bien des questions restent sans réponses.
    Plusieurs morts, plusieurs disparitions, plusieurs personnes susceptibles d'être le criminel....
    Ou bien est-ce le même meurtrier ?

    Pour apaiser sa mauvaise conscience et son sentiment de culpabilité, elle va tenter de trouver une explication à la disparition de son amie.
    Nick, son boss lui demande dans un premier temps de contacter Marc Reeve pour avoir sa version des faits et tenter de faire une enquête qui propulsera son magazine en haut des ventes.
    Après un premier contact décevant, elle parvient à nouer une relation de confiance avec Marc Reeve et mener par leur intuition et leurs sentiments respectifs, ils vont tenter de résoudre cette affaire. Mais ils prendront de gros risques et l'histoire va échapper à Rosanna.

    Personnellement je trouve son dévouement et sa motivation, attachants mais dangereux.
    Elle va s'impliquer beaucoup trop dans la disparition d'Elaine au détriment des autres jeunes femmes.
    L'auteur nous offre plusieurs pistes possibles, concernant Elaine, est-elle partie de son plein grè pour enfin quitter une vie qui lui pesait ? A -telle eu une aventure avec un homme qui l'aurait enlevé ?

    Rebondissement, tension, suspense ! Tout y est !
    J'ai vraiment adoré cette histoire à la fois prenante et bouleversante. Au début Rosanna mène l'enquête de façon professionnelle puis elle s'investit pour des raisons personnelles. Puis elle rencontre Reeve, et des sentiments amoureux naissent entre eux alors au fond d'elle, elle espère prouver son innocence.
    J'ai aimé le mélange des émotions de tous les personnages, les implications et les imbrications des uns et des autres.
    Les lecteurs seront surpris de voir comment Charlotte Link, parvient au dénouement car aucun moment il y a les prémices d'une quelconque évidence. Elle brouille les pites régulièrement....
    Jusqu'à la fin le doute est permis.
    L'auteur prend le temps de décrire la vie en profondeur d'Elaine et de Rosanna mais les autres personnages ne sont pas oubliés : Marc, Rob, Cédric, Pamela et Geoff. Tous sont dans une période délicate de leur vie, des événements les ont bousculés voire maltraités alors ils souhaitent prendre un nouveau départ.

    L'auteur fait exister chacun d'entre eux de façon entière, chacun a une vie complexe et ils sont tous perturbés psychologiquement. Ceux qui suivent ce blog savent que je suis particulièrement attachée aux histoires dans lesquelles le vécu et la psychologie des personnages sont bien travaillés.
    L'auteur ne ménage pas ses personnages et les nombreux rebondissements envisageables qu'elle imagine nous bluffent et nous gardent en haleine jusqu'au bout. Sans oublier que la romance tient aussi une place importante dans l'intrigue.
    Le style d'écriture est tellement agréable que j'avais du mal à poser le livre pour vaquer à d'autres occupations.
    Vraiment il est très bien écrit, avec une pression psychologique et un rythme constant, jusqu'à la dernière page.
    Pour moi il est un excellent roman comme je les aime.


    6 commentaires
  • Un visage d'ange

    Titre : « Un visage d'Ange »
    Auteur : Lisa BALLANTYNE
    Genre : roman, policier, suspense
    Éditions : Belfond
    Année : 2013
    Nombre de pages : 408

    Quatrième de couverture :

    Quand un avocat au passé trouble doit défendre un adolescent de onze ans accusé d'un crime atroce... Est-il coupable ? Comment juger un enfant ? Une histoire fracassante, troublante de réalisme, chargée d'émotion et de suspense, sur la fin de l'innocence et l'espoir de rédemption. Un premier roman coup de poing.
    Troublant de réalisme, chargé d'émotion et de suspense, un premier roman coup de poing allié à une remarquable réflexion sur la nature de la violence, la fin de l'innocence et l'éternel espoir de rédemption.
    Avocat en droit pénal, Daniel Hunter s'est fixé une ligne de conduite stricte : ne pas s'investir émotionnellement dans ses dossiers. Mais le cas qui s'annonce va définitivement ébranler ses convictions...
    À onze ans, Sebastian Croll est accusé d'avoir battu à mort son camarade de jeu. Comment ce garçon intelligent, choyé, parfaitement éduqué aurait-il pu commettre un acte aussi atroce ?
    À mesure que Daniel découvre l'univers familial tourmenté de Sebastian, ses propres souvenirs émergent. Une enfance bafouée, chargée de violence et de colère ; et puis Minnie, cette femme au courage extraordinaire qui a changé son destin avant de le trahir à jamais...
    Alors que « l'affaire Croll » déclenche un vaste ouragan médiatique, Daniel doit tenir bon, tout faire pour sauver Sebastian de la machine à broyer carcérale. Mais que dissimule vraiment ce visage d'ange ? Et si enfance n'était pas toujours synonyme

    Mes impressions :

    Daniel est un solliciter (avocat non plaidant) ce qui veut dire qu'il n'est pas habilité à plaider. En droit Anglais, seul les barristes peuvent le faire.

    Sebastian 11 ans est le principal suspect dans la mort d'un enfant de 8 ans, qui est son petit voisin avec qui il jouait de temps en temps ; ce dernier a été retrouvé mort dans Barnard Park, sur l'aire de jeu.
    Sebastian est connu du voisinage pour être un garçon assez brutal, au caractère dur.
    D'ailleurs à l'école aussi, il se fait souvent remarquer dans des bagarres.
    Sa mère Charlotte est une femme fragile qui, on l'apprend au fil des pages, se fait battre par son mari, homme souvent absent, insolent et froid.
    Daniel va être l'avocat de Sebastian. Il choisit Irène, sa collègue de longue date, pour faire équipe et plaider dans cette affaire.
    Lorsque Daniel rencontre pour la première fois Sebastian, il reconnaît en lui un garçon plein d'assurance, qui s'exprime bien et qui semble avoir une intelligence supérieure à la normale, ce qui sera confirmé par les psychiatres chargés de l'examiner.
    Daniel est touché par l'histoire de Sebastian, il va même jusqu'à faire des transferts affectifs. Seb est déroutant, il n'arrive pas vraiment à le cerner mais parce qu'il a vécu des événements similaires, il le comprend mieux que personne.

    Tout au long du livre l'auteur, mêle l'affaire présente concernant le meurtre d'un enfant et le vécu de Daniel.
    Daniel retrouve en Sebastian quelques-uns des traits de son propre caractère mais également de ses souffrances. Le passé de Daniel et le présent de Sebastian sont fait d'abandon et d'absence.
    Sa mère se droguait. Les services sociaux lui ont donc retiré la garde de Daniel. Mais malgré cela il ne cessera de l'aimer et d'espérer retourner vivre avec elle.
    Après plusieurs placements, il trouvera refuge chez Minnie, une femme qui est bouleversée et ne s'est jamais remise de la mort de son mari et de sa petite fille dans un accident de voiture, aura-t-elle la force de continuer en devenant famille d'accueil ?.

    Toute la lecture est construite sur cette relation. Il y a deux histoires en une, sans oublier le côté suspense du procès de Sebastian. Les termes sont vraiment appropriés pour des lecteurs qui n'ont pas de connaissances juridiques particulières, ainsi la lecture s'en trouve fluidifiée. J'ai aimé également les plaidoiries qui nous font comprendre toute la complexité du métier d'avocat. Elles vont à l'essentiel et ne se perdent pas dans un jargon incompréhensible.
    Ce roman est vraiment prenant, les personnages troublants et touchants à la fois.
    J'ai adoré lire cette histoire qui relie deux personnes : un garçon de 11 ans et une homme mûr, adulte, qui par la similitude de leurs souffrances et de leurs errances vont s'apprécier et s'attacher l'un à l'autre.
    J'ai apprécié comment ce sujet délicat, le procès pour meurtre d'un enfant à peine âgé de 11 ans est traité avec empathie.
    Daniel et Seb ont été deux enfants difficiles, ils ont deux parcours qui se ressemblent et pourtant ils auront une vie d'adulte différente. .
    Les mêmes causes : le manque d'amour, l'abandon, la violence, n'engendreront pas les mêmes conséquences, et n'auront pas les mêmes résonances parce que ces deux enfants ont des personnalités différentes mais, surtout ils vont rencontrer des bonnes ou mauvaises personnes qui vont changer le destin de ses enfants à problèmes.
    Résilience pour l'un et un avenir plus que difficile pour l'autre.
    La relation entre Minnie et Daniel est intense, attendrissante, elle révèle deux personnes à elles-mêmes. Chacun d'entre eux deux, a pris une place particulière dans le cœur de l'autre. Une relation toute en dureté, insolence, parfois violence mais aussi et surtout en tendresse, tolérance et compréhension.
    J'ai apprécié les pensées de Daniel, son empathie, sa bienveillance, à propos de son jeune client. Il a compris qu'il est avant tout un enfant, qu'il faut aider, qui a besoin d 'être écouté, épaulé.

    Un livre fort en sentiment, peu d'action car nous sommes plus dans l'émotion. Tout réside dans la complexité des personnalités et la psychologie des personnages.
    La narration est vraiment bien ficelée comme l'enquête.

     


    2 commentaires
  • Crains le pire

    Titre : « Crains le pire »
    Auteur : Linwood BARCLAY
    Genre : Policier/thriller/suspense
    Éditions : J'ai lu
    Année : 2013
    Nombre de pages : 509

    Quatrième de couverture :

    Que peut-on imaginer de pire pour un père que de réaliser, impuissant, que sa fille a disparu ? Tim Blake, père de famille divorcé, mène une vie paisible. Sydney, sa fille de 17 ans, a trouvé un petit boulot d’été dans un hôtel. Ce matin-là, elle s’en va et lui promet d’être de retour pour dîner. Mais le soir, elle ne rentre pas et ne laisse pas de message ; les autres soirs non plus. Tim mettra tout en œuvre pour retrouver Sydney...

    Mes impressions :

    Sydney, 17 ans disparaît brutalement alors qu'elle était en vacances chez son père Tim, divorcé depuis peu de Suzanne. Jusque-là Tim était un père sans histoire.
    Le matin de la disparition, Tim s'était disputé avec sa fille. S'imaginant d'abord que sa fille a fugué suite à leur dispute, il s'aperçoit au fil des jours qu'il n'est pas responsable.
    Suzanne, la mère de Sydney et son beau père Bob vivent non loin de là. Le fils de Bob, Évan, est singulier, il semble voler de l'argent à Suzanne et Bob.
    Au début de sa séparation d'avec Suzanne, Tim a du mal à accepter Bob le nouveau compagnon mais il va devoir se confronter à lui pour trouver la vérité.
    Tim d'abord accablé, se sent impuissant puis va s'acharner et tenter désespérément de retrouver sa fille. Pour cela il arpente les rues inlassablement, questionne le personnel de l'hôtel où était censé travailler sa fille, les magasins alentour, mais voilà qu'il découvre que Sydney semblait cacher des éléments de sa vie. Il fait face à des zones d'ombre sur ses activités et sur ses fréquentations.
    Jeff, un ami de Sydney crée un site dédié à Sydney pour que Tim puisse mener l'enquête et recueillir des informations des personnes qui auraient pu croiser la route de sa fille.
    Patty Swain, la meilleure amie de Sydney qui suit les mêmes cours et études qu'elle, vient régulièrement voir Tim pour avoir des nouvelles.
    Suzanne fragilisée par un accident va continuer de croire en Tim ; malgré la présence de Bob. Quant à ce dernier, il rencontre des soucis d'autorité avec Evan son fils.
    L'inspectrice Jennings, malgré sa bonne volonté n'avance pas dans l'enquête au grand désespoir de Tim.
    Trois semaines après la disparition de Sydney, il se résout à reprendre son travail, il vend des voitures dans une concession. Mais il ne s'arrête pas de chercher sa fille.
    Un soir il reçoit un email venant d'une femme de Seattle, travaillant dans un centre d'hébergement, disant qu'elle a reconnu Sydney sur le site, elle serait passée plusieurs soirs au centre d'hébergement. Tim décide de traverser la ville et de s'y rendre mais quand il arrive, il se heurte à tout un tas de malentendus, de mystères et de découvertes douteuses.
    La course contre la montre pour retrouver sa fille vivante va commencer.

    J'ai trouvé que le début mettait un peu de temps à se mettre en place, peut-être que cette stratégie permet d'instaurer un climat de tension, ici surtout familiale. L'action fait défaut. Puis peu à peu le rythme s’accélère, les faits et les gestes des différents protagonistes sont de plus en plus présents, intéressants, pour un final remuant et poignant.
    J'ai vraiment eu un coup de cœur pour ce père qui ne se ménage pas pour retrouver sa fille en danger.
    Les derniers rebondissements nous montrent combien il est également sensible.
    Les personnages aux caractères variés souvent malhonnêtes, avec des personnalités différentes, imprévisibles nous servent là une intrigue vraiment bien installée et captivante.
    Il y a également dans cette histoire de familles recomposées, de l'amour filial et des amours plus ou moins romantiques.
    Au départ, il s'agit d'une famille presque sans histoire. Comme il en existe beaucoup.
    Tim, le père de Sydney va devoir faire cavalier seul pour retrouver sa fille car la police montre une incompétence certaine.
    Bientôt les événements échappent à Tim, ce qui rend l'intrigue de plus en plus prenante.
    La disparition de sa fille va le mettre face à ses responsabilités passées, ce qui va accentuer le côté sentimental et humain du roman.

    J'ai lu ce roman avec plaisir car à chaque fin de chapitre un événement vient contrarier ce à quoi je m'attendais et donc la tension monte et le suspense avec.
    De plus des personnages faisant partie intégrante de l'histoire sont susceptibles d'être liés à la disparition de Sydney, ainsi les lecteurs sont ballottés dans leurs tentatives d'élucider l'affaire.
    Au fil des pages, la tension devient pesante, au tiers du roman, l'action prend le relais, les événements s’enchaînent à un rythme soutenu.
    Le récit au départ banal se transforme en une histoire tortueuse, sous couvert d'un trafic d'êtres humains entre autre et nous tient en alerte.
    Il y a dans ce roman une touche de romantisme et de sensibilité car l'auteur nous montre les failles et les peines des personnages. Il nous livre leurs sentiments, leurs blessures de façon qui nous les rend attachants.
    Dommage que le roman s'achève au terme de l'enquête et que quelques pages supplémentaires ne sont pas venues compléter la reprise du cours de la vie de la famille après le drame.

    J'ai beaucoup apprécié le style de l'auteur qui nous amène dans cette histoire avec facilité grâce à la fluidité du texte et sa simplicité.
    Vraiment j'ai adoré lire ce roman qui m'a confronté aux soucis de l'adolescence ainsi qu'à la quête d'un père pour sauver sa fille grâce à l'amour qu'il lui porte. Bien entendu son ex-femme fût un soutien moral pour lui....


    6 commentaires
  • Un avion sans elle

    Titre : « Un avion sans elle »
    Auteur : Michel BUSSI
    Genre : Policier
    Éditions : Pocket
    Année : 2013
    Nombre de pages : 573

    Quatrième de couverture :

    23 décembre 1980. Un crash d'avion dans le Jura. Une petite libellule de 3 mois tombe du ciel, orpheline. Deux familles que tout oppose se la disputent. La justice tranche : elle sera Émilie Vitral. Aujourd'hui, elle a 18 ans, la vie devant elle mais des questions plein la tête. Qui est-elle vraiment ? Dix-huit ans que Crédule Grand-Duc, détective privé, se pose la même question. Alors qu'il s'apprête à abandonner, la vérité surgit devant ses yeux, qu'il referme aussitôt, assassiné. Il ne reste plus qu'un vieux carnet de notes, des souvenirs, et Marc, son frère, pour découvrir la vérité... Cet ouvrage a reçu le prix Maison de la presse.

    Mes impressions :

    Tout commence par un fait divers. Le crash le 23 décembre 1980 d'un Airbus 5403, un vol qui va d’Istanbul à Paris.
    L'avion décroche, les 168 passagers sur les 169 meurent. Il y aura une seule survivante. Une petite-fille de 3 mois qui a été éjectée de la carlingue juste avant la chute de l'avion.
    Léonce de Carville, 55 ans à l'époque du crash, appartient au cercle très prisé des 100 capitaines d'industrie, les plus en vue. Il est ingénieur de formation et possède une immense fortune venant de sa femme Mathilde Carville.
    Son fils Alexandre travaille avec lui dans les affaires. Léonce l'a envoyé en Turquie afin de boucler un contrat. Il partira avec sa femme Véronique, enceinte. Malvina, leur première fille, âgée de 6 ans à l'époque, restera avec ses grands-parents.
    Et puis il y a Nicole et Pierre Vitral, peu fortunés, ils ont eu une vie difficile. Ils viennent de gagner un voyage et ils l'offrent à leur fils Pascal et belle-fille Stéphanie...la suite, vous la connaissez. Ils ont péri dans le crash. Marc leur premier fils était chez ses grands-parents au moment du drame.
    Dans cette histoire deux familles vont se déchirer sur l'identité de la petite-fille. Est-elle Émilie Vitral née le 30 septembre 1980, petite fille de Nicole et Pierre Vitral ou est-ce Lyse-Rose Carville née le 27 septembre 1980 ? Les deux bébés étaient dans l'avion, et aujourd'hui un seul a été retrouvé. Deux bébés pour un seul corps . La justice devra trancher. Cette petite fille sera nommée par la presse, Lylie un condensé des deux prénoms. Elle sera aussi surnommée Libellule.
    D'après le peu d'indice et suite à une enquête éprouvante, la justice va décider en mars 1981 que Lylie est Émilie Vitral ; Nicole et Pierre les grands-parents paternels obtiennent la garde. Il fallait des tuteurs à Lylie, une seule famille.
    À la demande de Madame de Carville, qui l'a payé grassement, Grand-Duc, détective privé est allé au bout de cette enquête, au bout du moindre indice, du moindre détail de cette affaire.
    Pendant 18 ans, il va se donner les moyens d'étudier les dossiers, les indices, les éléments de l'enquête, et reprendre les articles des journaux. Il retranscrit tout cela dans un cahier vert.
    En 1998 le jour de ses 18 ans Lylie reçoit par courrier son livret vert.... Elle seule, saura comment l'enquête a été menée et les investigations qui ont été faites par Grand-duc et Nazim son interprète. .
    En 1998, Marc et Lylie sont étudiants dans la même université. Ils se retrouvent souvent dans le café d'en face comme beaucoup d'étudiants.
    Mais quel lien les unit vraiment ? C'est la question que se demande Myriam, la serveuse, depuis des mois.
    Le jour de ses 18 ans, Lylie laisse à Marc le livret remis par Grand-duc pour qu'il le lise, puis disparaît, en prenant soin d'expliquer à Marc qu'elle doit faire quelque chose de grave.
    Malvina n'a jamais pu se résoudre à la mort de sa sœur, elle sera utilisée par son grand-père, par les médias, elle sera livrée à toutes sortes de scoops, ce qui aura comme conséquence de la fragiliser psychologiquement.
    Lylie a lu le rapport et elle connaît donc la vérité, mais rebondissement, a-t-elle tous les éléments en main ? Dans les dernières pages, le puzzle se met en place et Marc découvre qui est vraiment Lylie. Est-ce trop tard ?
    Le roman se compose des retranscriptions de l'enquête du crash par le grand-duc. Tout le livre est basé sur l'enquête de grand-duc, sur ses recherches, sur les indices.
    C'est au travers de la lecture du cahier faite par Marc, que nous comprenons au fil des pages toute la teneur de l'histoire de Lylie.
    Dans ce roman passionnant, l'auteur nous raconte une histoire fabuleuse, qui pourrait être réelle. Il y a beaucoup de suspense, de mystères autour des deux familles. L'auteur nous raconte toutes les étapes que doivent subir ces deux dernières, jusqu'au dénouement, très bien pensé.
    D'ailleurs je ne m'attendais pas du tout à ce dernier. Même si au dernier quart du roman, j'ai échafaudé quelques pistes et émis quelques suppositions, j'ai bien remarqué que les zones d'ombre commençaient à s’éclaircir mais que les doutes persistaient et que toutes les données n'étaient pas en possession des lecteurs.
    L'intrigue confronte le passé des deux familles, leur rancœur présente, leur jalousie mais également leurs actes souvent malveillants.
    Le rythme est haletant, sans pose, sans répit, on suit le détective dans ses recherches. À force de chercher , de se déplacer en Turquie, avec son interprète, Nazim, Grand-Duc va soulever d'autres hypothèses : y a-t-il eu un attentat sur l'avion ? Est-ce que Lyse-Rose a bien embarqué ? Aurait-elle été tuée avant de prendre l'avion ou juste après ? Des questions sans réponses et pour qu'il résolve l'énigme il va devoir passer par des actes irréversibles. D'ailleurs tous les personnages ont leur part d'obscurité et d'agissements. Chacun souffre de ne pas connaître l'identité de Lylie. Elle même est affectée par son ignorance.
    L'ambiance de ce roman est suffocante, intrigante, le récit est fluide et admirablement mené, troublant mais bien narré. Les réponses aux questions que l'on se pose seront données en temps voulu.
    Comme je le dis plus haut, il m'a été impossible d'anticiper le dénouement, surprenant et éblouissant.
    Les personnages sont machiavéliques, épris de vengeance pour certains ; l'enquête qui a duré 18 ans est diabolique.
    Les personnages sont tous meurtris par le drame et chacun y répondra à sa façon.
    Marc, va ainsi tenter d'élucider cette enquête car il ne veut pas perdre Lylie, dont il est amoureux. Motivé par le fait qu'un frère ne peut avoir une relation charnelle avec sa sœur, il va devoir avoir la certitude qu'il n'ont aucun lien biologique.
    Le suspense est magistral, grâce au chaos psychologique des personnages, leur personnalité divergente, leur sentiment, ainsi que par les secrets et les doutes des membres des deux familles.
    Ce roman parle aussi de l'amour, de ce qu'il peut engendrer comme blessures et comme dérive.
    Il y a de la perversion, des meurtres. L'auteur évoque par ses lignes, le pouvoir de l'argent et ses limites et nous prouve que non l'argent n'achète pas tout.
    Ce roman est un policier mais également un très bon thriller, très imaginatif qui vous garde en alerte tout le long de sa lecture.
    Le réalisme peut se discuter mais il reste une très belle réussite et une belle découverte pour moi.

    Du même auteur :
    N'oublier jamais

     


    6 commentaires
  • L'instant présent de Guillaume MUSSO

    « l'instant présent » de Guillaume MUSSO

    Titre : « l'instant présent »
    Auteur : Guillaume MUSSO
    Genre : Roman
    Éditions : Xo éditions
    Année : Mars 2015
    Nombre de pages : 374

    Quatrième de couverture :

    Lisa et Arthur n’ont rendez-vous qu’une fois par an.

    Il passe sa vie à la chercher…

    …  elle passe la sienne à l’attendre.

    Lisa rêve de devenir comédienne. Pour payer ses études d’art dramatique, elle travaille dans un bar de Manhattan. Un soir, elle fait la connaissance d’Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. Leur complicité est immédiate.

    Pour le séduire, Lisa est prête à tout. Dans une ville-labyrinthe qui n’offre aucun répit, elle prend tous les risques. Mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Bientôt, il révèle à Lisa la terrible vérité qui lui interdit de l’aimer :

    « Ce qui m’arrive est inimaginable, et pourtant bien réel… »

    Dans un New York plus imprévisible que jamais, Arthur et Lisa vont lier leur destin pour déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.

    Mes impressions :

    Une fois de plus, je remercie infiniment Mélanie, l'assistante presse de XO éditions pour l'envoi de ce roman dédicacé d'un des auteurs dont je lis avidement les livres depuis ses débuts.
    Monsieur Musso, vous me suggérez dans votre dédicace, de vivre l'instant présent et c'est ce que j'ai fait en commençant cette lecture. J'ai savouré ce moment-là !

    L'intrigue de ce dernier roman se déroule en Amérique, à NewYork principalement. L'auteur prend une fois de plus cette ville comme lieu de tous les possibles. Tout le ramène définitivement à cet endroit de prédilection.

    À Boston, il existe un phare qui fait partie de la famille Costello depuis des générations. Il s'agit d'un endroit inquiétant. On s'imagine d'ailleurs la mer heurtant les rochers avec force les jours de grand vent. L' ambiance du début est plutôt à la Stephen King comme le suggère la citation du premier chapitre.

    Comme à son accoutumée, Musso nous présente les personnages dès le premier chapitre. Il y a beaucoup de mystères, d'énigmes, de disparitions autour des personnages et de sa famille.
    Arthur, médecin urgentiste, de 25 ans hérite de la part de son père mourant adoptif du phare 24 winds Lighthouse.
    Mais cet héritage n'est autre qu'un cadeau empoisonné. Son père lui soumet une contrainte qui est celle de ne jamais ouvrir la porte métallique bien scellée de la cave, sous peine de voir sa vie bouleversée et de se retrouver en danger. Seulement, intrigué, trouvant des outils sur les lieux, pensant que son père a fait exprès de les laisser là, Arthur ne va pas respecter cette règle et défoncer cette porte ; c'est alors qu'il va se trouver projeté dans le temps . Mais cela ne va pas s'arrêter là, chaque année, il se trouve déporté et fait des bonds de plusieurs mois dans le futur, ce qui veut dire qu'il va vivre 24 ans de sa vie en seulement 24 jours. Il comprend qu'il est prisonnier d'une malédiction.
    Il se volatilise de sa vie pendant un an régulièrement chaque année en ne maîtrisant pas ses allers-retours. Il est déstabilisé par cette situation et nous, lecteurs, partageons tout cela avec lui. Comme Arthur, nous sommes dans l'inconnu. Arthur va être confronté à un passé qu'il ne connaît pas et que ses proches lui ont tu mais un jour ou l'autre chacun sait que ce genre de secret sera dévoilé et laissera des traces, ici il le sera notamment par son grand-père Sullivan, qu'il croyait mort.
    Car son père lui avoue que ce dernier est en réalité interné dans un hôpital psychiatrique ; surpris, il va aller à la rencontre de ce grand-père et tenter d'avoir des réponses aux questions qu'il se pose pour comprendre le phénomène dont il est victime.
    Arthur est fasciné par ce mystère et va partir à la recherche de son passé en posant des questions à Sullivan.
    À chaque saut dans le temps il se retrouve dans des situations imprévisibles, dans des endroits insolites et un jour il atterrit dans le logement de Lisa, jeune femme de 20 ans qui espère un jour devenir comédienne.
    Un lien étrange les unis, ils sont liés par un destin commun. Tout au long de ses 24 années, il y aura ente eux des retrouvailles, des départs, des joies et des peines.
    Comme les personnages principaux, nous vivons dans le décalé, dans l'imaginaire, dans le surnaturel et dans l'incompréhension et ce, jusqu'aux dernières pages. Et puis tout s'éclaircit....

    Est-il nécessaire de vous dire que j'ai beaucoup aimé ce roman ? Il m'est d'ailleurs difficile de le classer dans un genre précis. Au départ, nous sommes dans un vrai thriller, efficace, rapide et puis peu à peu des notes de surnaturel et de romantisme rajoutées me ferait dire que ce roman est un « thriller-fanstastico romancé ». Il y a du suspense, du mystère, et se termine par une histoire romantique.
    Le récit prend forme au dénouement qui est grandiose car on ne s'attend pas à son développement dans les détails. Ce qui crée la surprise. Son style est déroutant. Efficace. Envoûtant. L'auteur nous fait aller là où il veut, il nous fait progresser sur un chemin qu'il a savamment tracé. Il y a une morale à son histoire.
    Au terme de la lecture, on comprend pleinement pourquoi l’auteur a donné ce titre à son roman...
    Il nous fait part de ses idées, de ses convictions et essaie de nous faire passer un message. Ne nous écartons pas de l'essentiel. Vivons chaque instant, sans penser à l'avenir ou revenir sur le passé, donnons de la place à notre famille, passons du temps avec elle.
    Mais nous sommes déstabilisés, car ici où commence la réalité, la vérité ? Dans le présent ? Le passé ? L'avenir ?
    Ce roman est l'histoire de la vie d'une famille et elle pourrait être la nôtre dans le fond. Malgré son côté surnaturel, elle reflète l’existence ou presque de chacun d'entre nous. Nos vies sont jalonnées par des drames, des malentendus, des incohérences. Celles de Lisa et Arthur ici en particulier, sont traversées par une apparence magique, divine et un déroulement bien particulier.
    Mais pour tout le monde demain est une énigme, on ne sait pas de quoi il serait fait, alors vivons aujourd'hui ce que nous ne pourrons vivre demain.
    Dans ce livre il est question également de transmission, d'histoire familiale, de continuité et dès le début de notre lecture, nous plongeons dans un récit qui prête illusion.
    Les lecteurs, ne peuvent pas occulter les émotions que l'auteur fait passer quand il nous rappelle des événements d’actualités ou mondiaux qui se sont passés entre 1991 et 2015, qu'ils soient politiques, ou humains, culturels, technologiques ou parfois dramatiques.
    Musso toujours avec justesse et délicatesse appose des références culturelles, musicales, littéraires. Cela nous fait entrer dans l'intimité de ses goûts. On le découvre, il se dévoile un peu plus à chacun de ses romans, on apprend à la connaître, Nous sentons qu'il parle de sujets qui lui tiennent à cœur,. Cela a l'avantage d'éveiller la curiosité des lecteurs.
    L'auteur fait amplement appel à l'imaginaire, au fantastique, au surnaturel comme souvent dans ses romans et puis cerise sur le gâteau l'auteur y donne un second souffle et fait une surprise à ses lecteurs en faisant réapparaître un des personnages d'un de ses livres précédents ! Nous sommes dans la même veine !
    Surprise et élégance comme à chaque fois. J'ai passé un excellent moment avec cette lecture divertissante et parfois inquiétante.

    Central Park
    La fille de papier
    L'appel de l'ange
    Sept ans après
    Demain
    La fille de Brooklyn
    Un appartement à Paris

     


    8 commentaires
  • Ton tour viendra de Gregg Hurwitz

    Titre : « Ton tour viendra »
    Auteur : Gregg HURWITZ
    Genre : Policier – thriller
    Éditions : France Loisirs
    Année : 2011
    Nombre de pages : 492

    Quatrième de couverture :

    Un petit garçon est abandonné par son père dans un lieu public.
    Trente ans après, des tueurs sont à ses trousses : son passé l'a rattrapé.
    Mike, quatre ans, attend son père dans un parc. Ce dernier lui a promis qu'il reviendrait. Il n'a pas tenu sa promesse...
    Trente ans p^lus tard, Mike, marié et père d'une fillette de huit ans, ignore d'où il vient. Soudain, deux individus commencent à le harceler. Ils semblent tout savoir de lui. Quand ils menacent sa fille, Mike n'a plus le choix : il va devoir percer les secrets de son histoire et trouver qui il est vraiment. Y arrivera t-il avant que les deux hommes parviennent à les détruire, lui et sa famille ?

    Mes impressions :

    Mike et Annabel sont des parents heureux d'une petite fille de 8 ans, Kat, mais ce bonheur va être de courte durée car le passé de Mike va remonter à la surface et leur vie va complètement être bouleversée.

    Aujourd'hui, nous pouvons dire qu'en treize ans Mike est passé de simple ouvrier à entrepreneur, via les cases charpentier et contremaître. Il était sur le point d'encaisser ses premiers bénéfices de promoteur.
    Annabel sa femme s'est récemment réinscrite à l'université de Northridge pour préparer un diplôme d'enseignement.
    Alors que les familles aux revenus modestes doivent bientôt aménager le lotissement qu'il a fait construire, il s'aperçoit qu'il a été abusé, par les sous-traitants et les matériaux utilisés ne sont en partie que bio alors que c'était une priorité pour lui de faire un centre d'habitation et de lotissements biologiques.
    Pour cela il devait recevoir un prix environnemental et gouvernemental mais il hésite à recevoir refuser un prix pour des maisons qui enfreignent le code de la construction durable.
    Il a le choix, soit d'avouer la vérité et perdre de sa crédibilité et mettre en difficulté des familles ou bien accepter le prix pour ses idées novatrices et faire comme si rien n'avait été découvert et là alors il bafoue sa conscience et la promesse faite à sa fille de respecter la nature.
    Il fait appel à son ami Hank Danville détective privée, pour tenter de découvrir qui est derrière toute cette affaire et cette trahison mais voilà que cette situation va le refaire plonger dans son passé qu'il n'a jamais vraiment élucidé. Car Mike a été abandonné par son père dans une cour d'école alors qu'il avait 4 ans et est persuadé que ce dernier a assassiné sa mère. Mais d'où vient-il ? Qui est-il vraiment et pourquoi sa famille semble avoir subi un drame ? Il souffre beaucoup de ne pas savoir...

    Le jour de la remise du prix il se heurte à William, assisté de son frère Hanley et Dogde qui sont tous les trois des gros bras qui vont tenter d'éliminer Mike et sa famille mais quelles sont leurs motivations ? Est-ce qu'elles sont liées à cette affaire de construction ? Ou bien est-ce plus personnel ?

    Le roman est construit avec des allers-retours entre le passé et le présent. On revit ce que Mike a vécu trente ans auparavant quand son père et lui fuient dans leur voiture et vers une destination inconnue de Mike.
    Retrouvé dans une cour d'école il sera placé dans des familles d'accueil, où des enfants sont livrés à eux-mêmes. Là il va rencontrer Shep, ils vivent dans une famille où les enfants sont, semblent-t-il livrés à eux mêmes mais l'intérêt que leur porte leur mère adoptive les rassure. Shep et Mike vont devenir de très bons amis, pour ne pas dire les meilleurs amis du monde. Mais ce Shep là est un délinquant notoire. Tous les deux vivent et survivent de larcins et d'actes délinquants, Shep apprend à Mike quelques ficelles du métier alors que lui se perfectionne dans l'ouverture et les mystères des coffres-forts. Leur enfance est difficile.
    Ils grandissent. Les deux adolescents sont plus proches que des frères. Ils font les 400 coups ensemble, écument les bars.
    À 17 ans Mike termine le lycée puis à force de travail rentre à l'université alors que Shep après avoir enfreint les lois californiennes risquent d'être incarcérés pendant 25 ans.
    Mais finalement, tous les deux passeront par la case prison. Mike pendant neuf semaines y découvre une douleur morale et physique.
    Le jour où il rencontre Annabel, Mike, veut prendre un nouveau départ, et décide avec douleur de ne plus avoir affaire à Shep même si leur amitié est précieuse pour lui, la naissance de sa fille lui fait prendre conscience qu'il doit quitter le monde de la délinquance et se ranger. Cependant Mike et Shep ne s'oublient pas et leur amitié, perdurera même dans le silence.
    Avec l'aide de son ami Hank, policier devenu détective, ils tentent de trouver des réponses à son passé trouble et des informations mais suite à de nombreuses recherches vaines et des incohérences sur ses origines, Mike va tirer un trait sur le passé de ses parents : il décide alors de mener sa propre vie mais l'histoire qu'il tente d'oublier refait donc surface aujourd'hui.
    Lorsque la vie de sa famille est en danger il recontacte Shep et lui demande de l'aide. Il veut comprendre pourquoi quelqu'un cherche à l'éliminer, pourquoi certaines personnes en veulent à son entourage.
    Shep accepte donc de prendre l'organisation et les choses en mains pour venir en aide à la famille Wingate et se sent investi d'une mission de protection au nom de l'amitié.
    Mike sera en proie à un dilemme, se rendre ou fuir pour protéger les siens ? Mais il va se rendre compte que toute sa famille est en danger et pas seulement lui. L'étau se resserre.
    Avec sa fille, ils doivent fuir, après que sa femme ait été blessée gravement . Puis il devra se résoudre à se séparer de kat et la placer en lieu sûr sans rien lui dévoiler de ce qu'il se passe, pour sa sécurité.
    la famille va-t-elle parvenir à se réunir ? Vont-ils se retrouver tous les trois ?

    Dans ce roman il y a beaucoup de faces cachées, de faux policiers, des ripoux, des hommes et des femmes qui se font passer pour des détectives, il y a également beaucoup de suspense, des rebondissements inattendus, et des revirements de situation. Le rythme s'accélère peu à peu et nous plonge dans un univers de mystère d'un père en cavale , prêt à tout pour sauver sa famille. Mais qui le recherche et pourquoi ?À qui peut-il se fier maintenant ?

    Vers le milieu du roman les choses se précipitent davantage, le rythme est soutenu, la course contre la montre met de plus en plus en danger la famille. Puis L'intrigue se démêle peu à peu, le puzzle se met en place, on saisit les tenants et aboutissants de toute cette histoire. Les rebondissements sont efficaces, et quelques scènes de violence, décrites précisément, créent une ambiance angoissante et de peur.
    L'auteur brouille les pistes efficacement, nous fait douter des différentes raisons des instances gouvernementales et de sécurité à propos de cet acharnement, - Mike serait-il vraiment considéré comme un terroriste ?
    Des retours sur sa vie passée et familiale nous font comprendre les enjeux de tous et puis au final nous apprenons les origines de Mike...
    Il va enfin connaître son histoire et devra se battre pour sauver sa famille. Et pour cela des alliances insoupçonnées, se créent.
    Les événements s’enchaînent, et si début à l'instar de Mike nous avons du mal à mettre les pièces du puzzle, cela occasionne un réel un attachement avec le personnage principal.
    De même, Shep nous est sympathique malgré son passé douteux parce qu'il est empreint de loyauté envers son ami de toujours. Aujourd'hui il se bat avec lui pour une cause juste.
    Malgré un bon début d'intrigues où les éléments s'enchevêtrent, les réponses aux questions que je me posais sur la mort des parents de Mike et leur histoire m'ont paru assez creuses et peu communes des thrillers en général.
    La fin et quelques passages me laissent un petit goût de déception, ils manquent de souffle mais ce qui conserve un caractère intéressant au roman c'est le combat que doit mener Mike et sa famille, avec ses liens de sang, et ceux d'amitié. Les personnages eux ne nous déçoivent pas. Et ce roman est un excellent moment de lecture, tant dans le style qui permet une lecture prenante que dans le rythme.

    Cette histoire mêlant escroquerie, délinquance, amitié est suffisamment bien construite, bien orchestrée et fertile en rebondissements pour maintenir l’intérêt jusqu'à son terme malgré un final un peu décevant.


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique