• « Là où l'on s'aime, il ne fait jamais nuit » de Séverine de La Croix

    Titre : « Là où l'on s'aime, il ne fait jamais nuit »
    Auteur : Séverine de LA CROIX
    Genre : Roman
    Éditions : Les éditions du Rocher (groupe Élidia)
    Année : 2018
    Nombre de pages : 344

    Résumé :

    Dans la vie de Félicité, tout est allé de travers. Elle rêvait d'amour et de poésie, mais se retrouve seule avec ses deux enfants, Corentin et Manon, nés de pères différents. Mathilde, sa soeur aînée, a de son côté planifié chaque aspect de son existence. Pour être comblée, il ne lui manque qu'un bébé, qui refuse d'arriver. Félicité et Mathilde, que les épreuves ont séparées, vont-elles se rapprocher ? L'anniversaire de Corentin va faire basculer le destin. Félicité avait promis à son fils de lui révéler l'identité de son père le jour de ses dix ans. Mais impossible d'avouer le secret qu'elle garde douloureusement depuis tant d'années. Grâce à la tendresse retrouvée de Mathilde et à un mystérieux charpentier aux chemises de bûcheron, Félicité va-t-elle enfin affronter son passé et s'ouvrir à l'amour ?

    Mes impressions :

    Je remercie infiniment Laurence Angebault des éditions du Rocher  , groupe Elidia pour l'envoi de ce livre qui m'a permis de plonger dans une histoire émouvante, puissante et poignante. C'est une histoire qui parle des femmes, des liens du cœur et ceux du sang.
    je remercie également du fond du coeur l'auteure, Séverine de La Croix pour sa gentillesse, sa générosité et sa spontanéité. 

    "Ce roman est avant tout une histoire de femmes et de résilience : une mère et ses deux filles. Le père, libraire passionné, est décédé mais il a eu le temps de transmettre sa passion des livres à la cadette. Les rapports des deux sœurs sont tendus et la vie ne les épargne pas. L'une a deux jeunes enfants, Corentin et Manon, de deux pères différents. Égarée, elle cumule une situation professionnelle précaire, un célibat non désiré et des problèmes financiers. L'autre a planifié chaque aspect de sa vie avec méthode et rigueur : mariée à Germain, elle tente cependant de tomber enceinte depuis des années".

    Le titre fait référence à un joli proverbe Africain que chacun pourra commenter et argumenter à sa manière... Pour ma part, je dirais que l'amour peut faire des miracles quand il est vrai et sincère. Que l'on reçoive où que l'on donne, c'est une partie de soi que nous partageons. 
    J'aime beaucoup la couverture acidulée et rafraîchissante....

    Mathilde et Germain sont mariés. Mathilde s'impatiente chaque mois de tomber enceinte. Son désir d'enfant est immense et tourne à l'obsession.
    Félicité surnommé Fée, la sœur de Mathilde, a deux enfants, Corentin 10 ans de papa inconnu et Manon 5 ans, fille de Charles....
    Elle travaille comme dame de compagnie, elle est assistante de vie ; mais parce qu'elle est trop proche de ses patients elle sera licenciée. Elle cache un lourd secret concernant le père de Corentin.
    Ce dernier en souffre et souhaite connaître l’identifié de son géniteur. Entourée de l'amour des siens Félicité,  parviendra-t-elle à se libérer du poids qui la ronge depuis tant d'années  ?.
    Éliane leur mère est une maman attentionnée ne souhaitant que le bonheur de ses filles.
    René le mari et père, décédé au moment où l'histoire se déroule était libraire. Passionné. Plus proche de sa fille Félicité qui partageait la même passion littéraire que lui.
    Et puis il y a les hommes de ce roman, Loïc, un ami charpentier et collègue de travail de Germain qui fera la connaissance de Fée. Chacun trouvera en l'autre une immense dose de sérénité et de respect.

    Tour à tour, les personnages nous parlent et nous décrivent leurs émotions, leur façon de voir ce qui se passe dans leur quotidien. Ils nous dévoilent leurs craintes, leurs espoirs, leurs vérités.

    La thématique de ce récit est variée. Ce livre parle de relation, d'amour, de famille recomposée ou non, de fraternité, d'éducation, et même de la mort...tout ce qui fait partie de la vie.
    Y sont présentés et évoqués de façon touchante les problèmes intimes de chaque personnage avec souvent leur crainte de l'abandon, du rejet, leur peur de ne pas être aimés. La peur de l'inconnu est manifeste, criante pour certains d'entre eux.
    S'ajoute la problématique du secret de famille....
    J'ai été touchée par le désarroi de Corentin qui ne sait rien de son père alors pour le rendre tangible, concret,  réel, il s'invente des histoires. On sent que cet enfant est en souffrance et que parler de la réalité et de certain drame pour Fée peut-être très difficile. Comment protéger son enfant tout en étant honnête avec lui ? Trouver les mots et les adapter aux jeunes enfants est délicat, complexe. Ce livre nous parle aussi de psychologie.

    Certains personnages sont empreints de délicatesse, de bienveillance et de bonté, c'est pourquoi ce roman est apaisant et nous émeut par l'authenticité de ceux qui évoluent au fil des pages.

    Pour écrire ce roman l'auteure s'est inspirée de son propre vécu, de personnes de son entourage et même s'il n'est pas autobiographique, Séverine de La Croix laisse une part d'elle-même dans ses écrits, ce qui donne toute la profondeur et la crédibilité à ce roman.
    Les liens du sang ne sont pas forcément ceux qui nous procurent le plus de joie et d'équilibre..
    Au cours de notre vie, nous sommes amenés parfois à rencontrer des gens qui nous aident à nous faire grandir, qui nous élèvent, en nous entourant d'amour. Séverine l'a très bien fait transparaître au travers de ses mots et des situations et je la remercie d'être aussi généreuse.
    Elle parvient parfaitement à transcrire les sentiments, les émotions de façon souvent poétique et étincelante. Elle écrit avec sensibilité et douceur, et à chaque page nous ressentons tout l'optimisme dont elle fait preuve. 

    Je recommande ce roman à ceux et celles qui n'ont pas pu naître dans une famille aimante mais qui par bien de jolis hasards leur a fait croiser des êtres remplis de bonté et de chaleur. Je le recommande également à tous ceux qui apprécient de lire des histoires d'amour, d'amitié, de famille et de résilience, et de se nourrir de celui-ci.
    Il est un coup de cœur pour moi. 

     


    4 commentaires
  • a nulle autre pareille

    Titre : « À nulle autre pareille »
    Auteur : Kristin HANNAH
    Genre : Roman
    Éditions : Presses de la cité
    Année : 2010
    Nombre de pages : 420


    Quatrième de couverture :

    Dans le parcours sans faute qu'elle avait imaginé - lycée, université, mariage, maternité -, Angela DeSaria Malone n'avait pas prévu le mauvais tour que lui jouerait le sort à la dernière étape : l'impossibilité d'avoir un enfant. Son couple n'y résiste pas. Le divorce prononcé, Angie retourne dans sa ville natale, sur la côte Ouest, où vit son exubérante et chaleureuse famille italienne. Pour tenter de surmonter son chagrin, elle s'emploie corps et âme à sauver de la faillite le restaurant de sa mère. C'est à cette occasion qu'elle fait la connaissance de Lauren Ribido, une adolescente de dix-sept ans qui va changer sa vie à jamais.

    Mes impressions :

    Angie et Conlan ont été mariés pendant 14 ans. Ils vivaient à Seattle mais après la perte de leur enfant, leur mariage n'a pas résisté et le divorce a été prononcé. Angie est revenue à West End, auprès de ses sœurs et de sa mère.
    Ses sœurs Livvy et Mira, sont des restauratrices comme l'était leur père aujourd'hui décédé depuis 5 mois. Elles ont repris la suite mais les affaires ne sont pas aux beaux fixes.
    Livvy 39 ans a deux petits garçons. Déçue par sa carrière de mannequin qui n'a pas été des plus réjouissantes, aujourd'hui mariée depuis peu à Salvatore, elle travaille au restaurant familial.
    Quant à Mira 41 ans, mariée à Vince, elle a quatre beaux enfants. Elle s'occupe également de la gestion et de la cuisine du restaurant.

    Et puis Laureen jeune fille de 17 ans, étudiante sérieuse, met tout en œuvre pour réaliser son rêve et rentrer à l'université. Amoureuse de David lui aussi étudiant brillant, ils s'aiment et se comprennent.
    Elle n'a pas une vie facile, sa mère alcoolique, sans emploi, célibataire l'a eu alors qu'elle était très jeune et depuis elles vivent toutes les deux dans un appartement miteux et leur vie est une suite de galères. Sa mère ne montre aucune affection envers sa fille et passe son temps avec des hommes aussi paumés qu'elle.
    Par un concours de circonstances, Lauren va entrer dans la vie d'abord d'Angie puis du reste de la famille.

    Angie revient donc à West end dans son village, avec comme nouveau projet d'aider sa famille, et sauver le restaurant de la faillite. Pour cela elle va devoir convaincre ses sœurs et sa mère de trouver des nouveautés en innovant et revoir les traditions culinaires et commerciales. Ses idées novatrices vont apporter un nouvel équilibre salvateur au restaurant.
    C'est sans compter les relations parfois tendues entre les sœurs aux caractères bien différents.
    Malgré les désaccords familiaux et les rivalités fraternelles, Angie y met beaucoup de cœur et de combativité.

    Lauren va être employée pour un temps au restaurant, cela lui permettra de régler les factures, et le loyer. Elle qui n'a pas de chance va découvrir au sein de la famille De Saria qu'elle peut être acceptée et aimée. Cela va réveiller en elle de nouvelles émotions.
    David et elle sont très proches depuis 4 ans et vivent une belle histoire d'amour cependant un événement imprévu va venir briser leurs rêves et remettre en question l'avenir qu'ils s'étaient tracé.
    Des décisions impossibles vont devoir être prises mais qu'adviendra-t-il des nouveaux liens tissés ? Y résisteront-ils ?
    J'ai beaucoup aimé cette histoire émouvante ou certains personnages lient leur solitude et leur tendresse.
    Angie est un personnage bienveillant et qui malgré les souffrances endurées n'a aucune rancœur envers la vie et les êtres qui n'ont pas été toujours respectueux de ses douleurs.
    Lauren est aussi un personnage important, touchante et pleine de sollicitude et de reconnaissance.
    Ce roman représente vraiment l'univers de la famille et des liens fraternels.
    Un livre à découvrir.

     


    4 commentaires
  •  

    Titre : « Pour une femme de son âge »
    Auteur : Dominique FABRE
    Genre : nouvelles
    Éditions : Fayard
    Année : 2003
    Nombre de pages : 298

    Résumé :

    Un enfant assiste à l'installation d'un camp de Gitans sur le terrain vague près de son école ; un cancre enrôlé dans l'armée demande à ses copains, depuis le front libanais où la guerre fait rage, de lui envoyer leurs cours de philosophie, changeant insensiblement l'histoire de sa vie ; un jeune garçon réalise son éducation sentimentale en s'immisçant dans l'intimité de son père ; une bande de lycéens se retrouve trente ans après leur dernier rendez-vous...

    Des drames minuscules se nouent, des voix résonnent et se répondent, et parfois n'en font qu'une ; voix des faibles et des petits, voix des amours et des chagrins mal effacés. 

    Dominique Fabre met à nu les désarrois du quotidien, le menu chaos des passions adolescentes et, jouant d?une écriture où la suggestion prime l'effet, il nous redit comment la vie se désunit en nous, reprend, pour n'être plus que souvenirs.

    Mes impressions :

    L'auteur décrit des histoires, des anecdotes, des situations au travers de ses souvenirs dans lesquels il a été acteur ou spectateur.
    Ainsi il parle de la vie, de nous, de nos rapports aux autres, de notre regard sur la vie. Il décrit des êtres humains, ce qui les différencie de nous et tente de nous faire comprendre l'intérêt de l'acceptation de la diversité.
    Oui la thématique était intéressante mais je n'ai pas du tout accroché à la forme du contenu.
    Ces 14 nouvelles évoquent des personnages, des lieux, des ambiances....elles amènent un homme qui avance dans la vie et qui rencontrent d'autres personnes à comprendre que chacun a son propre vécu et sa façon de voir la vie. Du coup il admet les différences et apprend à se connaître lui-même.

    Je ne suis pas allée au bout de ces nouvelles qui m'ont paru trop superficielles. Il manque de la sensibilité.
    Le style du reste ne m'a pas non plus emballée, même s'il reste simple et accessible. J'ai trouvé que pour certaines récits l'auteur se contentait de jeter des mots sur le papier de façon brouillonne.
    Je suis assez déçue en fait car je n'ai pas trouvé dans ce livre ce que j'étais venue y chercher.
    L'art de la nouvelle est difficile... je m'attendais à plus de sentiments, plus d'émotions.
    Mais peut-être que j'aurais dû continuer pour en trouver ????
    Je me suis ennuyée alors dans ce cas là qui reste très rare, je stoppe ma lecture.


    2 commentaires
  •  

    « À la recherche du bonheur » de Cathy KELLY

    Titre : « À la recherche du bonheur »
    Auteur : Cathy KELLY
    Genre : roman
    Éditions : Pocket
    Année : 2005
    Nombre de pages : 829

    Quatrième de couverture :

    Hannah a choisi l'indépendance : trahie par son mari, elle se consacre désormais à sa carrière. Dévouée à des parents tyranniques, Emma a épousé l'homme de sa vie avec lequel elle souhaite de tout cœur avoir un enfant. Mais celui-ci tarde à venir. Leonie, elle, rêve secrètement au prince charmant.
    Sans cette croisière sur le Nil, rien n'aurait pu réunir ces trois personnalités si différentes. Sur le pont du bateau, loin des préoccupations quotidiennes, la magie opère : au fil de longues soirées animées naît une amitié aussi sincère qu'inattendue...

    Emma, Léonie et Hannah espèrent voir enfin se réaliser leur rêve de bonheur. Emma, jeune mariée, désire de tout coeur avoir un enfant. Léonie, divorcée et mère de trois enfants, cherche le grand amour qu'elle n'a pas connu pendant son mariage. Pour Hannah, seule depuis que l'homme qu'elle aimait, l'a quittée, le bonheur est synonyme de liberté. C'est lors d'une croisière sur le Nil que ces trois âmes en quête d'absolu vont se rencontrer pour ne plus se quitter. 
    Dès leur retour en Irlande, partageant espoirs et chagrins, elles vont apprendre à compter les unes sur les autres et s'entraider face aux difficultés. Elles vont surtout découvrir que, à force de poursuivre des chimères, on peut détruire le bonheur à portée de main...

    Mes impressions :

    L'auteure commence à nous présenter Hannah, c'est une jeune femme de 36 ans, réceptionniste dans un hôtel. Après avoir été quittée par Harry son mari s'ensuit une période difficile. Ses rêves d'antan de gloire et de sérénité évanouis, elle décide de faire un voyage culturel en Égypte pour acquérir un peu d'instruction. Avant de partir, elle s'offre le luxe de coucher avec Jeff, 26 ans, nouveau réceptionniste de la salle de sports dans l'hôtel, pour en finir avec sa dépendance aux hommes et sa déception.

    Et puis il y a Emma, 31 ans, mariée à Peter. Ses parents les ont invités à faire une croisière en Égypte pour leurs 25e anniversaires de mariage.
    D'un naturel despotique et méprisant, James O'brien ne m'inspire que malaise et mal être.
    Alors qu' Anne Marie sa femme, est étouffante, trop parfaite, prévoyante et s'immisce dans la vie et le couple de sa fille de façon envahissante !
    Comment Emma, peut-elle accepter cette situation depuis des années ? !
    Aujourd'hui elle a l'âme plutôt heureuse car elle pense qu'enfin son rêve de devenir maman va devenir réalité.
    Depuis 3 ans avec Peter, ils essaient d'avoir un enfant. Ils donnent l'impression de s'aimer vraiment. Pendant une semaine loin de son mari qui n'a pas voulu subir les remontrances récurrentes des parents d'Emma elle va profiter seule de ses vacances en Égypte en faisant la rencontre d'Hannah et de Léonie.
    Léonie femme légèrement grassouillette de 42 ans est une assistante vétérinaire. Elle a trois enfants (Danny, 19 ans, des jumelles de 14 ans Abby et Mel), actuellement chez leur père aux États-unis. Elle est entouré par Penny, Clover et Herman, respectivement un golden retriever/Labrador, un chat et un hamster. Elle a envisagé et préparé ses vacances dans le but de rompre la monotonie de son existence.
    Ray son ex-mari et elle n'étaient pas faits l'un pour l'autre, néanmoins ils sont restés amis et s'entendent bien. C'est elle qui a décidé de le quitter ; malgré tout, son absence lui pèse car elle se sent très seule.
    Ce roman est le récit de trois femmes différentes aux trois univers disparates et donc trois destins divers. Elles se rencontrent dans la file d'attente de l'embarquement, qui les amène en voyage en Égypte pour une semaine. Ainsi elles vont lier connaissance et apprendre à se connaître pendant une semaine.
    Pendant leur séjour, elles vont se raconter des bribes de leur histoire de vie et lier amitié. Puisque l'entente est bonne, elles décident de ne pas se perdre de vue après le voyage et de continuer à se voir régulièrement à leur retour.
    Ce qui est intéressant dans leur rapport affectif c'est que chacune est différente avec une personnalité bien définie et malgré tout elles s'entendent bien.
    Hannah est plutôt du genre sûr d'elle et ne souhaite plus tomber amoureuse. Seulement embauchée dans une agence de voyage depuis peu, elle rencontre le beau Félix ! Charismatique mais... acteur !
    Emma est heureuse dans son couple mais elle est bouleversée par le fait qu'elle n'arrive pas à tomber enceinte. Et de plus elle est écrasée par des parents trop envahissants et un père autoritaire. Et plus récemment elle découvre que sa mère commence à avoir de graves problèmes de santé.
    Quant à Léonie même si elle est complexée par son physique, elle reste une femme attachante, remplie d'humour qui aimerait rencontrer un homme qui l'aime telle qu'elle est.

    Cathy Kelly est une grande auteure qui sait parfaitement embarquer ses lecteurs dans un univers ancré dans la réalité. Elle y parle de la vie, des relations humaines, de l'amitié, de l'amour, de la joie mais aussi des peines que chacun d'entre nous peut être amené à vivre, de la maladie d'un proche, l'infertilité, le divorce, l'éducation des adolescents certes difficile, les relations parents-enfants à tout âge, elle traite aussi des sujets actuels comme les familles monoparentales ou recomposées ainsi que de la place de la femme dans le milieu professionnel. (parfois un peu singulier comme le métier d'acteur).
    Chacune des trois amies évolue dans un monde professionnel où elles ont leur place, elles sont reconnues Ici les mentalités ont évolué, la femme tient à garder sa place en tant qu'être humain moderne, elles sont exigeantes vis-à-vis d'elles-mêmes.

    Ce qui est beau dans ce roman c'est que la trame de l'amitié entre ces trois femmes relie tous ces sujets de façon crédible et émouvante.
    Malgré les épreuves que chacune traverse, elles s'entraident et se confient ce qui les aide à supporter les difficultés qu'elles rencontrent.
    J'ai eu un réel plaisir à lire ce roman, j'ai été happée par les trois personnages et leur destin.
    L'écriture est belle, pleine d'harmonie.

    À travers l'histoire de ces trois femmes l'auteure, nous parle de la vie de chacun d'entre nous. Les désillusions, les peurs mais également les émois et la joie des relations.
    J'ai aimé leurs caractères opposés, leur façon individuelle de ressentir et d'exprimer les émotions et les sentiments.
    Vraiment un très beau roman qui nous embarque et nous fait découvrir les choses de la vie, quelques-unes d'ailleurs sont assez touchantes.
    Léonie amène sans cesse sa note d'humour avec ses répliques marrantes mais elle reste une femme sensible et attrayante de par son naturel.

    J'ai noté que la seule chose dans ce livre qui m'interpelle est que ces trois femmes à un moment ou à un autre, ne sont pas elles-mêmes, elles essaient de plaire et le regard des autres compte beaucoup. L'auteur veut sans doute nous faire passer le message que beaucoup de femmes sont sensibles aux regards des autres et cela est une conception contemporaine de la société moderne. Certaines se donnent du mal pour plaire et pour être acceptées en tant que femme de valeur et souhaitent avoir une place à part entière dans la société professionnellement ainsi que dans la sphère familiale.
    La vie de ces trois amies évolue à son rythme et j'aime bien quand leurs opinions sont controversées.

    Le dénouement est certes prévisible pour chacune des trois amies, et je dis même aussi tant mieux car ainsi le lecteur n'est pas déçu dans ses attentes. Nous ne voulons que le meilleur pour les trois femmes même si « le parfait » n'est qu'illusion ! D'ailleurs pour en arriver à une certaine sérénité, il a fallu qu'elles traversent des épreuves. Je vous rassure tout n'est pas rose non plus pour les personnes de leur entourage mais ceci reflète bien ce que peut être la vie.
    J'avais beaucoup aimé « Le meilleur de la vie » , ici aussi pour ce qui est « A la recherche du bonheur », ce fut un coup de cœur.
    Je vais donc tenter de lire les autres livres de cette auteure : après une recherche avec mon ami Google, je vais me laisser porter par les autres romans de la même veine.

     


    4 commentaires

  • Titre : « Les loups à leur porte »
    Auteur : Jérémy FEL
    Genre : Suspense/thriller
    Éditions : Rivages
    Années : 2015
    Nombres de pages : 434

    Résumé :

    Une maison qui brûle à l'horizon ; un homme, Duane, qui se met en danger pour venir en aide à un petit garçon qu'il connaît à peine ; une femme, Mary Beth, serveuse dans un dîner perdu en plein milieu de l'Indiana, forcée de faire à nouveau face à un passé qu'elle avait tenté de fuir ; et un couple, Paul et Martha, pourtant sans histoires, qui laisseront un soir de tempête, entrer chez eux un mal bien plus dévastateur. Qu'est-ce qui unit tous ces personnages ? Quel secret les lie ? C'est à ce grand puzzle que nous convie ici Jérémy Fel, dans une atmosphère énigmatique et troublante entre Twin Peaks et les romans de Joyce Carol Oates, Jérémy Fel a été scénariste de courts-métrages. Il a également créé une librairie à Rouen. Les Loups à leur porte est son premier roman.

    Mes impressions :

    Autant commencer par une note positive suite à la lecture de ce roman magistral, formidablement maîtrisé et bien écrit.
    Dès les premières pages, j'ai été happée par les personnages tourmentés, leurs histoires et leurs mystères.

    Loretta 44 ans, son mari Georges et Daryl leur fils habitent une ferme dans le Kansas.
    Entre le père et le fils, les relations sont tendues car ce dernier ne souhaite pas travailler à la ferme comme son père aimerait.
    Maddie la fille a quitté le domicile familial sept ans auparavant à la suite d'une dispute. Maddie est mariée, maman d'une fillette de 3 ans Josie, que Loretta ne connaît pas.
    Une nuit, après une dispute houleuse entre le père et son fils, leur ferme brûle. Loretta et Georges périssent dans l'incendie...

    Duane Parsons 23 ans a rencontré Sybil divorcée, 40 ans, maman de Josh 3 ans et demi. Duane s'aperçoit que Sybil est une mère maltraitante alors il l'enlève Josh pour le mettre en sécurité et le ramener chez son papa.
    Sur le trajet qui les éloigne de NewYork ils rencontrent dans un snack Mary Beth serveuse de 35 ans. Il lui confie les raisons de son escapade, elles les hébergent une nuit chez elle....Il lui raconte alors son enfance volée, sa détresse et son père. Ce récit est très émouvant.

    Quant à Claire, elle revient après un master de psychologie dans la maison de son grand-père près d'Annecy afin de relâcher la pression consécutive à ses études. Elle a très peu de souvenir de sa mère qui a disparu le jour de son septième anniversaire.
    Claire est partie 15 ans auparavant, pour aller sur Paris. Elle revient dans cette maison en espérant trouver des réponses à ses questions.
    Quelques jours après son arrivée, elle rencontre Lucas, qui vient passer des vacances chez ses parents.
    Le sujet du mémoire de master de Claire se porte sur le meurtre de Loretta et Georges Greer, par leur fils Daryl, qui depuis s'est volatilisé dans la nature et est devenu probablement un serial killer.
    Ce chapitre déconcertant est terrifiant. La situation est lugubre, inquiétante.

    Louise une femme trompée, une fois les certitudes acquises et confirmées de la trahison de son mari, déserte le domicile conjugal pour passer une nuit dans un hôtel sans avertir son mari... elle espère qu'il l'appellera pour lui signifier qu'elle lui manque.

    Walter se retrouve chez Martha et Paul qui sont installés à Twin falls. Il s'est invité chez eux. Martha et Paul ne connaissent pas cet homme violent qui cherche leur fils adoptif Josh. Josh le fils biologique de Mary Beth.... Quel lien les unis ?
    Une histoire sanguinaire, personnellement insoutenable, avec des rebondissements qui m'ont glacé le sang.

    Martin est un homme trahi par sa femme Charlotte. Fou de douleur et fortement alcoolisé, il l'a tue et se débarrasse de son corps. Sur la falaise il croise la route de Kate 17 ans qui quitte sa famille d'accueil et souhaite s'installer en Californie pour vivre de sa passion du chant. Elle ne remarque pas le comportement angoissé de Martin . Un dialogue s'instaure entre eux, suivi de quelques confidences sur leur die respective. Ils font un bout de route ensemble.

    Clément, se réveille ligoté et drogué près de la mer. Il est un trafiquant de drogue. Une femme est à ses côtés ; elle le violente et cherche des explications sur la mort de son copain Serge. Elle va trouver le moyen de lui faire payer l’assassinat de son petit-ami de façon indirecte et des dommages collatéraux inévitables.

    Mary Beth précédemment citée, revient à San Francisco, ville qu'elle a fuie18 ans plus tôt. Elle craint de revoir Walter son ex-compagnon mais souhaite avant tout sauver son fils Scott enlevé par Walter, homme sadique. L'histoire de Mary Beth est digne d'un scénario cinématographique. Même si cette histoire est faite de violence et de sang, j'ai aimé le courage de cette femme qui va tout faire pour sauver son fils qu'elle n'a pas vu depuis 18 ans !

    Damien, est l'un des 20 adolescents qui sont partis en camping, avec trois moniteurs....il a 15 ans et c'est la première fois qu'il vit cette expérience de la colonie. Damien écrit des histoires sanguinaires, pour évacuer la rage qu'il éprouve dans certaines circonstances. Steve l'un des moniteurs s'avère être en fait un véritable monstre sadique. Mais quelle personnalité se cache derrière celle de Damien ? Qu'est-il capable de faire pour se venger ?

    Benjamin va se rendre compte que Franck son beau-père est un monstre sadique et pervers qui fait partie d'un réseau de barbares. Il vit dans une famille qui cache bien de lourds secrets. Pourra-t-il protéger sa mère ? Comment la mettre au courant des agissements de son beau-père sans la mettre en danger ?

    Scott et Kate deux jeunes gens, cités et présentés dans les nouvelles précédentes se rencontrent et donnent à la fin de ce roman une touche d'espérance dans un monde de brutes mais tout est-ce que tout est terminé ? Est-ce que l'horreur va s'arrêter ? Pas si sûr !

    Ces nouvelles pourraient être lues indépendamment mais au fil des pages nous nous apercevons que toutes ont un fil conducteur, un lien, qu'il s'agisse d'une situation, d'un personnage ou un d'événement.
    L'auteur a une dextérité incroyable à manier les mots et les situations inquiétantes.
    Ces histoires sont des faits divers qui laissent transparaître l'horreur, l'effroi mais également parfois la nostalgie et douleur.Vous l'aurez donc compris, ce roman est un mélange assortis de personnages tous meurtris par la vie. Certains sont forts, beaux, émouvants, cassés alors que d'autres sont violents, monstrueux, fous, morbides mais aucun ne laisse indifférent.
    Walter LE personnage diabolique, aliéné, né de la plume de Jérémy Fel va être le fil conducteur de ces treize nouvelles. Chacune peut être lue indépendamment mais là où réside l'écriture flamboyante et parfaitement maîtrisée de l'auteur est qu'il va réussir à mêler, associer, combiner les personnages de façon indélébile, implacable.
    L'ambiance et certaines scènes sont glaçantes, terrifiantes.
    La construction du roman au final est une sorte de puzzle, les nouvelles se conjuguent admirablement autour et au travers d'un personnage clé et de situations macabres.
    J'avoue avoir eu beaucoup de mal avec certaines scènes mais l'écriture magistrale de Jérémy Fel m'a donné le courage de poursuivre dans ce monde froid et inhumain qu'il décrit.

    Ce roman parfaitement maitrisé fut le premier de Jérémy Fel. Je pense qu'il a reçu le succès qu'il mérite.

     


    4 commentaires
  • « La librairie de l'île » de Gabrielle ZEVIN

    Titre : « La librairie de l'île »
    Auteur : Gabrielle ZEVIN
    Genre : Roman
    Editions : pocket
    Année : 2015
    Nombre de pages : 283

    Quatrième de couverture :

    A.J. Fikry a l’un des plus beaux métiers du monde : il est libraire sur une petite île du Massachusetts. Mais il traverse une mauvaise passe. Il a perdu sa femme, son commerce enregistre ses pires résultats depuis sa création et il vient de se faire dérober une édition originale et précieuse. A.J. s’isole au milieu des livres jusqu’au soir où il découvre un couffin devant sa librairie. Un bébé que sa mère a abandonné là avec un mot : « Je tiens à ce qu’elle grandisse entourée de livres et de gens pour lesquels la lecture compte. » Réticent au premier abord face à l’ampleur de cette mission, le libraire tombe rapidement sous le charme du nourrisson et entrevoit avec lui la possibilité d’un nouveau bonheur.
    Et si la vie valait bien qu’on lui accorde une seconde chance ?

    Mes impressions :

    Amélia Loman est une représentante pour l'éditeur Knightley Press. Elle est la remplacante de Harvey Rhodes, récemment décédé. Elle se rend sur l'île afin de rencontrer AJ Fickry propriétaire de la librairie de l'île et lui présenter les nouveautés littéraires. Leur première rencontre n'est pas des plus réussie... Faut dire qu'AJ est un peu singulier.
    Il a 39 ans et est veuf depuis 18 mois. Son épouse Nic est décédée dans un accident de voiture. La mort de son épouse l'a profondément bouleversé. Il a beaucoup de mal à s'en remettre.
    Un jour un jeune mère dépose devant sa porte, sa jeune fille de 25 mois afin qu'elle soit élevée au milieu des livres et de ceux qui les apprécient...La petite dans un premier temps devait être placée mais malgré ce que cela implique comme responsabilités, AJ s'attache à l'enfant et décide même de l'adopter. Maya entre dans sa vie comme une bouffée d'oxygène.
    Tous les deux vont s'apprécier humainement et s'aider mutuellement.
    Maya grandit dans une ambiance aimante et chaleureuse...au sein d'une famille mono-parentale.

    Je me suis beaucoup attachée à AJ et à Maya, ils lient leur solitude. Puis quand Amélia peu à peu entre dans leur vie respective ils forment une belle famille atypique.
    J'ai vraiment apprécié la délicatesse qu'utilise l'auteur pour nous amener à reconsidérer un des rôles de la littérature ainsi que de l'utilité des livres....
    Les personnages sont excentriques, avenants, parfois drôles et même en décalé et j'aime beaucoup la diversité de leur personnalité. Nous y sommes confrontés également, un peu comme dans la vraie vie. On peut rencontrer des gens très différents les uns des autres; les plus proches nous enrichiront humainement et sentimentalement.
    Ce livre est un bijou autant par le contenu que par les messages qu'il transmet. Il est à mettre entre les mains de tous les amoureux des livres mais pas seulement car il peut aussi faire aimer la littérature à ceux et celles qui réfutent à lire.
    Il y a de nombreuses références littéraires, des auteurs et des titres cités, ainsi que des notes écrites par Amélia et AJ en début de chapitres, destinées et adressées à Maya pour lui parler des livres intéressants qui ont une place dans la vie d'une personne. Je qualifie ce livre de rare et enrichissant.
    Le style du récit est fort agréable et l'histoire dès le début très touchante, l'ensemble donne aux lecteurs envie de continuer à lire. Le récit est parfaitement mené, construit, il délivre des leçons de vie et des messages qui peuvent nous lecteurs nous faire avancer dans notre propre existence.
    L'auteur appréhende aussi le rôle des livres dans une vie, la rencontre particulière avec l'un d'eux qui peut changer notre vie ou modifier le cours de notre existence, nous faire réfléchir. Ces livres croisent nos vies sans préavis.
    L'auteure évoque alors la richesse des écrits, la communion avec les mots, la transmission des messages. On a vraiment envie de lire les livres cités en référence, d'ailleurs je me suis fait une liste à lire !
    AJ est une homme avec une personnalité émouvante.
    Ce livre m'a donné beaucoup d'émotions simplement en lisant la vie de ses protagonistes. 

    La couverture attirante, colorée et ses dessins enfantins sont un appel ! 


    Extrait : « La peur sourde de ne pas être aimable au sens propre, nous isole, mais c'est l'isolement qui nous porte à croire qu'on ne peut pas être aimé. Un jour, Dieu, seul sait quand vous roulerez sur une route. Et un jour Dieu seul si quand, il ou elle se trouvera sur cette même route. Vous serez aimé et, pour la première fois de votre vie, vous ne serez plus seul. Vous aurez décidé de renconcer à la solitude ».

     


    4 commentaires
  • Titre : « La dernière promesse »
    Auteur : Ellen SUSSMAN
    Genre : roman
    Editions : Michel LAFON
    Année :2004
    Nombre de pages :325

    Résumé :

    Être mère célibataire n'a jamais effrayé Blair. Elle et sa fille Amanda contre le reste du monde a toujours été sa devise ! Mais aujourd'hui, pour la première fois de sa vie, Blair va avoir besoin d'aide. Enfermant dans son cœur un lourd secret, son plus grand souci est de savoir qu'Amanda ne se retrouvera pas toute seule, si jamais...Il y a bien le séduisant Luke qui a surgi dans sa vie au moment où elle s'y attendait le moins. Mais Blair peut-elle vraiment lui faire confiance ?

    Mes impressions :

    Blair est une femme d'une quarantaine d'année à qui son médecin apprend qu'elle est atteinte d'un cancer en phase terminale. Elle vit à Haight avec sa fille Amanda âgée de 16 ans, dans un cottage (qu'elle loue à Casey le propriétaire).
    Blair est chef dans un restaurant, tenu par Daniel, un ami sincère de longue date.
    Dans le premier chapitre, on découvre le personnage de Blair, de son enfance à son adolescence mais nous est révélé également, le drame dont elle a été victime avant d'être maman. Ce premier chapitre particulièrement bien écrit est essentiel et nous donne envie de poursuivre notre lecture.
    Luke ,un scénariste trompé, par sa femme de 10 ans sa cadette est déçu par la vie. Il ne supporte pas le départ brutal de sa compagne. Il va panser ses plaies dans un chalet dans les montagnes de Santa Cruz afin de redonner un sens à sa vie mais surtout d'oublier la trahison de sa femme.
    Lors d'une réunion d'anciens élèves du lycée, il est chargé de retrouver les « absents ». C'est alors qu'il repère sur la liste de noms celui de Blair, une fille qui dans son sonvenir semblait à part ; ,renfermée et plutôt solitaire. Il a d'ailleurs utilisé un drame de son histoire personnelle pour écrire un scénario et en faire un film ce qui a déplu à l'intéressée.
    Quand ils se retrouvent tous les deux, les premiers contacts ne sont pas du tout idylliques. Cependant, ils se revoient plusieurs fois et finissent par tomber sous le charme l'un de l'autre. Au début Blair voit d'un mauvais œil le retour de cet ancien « camarade » de lycée qui ne s'est jamais intéressé à elle. Et puis Blair s'est forgé une carapace afin de ne pas subir la violence de ce qui pourrait l'affaiblir émotionnellement.
    Pourtant une liaison, s'établit entre eux. Malgré le cancer qui la ronge, les sentiments se renforcent peu à peu en même temps que l'inquiétude de Blair concernant sa mort prochaine et le fait qu'elle va laisser Amanda seule....

    J'ai aimé la force de caractère de Blair, sa capacité à accepter plus ou moins la situation sans jamais se plaindre. J'ai apprécié la relation qu'elle a avec sa fille, cette complicité, cet amour sans failles même s'il y a quelques tensions liées à l'âge difficile d'Amanda.
    Je suis admirative du courage de Luke et de sa ténacité face à l'adversité, je suis agréablement suprise pas son empathie eu égard Blair. Il sait du reste apprivoiser Amanda, sans la brusquer.
    Je sais bien que ce roman est une fiction mais elle m'a confortée dans l'idée que si certaines personnes étaient aussi sincères et honnêtes entre elles, la vie d'autres personnes s'en trouveraient améliorée.
    L'auteur est parvenue à me faire rêver, malgré le théme et le sujet difficiles de ce roman.
    Blair, Amanda et Luke sont tous les trois des personnages psychologiquement intéressants, l'auteur réussit fort bien à les rendre vivants, humains. J'aime les histoires qui permettent de pouvoir nous identifier aux personnages. Ils sont parfaitement crédibles en proie à des sentiments divers, des réactions humaines souvent contradictoires mais toujours mus par une sincérité indéniable.
    Les personnages qui entourent Blair sont sympathiques, aidants, et particlièrement à l'écoute d'elle. Cette femme est aimée et cela va l'aider à surmonter son cancer qui évolue très vite.
    Les personnages de second plan sont parfois cruels, lâches, malhonnêtes et là je fais référence à la femme de Luke.
    Le style est particulièrement agréable, simple, fluide ce qui nous permet de nous plonger pleinement dans l'histoire.
    La fin bien sûr est prévisible mais elle m'a émue. Je me suis mise à la place de cette femme encore jeune qui doit ,par la force des choses, quitter ce monde alors que la vie enfin s'ouvrait à elle et aurait pu être prometteuse.
    J'ai été terriblement touchée. Il me faudra du temps pour oublier cette histoire …. si jamais je l'oublie.


    4 commentaires
  • Titre : « Le voleur de bonbons »
    Auteur : Gilbert BORDES
    Genre : Roman
    Éditions  : Robert Laffont
    Année  : 2002
    Nombre de pages  : 247
    ISBN : 978-2221096260


    Quatrième de couverture :

    Douze ans, pas franchement beau, il ne fiche rien à l'école. A l' occasion, il chaparde. “On n' en fera jamais rien” se lamente sa grand-mère. Tout le village est bien de cet avis.
    Il s'appelle Matthieu. Arrive Manon. Ils ont le même âge. Lui, éclatant de santé; elle, gravement malade : leucémique. Pour lui faire plaisir, pour amener un sourire sur ses lèvres pâles, il lui fait des cadeaux : une pochette-surprise, des bonbons, un stylo en or, un collier, un briquet - tous volés bien sûr- : leur trésor. Et, parce que Marion lui a dit qu' elle se sentait mieux lorsqu' elle avait communié, un jour il va trop loin. Le ciboire et les hosties consacrées disparaissent. Scandale!
    Cinq années dans un centre d' éducation surveillée, et Matthieu est libre. Il n'a cessé de penser à Marion; il la retrouve. La maladie n' a pas abandonné la jeune fille; Matthieu ne l' abandonnera pas non plus. Il ira jusqu' à Villejuif, pour, à force d' attention, de tendresse, la ramener à la vie - et se sauver lui-même...

    Mes impressions :

    Matthieu naquit en 1948. Quand sa mère meurt d'une leucémie il est recueilli par sa grand-mère et son grand-père Pauline et Gustave qui vivent à Peyrolles et l'élèvent . Ils ont un fils Armand, le père de Matthieu qui vit avec eux.
    Matthieu a un caractère difficile, donne du fil à retordre à son entourage. Il a un don, il chante très bien
    En 1960 arrive Marion une petite voisine de son âge qui est malade comme l'était sa maman. Honorine et Albert ses grands-parents, l'accueillent dans l'espoir chez eux que l'air de la campagne lui fera du bien.
    La première rencontre entre Matthieu et Marion n'est pas une réussite... Elle se moque de lui, de son physique ingrat, de ses grandes oreilles et de sa laideur. Mais lui est attiré par cette petite fille qui traverse ce que sa mère a traversé et qui en est morte.
    Matthieu surnommé tétard ne fait rien à l'école, il est un garnement, il chaparde les commerçants, passe son temps à faire des bêtises...Il est un écorché vif mais sensible au fond de lui et perçoit l'injustice de la vie.
    Il rencontre Flamant un vieil homme solitaire. Un ancien soldat qui vit dans une roulotte désaffectée loin du village. Ce dernier va l'aider plus tard à envisager de passer son bac. Ils auront une amitié sincère l'un et l'autre. Rejetés tous les deux par les villageois, ils vont se serrer les coudes.
    Matthieu et Marion finissent par devenir amis, ils s'attachent l'un à l'autre. Pour lui prouver son amitié et l'aider à guérir, il est à l'origine de petits larcins, qui seront comme des cadeaux : des bonbons, des bijoux...il se sent existé grâce à Marion. Il a un but dans la vie, lui faire oublier sa maladie. Il lui apporte un certain apaisement et une complicité se crée entre eux. ...Elle a l'impression que grâce à lui la maladie s'éloigne. Un jour il va trop loin et vole des hosties pour Marion puisque étant croyante elle imagine qu'en manger la délivrera du fardeau de la maladie... mais ce sera un larcin de trop. il est envoyé dans un centre de redressement, il y restera 5 ans.
    En deuxième partie, on retrouve Matthieu qui sort enfin du centre de redressement... Il a changé et a acquis de la maturité. Il retourne à Lachaud mais les villageois ont encore de l'hostilité envers lui. Personne n'a oublié ce garnement, il est le mal venu. Lui n'a jamais oublié Marion. Il revient pour elle. La revoir va le bouleverser, mais tout ne se passe pas comme il le rêvait....
    La troisième partie décrit leurs deux destins qui vont finir par se croiser et se retrouver pleinement....Mais Marion malgré ses cures de chimiothérapie n'est pas encore assurée de guérir....

    Cette histoire est touchante, avec des personnages entiers, meurtris, différents les uns des autres mais qui apportent chacun une dimension au roman.
    J'aime beaucoup les livres de Gilbert Bordes parce que dans un environnement difficile il parvient à y glisser de la chaleur, de la douceur, de l'émotion et nous émeut....Ses personnages sont souvent déterminés, combatifs même s'ils sont témoins de coups dûrs que leur fait la vie. L'espérance est pour cet auteur un maître mot. Il s'implique dans ses histoires.
    Il sait passer d'un récit sombre à un récit plus gai. Comme l'est la vie.
    Grâce à son style vivant, épuré et une écriture limpide il nous entraine dans ses histoires et on prend plaisir à les lire. On se laisse emporter dans l'aventure. Lire Bordes est comme retourner aux sources, à la liberté, l'innocence.
    Cette histoire est belle, bien qu'elle soit triste par bien des égards. Elle parle de générosité, d'amitié d'amour, de combativité et de revanche sur la vie avec beaucoup de poésie....
    Je regrette que la fin soit un peu précipitée et qu'elle ne nous offre pas plus de magie...
    Ce livre est l'objet d'une relecture et j'avoue que je suis toujours aussi admirative du style de cet auteur qui sait où se situe l'essentiel.

    BORDES Gilbert, Le porteur de destins 

    BORDES Gilbert, Le silence de la Mule

    BORDES Gilbert, Le chat derrière la vitre

    BORDES Gilbert, Les Terres brûlantes

    BORDES Gilbert, Juste un coin de ciel bleu

    BORDES Gilbert, Le chemin de Peyrelongue
    BORDES Gilbert, Les vents de la liberté

     


    4 commentaires
  • « L'enfant de tous les silences » de Kim EDWARDS

    Titre : « L'enfant de tous les silences »
    Auteur : Kim EDWARDS
    Genre : Roman
    Éditions : France Loisirs
    Année : 2008
    Nombre de pages : 575


    Quatrième de couverture :

    "Notre petite fille est morte à la naissance."
    Ces mots terribles que prononce le docteur David Henry à sa femme Norah par une nuit de tempête de neige effroyable, scellent à jamais leur destin. A cause du temps, David doit accoucher lui-même sa femme. Il y aura d'abord un garçon, en parfaite santé, puis une fille, visiblement atteinte du syndrome de down. En un instant, David, pensant agir pour le bien de tous, prend une décision tragique. Il confie la petite fille à Caroline, son infirmière, qui doit la mener dans une institution spécialisée, et annonce à Norah que le bébé est mort. Mais Caroline choisit de sauver la petite et de l'élever comme son propre enfant...
    Un roman parfaitement maîtrisé qui traite des secrets de famille, de la perte d'un enfant, du pouvoir de l'amour.

    Mes impressions :

    Nous sommes en 1963, David 33 ans est un chirurgien orthopédique brillant et reconnu. Sa femme Norah n'a que 22 ans quand par un soir de tempête, l'obstétricien étant bloqué par la neige, c'est David lui même avec l'aide de son infirmière Caroline qui va accoucher ses enfants...Paul naît en premier, un beau petit garçon puis quelques minutes plus tard vint sa jumelle Phoebe.
    Phoebe est atteinte de mongolisme, pour protéger sa femme et lui éviter de futures souffrances morales, David prend une décision radicale qui va résonner toute sa vie durant. Après la péridurale, il dit à Norah que l'enfant est mort-né. Il demande alors à Caroline de prendre l'enfant et de la confier à une institution mais une fois sur place, Caroline ne peut s'y résoudre...
    Partagée et tiraillée entre sa conscience, sa bienveillance et ses responsabilités, après de nombreuses tergiversations, elle décide de garder l'enfant de l'élever comme sa propre fille et de partir loin.
    Caroline a toujours été amoureuse secrètement de David, et cette enfant réveille en elle son instinct maternel.
    Le soir de la naissance, Caroline rencontre Al, un routier, alors qu'elle est en difficulté, en panne d'essence sur un parking, elle ne lui dit rien à propos de l'histoire de Phoebe mais un attachement entre eux trois se crée très vite.Al est un homme attachant,il doit reprendre la route après une nuit glaciale... Ils se retrouveront des mois plus tard.
    Norah quant à elle va vivre avec la perte d'un enfant et elle ne s'en remettra jamais complètement.
    Elle regrette de ne pas avoir vu sa fille à la naissance...Elle ressent comme un manque en elle, qui la poursuivra sa vie durant.
    Paul également vivra très mal la perte de sa sœur jumelle, cela se ressentira tout au long de sa vie et sous le poids du secret les conflits avec David, seront nombreux.
    Il se passionnera pour la musique alors que son père lui, préfèrerait un avenir prometteur pour son fils.

    1965 : la « mort » de Phoebe est toujours une grande douleur pour Norah.
    Caroline est embauchée par Dothy comme dame de compagnie de son père. Léo un homme malade et aigri. Une solide amitié naît entre les deux femmes. Cette dernière loge chez Dothy à Pittsburgh
    et le temps passe... les années défilent...jusqu'en 1989 avec des rebondissements, des événements, parfois des drames.

    J'avais hâte à chaque page de connaître le destin de cette petite fille et de sa mère par substitution,
    Et de me nourrir des rencontres improbables que nous offrent l'auteur.
    Le récit est une alternance entre le celui de la vie actuelle de Caroline et de celui de Norah, deux femmes, deux mères. Leur lien ? Phoebe.
    Le récit se déroule sur une longue période, de 1964 à 1989, au fil des années, chacun des personnages évolue avec ses blessures du passé, ses fardeaux, ses sentiments parfois mitigés, ses tourments. Chacun grandit et devint mature. Il y a de la force en lui et parfois de la faiblesse ; tous sont émouvants et crédibles.

    L' histoire de ce roman est celle de deux familles, déchirées par le poids du secret.
    Ce roman apporte aussi un regard sur le handicap mental, et la place d'un enfant différent dans une famille.
    Il reflète aussi ce que les non-dits, les secrets de famille peuvent amener de tourments dans une vie, et comment une seule seconde peut changer le cours du destin.
    Ce roman est un coup de cœur, j'ai pris plaisir à découvrir les personnages et les voir avancer, cheminer, respectivement. Il y a dans ce roman également de l'humanité, de la solidarité et du courage.
    Dans la seconde partie du roman, l'histoire de David, Norah et Paul est plus présente que celle de Phoebe et de Caroline mais au final nous retrouvons les deux familles qui par la force des choses et le courage de Caroline vont les faire se rassembler....
    Ce livre est très bien écrit, le déroulement parfaitement maîtrisé.
    C'est une histoire d’amour de parentalité, de choix dans un style agréable qui respire l'authenticité.
    Ce roman nous donne une leçon de vie et nous fait reconsidérer positivement la trisomie 21.
    Ce n'est pas un roman sur cette maladie mais sur la conséquence de geste impulsif et irréfléchi, sur la place des enfants différents, sur le désarroi des parents quant à l'avenir des enfants malades et leur intégration dans la société dite « normale ».
    Un roman très riche émotionnellement, je vous le recommande si vous aimez ce genre d'histoires.

     


    4 commentaires

  • Titre : « Le Père David, l'Impératrice et la Panda »
    Auteur : José FRECHES
    Genre : Roman
    Éditions : XO éditions
    Année : 2017
    Nombre de pages : 456

    Quatrième de couverture :

    Un grand roman épique.
    L’histoire passionnante d’un animal devenu une légende « Vous le connaissez tous, avec sa splendide livrée noir et blanc, son air bonhomme, son appétit insatiable et sa démarche rigolote… le panda ! L’ami des enfants et le symbole de la préservation de la nature… Ce que vous ignorez peut-être, c’est qu’un missionnaire français, le père Armand David, en 1869, est à l’origine de sa découverte. Sans lui, le panda aurait été décimé par la chasse et la déforestation. C’est en m’inspirant de cette histoire vraie que je vous invite à me suivre jusqu’aux forêts du Sichuan, le territoire du panda géant, à remonter le fleuve Bleu, à explorer la fabuleuse Cité interdite et Shanghai la mystérieuse, sur les traces de mon héros, le père David Etcheparre, à la rencontre de l’impératrice Cixi et de Fleur de Sang, une jeune fille amoureuse des pandas. Ensemble, nous découvrirons une Chine plus mystérieuse que jamais, soumise à tous les assauts, rongée par l’opium et pourtant insubmersible… mais aussi cet animal magnifique, dont le pays a fait l’un de ses principaux ambassadeurs. »

    Mes impressions :

    Une fois de plus je remercie Mélanie Rousset des Editions XO pour cette découverte. 

    L'histoire se déroule en 1865.
    L'auteur au fil de pages nous décrit les personnages de cette aventure.
    Le père David est lazariste, il se dirige vers Tiangin, le port de l'empire du soleil levant, en Chine. Sa mission : rouvrir les écoles et les orphelinats en Chine. Il se passionne pour l'étude de la flore et de la faune depuis sa plus tendre enfance.
    Il est né le 18/10/1837, son père décède alors qu'il n'a que 8 ans, c'est pour cela en partie qu'il décide de devenir missionnaire, il veut enseigner les sciences naturelles.
    Fleur de sang a 16 ans ; elle fait partie d'un peuple de chasseurs-cueilleurs : les Yi. Avec son petit frère Urdu ils passent beaucoup de temps dans la foret de Sichuan. Leur mère est morte à la naissance d'Urdu, leur père Tête de bœuf est un chasseur. Quant à elle, elle déteste cela !
    Avec son jeune frère, ils sont proches de la nature et ressentent la grande unité du vivant. Elle tient à ce qu'il soit protégé de la véracité des humains.
    Elle a une fascination pour les ours-chat (panda), elle a une connaissance intime de ces animaux attachants qu'elle trouve marrants dans leur posture.
    Elle rencontre le père Etcheparre lorsqu'il est en mission et à cette occasion elle lui explique la façon de vivre de ces ursidés, leur personnalité, leur caractère et leur particularités animales. Et puis elle veut protéger une jeune femelle Pim-Pam.
    Marcel Moudart voyage avec David, c'est un Monseigneur. C'est l'administrateur de la Chine du Nord en 1854. C'est aussi le vicaire apostolique de Mongolie.
    Aujourd'hui il est un évêque. Il considère la Chine comme une immense friche dans laquelle l’Église catholique doit semer la parole de Dieu. Il se soucie peu de la culture de ce pays, de ses personnalités, et de son héritage culturel.
    En France Adrien Pincus-Chanteras est un zoologue et entomologiste, sa femme Laura est professeur de mandarin au collège chinois. C'est Moudart qui leur a présenté David.
    Et puis il y a l'impitoyable impératrice Cixi, son fils Tongzhi est un peu bêta mais elle veut en faire un empereur digne de ce nom.
    Cixi estime que la Chine a à apprendre de l'Occident. Elle s'entoure de personnes qu'elle choisit avec intérêt.
    Cixi veut tout savoir sur les ours-chat, qui représentent le Yin et le Yang et vivent dans la forêt de Sichuan. Elle souhaite en adopté un.
    Son ambition est de montrer au monde combien la nature de la Chine est belle. Elle souhaite créer un musée des oiseaux de Chine, à l'intérieur de son palais.
    Elle va faire le lien entre le père David et Fleur de sang.
    Odval est une jeune fille de 17 ans. Attun sa gouvernante lui révèle qu'elle est la fille d'une Princesse Mongole. Pourquoi son père adoptif Sambda ne lui a jamais dit la vérité ?
    Son vrai père est un mandarin Dang Luo aujourd’hui il est aussi décédé... victime d'un guet-apens.
    Philippe, est sourd et muet, il a 20 ans, sa mère l'a abandonné à sa naissance devant un orphelinat lazarin.
    Moudart l'a baptisé et en 6 ans il a appris le mandarin malgré son handicap. Grâce à David, Philippe et Odval finissent même par se marier.
    Père Delacroche 62 ans abuse de l'opium pour calmer ses douleurs physiques et morales qui sous son effet s'évanouissent. À cette époque l'opium fait des ravages dans les milieux populaires.

    Ces nombreux personnages sont tous importants pour le récit et contribuent à l'histoire chacun à sa façon. Ils finissent par se rencontrer, se croiser. Chacun a une influence sur l'autre.
    Ils sont tous liés et œuvrent ensemble à la protection de la nature.
    Pendant son périple, David est envoyé en Mongolie pour y prêcher la bonne parole et distribuer les sacrements, afin d’œuvrer pour le salut des âmes tartares.
    Il visite plusieurs contrées au gré de ses missions et de ses attachements.

    Dans ce roman fort documenté, beaucoup de faits historiques et culturels y sont relatés. On sent bien que l'auteur est un passionné de la Chine et qu'il l'a beaucoup étudiée. Il y raconte également l'histoire des religions, les différents courants religieux, ainsi que la vie de certaines personnalités.
    Il nous parle de la civilisation de la chine, de ses coutumes, de sa végétation, de sa langue non alphabétique avec des milliers d'idéogrammes, David est un défendeur de cette culture.

    L'histoire tarde à se mettre en place. On se demande où veut en venir l'auteur. J'ai l'impression que l'histoire n'est pas un roman mais simplement une étude à grande échelle sur la Chine.
    Le scénario est assez minimaliste; je m'attendais vu le titre à une rencontre beaucoup plus insolite entre un Père, une Impératrice et un Panda qui serait beaucoup plus explicité et décrite.
    Ce livre nous raconte en majorité les pérégrinations de David. Il visite plusieurs contrées et y la connaissance de personnes intéressantes. David part aussi pour Sichuan, dans la forêt dans laquelle il est subjugué par la flore mais aussi par une famille panda.
    Dans cette forêt il y rencontre Fleur de Sang, passionné par les ours-chats. Elle lui présente une famille de Panda et il s'y attache au point de se mettre en tête d'acheminer un couple de Panda jusqu'à la ménagerie du jardin des plantes de Paris afin de les protéger car cet animal est une espèce en voie d'extinction. Il faut le protéger.
    Grâce à Cixi cet animal deviendra l'emblème de l'empire du milieu et Pim Pam sera acheminé dans son zoo personnel.
    Cette histoire est fictive mais elle s'inspire de faits réels. Le père Armand David a vraiment existé, il découvre en 1869 le panda géant ; l'auteur nous narre son histoire de façon romancée mais il respecte le contexte historique et d'ailleurs, ce roman est fort bien renseigné. Nous découvrons la Chine de cette époque-là.
    De même nous voyons que l'auteur a enquêté et étudié le rôle des missionnaires et savants occidentaux de cette période. Leur savoir d'ailleurs a permis à la Chine d'étendre sa culture.
    J'espérais que ce livre nous parlerait un peu plus généralement des pandas et qu'il raconterait une histoire un peu plus émouvante. Je suis un peu déçue car il ne se passe pas grand-chose.
    Par contre il est indéniable que les amoureux de la Chine aimeront ce roman fort passionnant, notamment sur la Chine du XIX ème siècle.
    L'auteur nous parle aussi de ces missionnaires occidentaux (lazaristes et jésuites) qui veulent convertir une grande majorité de personnes.
    L'auteur également évoque les relations faites d'incompréhension entre le monde occidental et le monde Chinois.
    Ce roman et son personnage principal sont une ode à la nature.

     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires