• Titre : « l'homme qui voulait vivre sa vie »
    Auteur : Douglas KENNEDY
    Genre : thriller psychologique/Policier
    Éditions : Pocket
    Année : 2010
    Nombre de pages : 497

    Quatrième de couverture :

    Un poste important, une vaste maison, une femme élégante, un bébé : pour tout le monde, Ben Bradford a réussi.
    Pourtant à ses yeux, rien n'est moins sûr : de son rêve d'enfant – être photographe – il ne reste plus rien. S'il possède les appareils photo les plus perfectionnés, les occasions de s'en servir sont rares. Et le sentiment d'être un imposteur dans sa propre existence est de plus en plus fort..

    Mes impressions :

    Je ne suis pas à la première lecture de cet auteur que j’apprécie.
    Il écrit des histoires souvent touchantes et prenantes. Ce que j'apprécie chez lui c'est qu'il sait faire parler la psychologie de ses personnages et nous glisse d'emblée dans l'ambiance de ses romans....

    Ben est un homme comblée, marié à une belle femme Beth, deux enfants, une vaste maison, un métier dans lequel il est reconnu.... malgré l'image qu'il donne d'un homme heureux, il ne l'est pas.
    Sa femme est de plus en plus distante, ils n'ont plus les mêmes aspirations ni les mêmes désirs et ambitions de vie....et il éprouve des difficultés avec le caractère de ses deux enfants en bas âge Adam 4 ans et Josh 9 mois....
    Il aurait voulu être un grand photographe mais son père l'a poussé à faire des études de droit... Aujourd'hui il ne se sent ni à sa place, ni épanoui....Il est même jaloux de son voisin Gary, avec lequel il partage la même passion, celle des images et des prises de vues.
    C'est alors qu'il apprend que sa femme le trompe... ce sentiment de trahison va le pousser à commettre l'irréparable. Est-ce la cause ou la conséquence ? Son geste est-il une façon inconsciente de pouvoir se dire qu'enfin il va pouvoir profiter de cette trahison pour mener la vie qu'il rêvait ou est-ce que son geste est celui d'un homme désespéré  ?
    Je n'ai pas très bien ressenti le besoin de changer de vie de cet homme dans la narration.
    J'ai surtout ressenti un homme blessé dans son amour-propre, qui étouffe et qui a besoin de liberté. Et dans un geste fou il va aller au-devant de répercussions inéluctables, irréparables. 

    Le personnage de Ben est excellemment travaillé, ainsi que la mise en scène et les suites de son coup de folie !
    Seulement je ne suis pas parvenue à m'attacher à ce personnage , sûrement parce qu'il montre une résistance à toutes épreuves. Il semble assumer son geste et c'est ce qui me dérange. Il arrive à vivre avec et surtout à se reconstruire... loin des siens.
    Sa culpabilité est minime, même si parfois il a des remords et la peur qui le ronge. Il reste instable.... jusqu'à la dernière page....
    Le style de Douglas Kennedy est toujours aussi agréable. J'aime sa façon de décrire ses personnages dans leur façon d'être et de penser.
    Il maîtrise parfaitement la toile de fond de son scénario. Les rebondissements sont nombreux et parfaitement contrôlés. Les émotions et les sentiments sont fort bien décrits ainsi que les risques que prend Ben et l'inversion du destin pour cet homme singulier. Tout cela induit par une réflexion sur le sens de la vie, celle que l'on subit, et celle que l'on choisit..

    J'ai cependant été un peu perturbée par le rythme inégal de ce livre. Ces écarts et l'alternance de cadence entre les scènes, peuvent néanmoins tenir en haleine le lecteur.
    J'ai noté quand même quelques longueurs, des scènes un peu trop difficiles pour l'âme sensible que je suis. De même le « crime » de Ben est presque parfait mais un peu tiré par les cheveux......
    Son destin l'amènera finalement a sa passion de la photo mais pour combien de temps ? Devra t-il sans cesse fuir ….

    Ce roman nous parle de la perception de notre vie, des choix que nous faisons, que parfois nous regrettons.
    Est-il mieux de suivre ses rêves et prendre des risques ? Ou alors choisir la stabilité, l'assurance d'une vie bien réglée.... Ben lui choisira de changer d'identité et devenir un autre....Il va se servir des moyens qu'offre la société pour se "faire oublier". 

    En résumé, c'est un bon roman, prenant mais avec quelques soucis de rythme.

    Un film a été tiré de ce roman....

     

    Cinq jours
    Cul-de-sac 
    Murmurer à l'oreille des femmes


    4 commentaires
  • Titre : « La peau des hommes »
    Auteur : Camille LANVIN
    Genre : roman
    Éditions : Harpercollins France
    Année : 2019
    Nombre de pages : 322

    Résumé  :

    J’aimais les hommes. J’aimais leurs peaux, leurs yeux, leurs mains de bûcheron, d’intellectuel, de professeur, de collégien, de vieillard, de nomade... Chacun d’eux était une île à la dérive, un univers encore vierge de mes caresses, un coffre-fort dont je détenais la clé.
     
    Estelle multiplie les rencontres. Qu'ils soient tendres, drôles, égoïstes ou spirituels, elle aime observer les hommes et les mettre à nu avec d'autant plus d'entrain qu’elle fuit sa propre histoire. Car l'avantage de tous ces hommes, c'est qu’ils ne sont pas  lui  : Ganaël, celui qu’elle a réussi à quitter dans un ultime réflexe de survie. L’amour de sa vie à qui elle avait tout donné. A Paris, elle tente désormais de tourner la page, et c'est à travers le regard des hommes qu'elle va chercher la femme en elle, celle dont elle a perdu la trace...

    Mes impressions :

    Je tiens à remercier l'auteure elle-même qui m'a spontanément proposé son livre en service de Presse ! 

    Estelle aime les hommes, elle le dit et l'assume , elle tente également de les comprendre.
    Elle tait cette particularité pour ne pas être jugée par sa famille et ses proches. Elle est folle de la peau des hommes. Derrière ce constat, se cache une question : pourquoi en est-elle arrivée là ?

    À 24 ans, elle a rencontré Ganaël, 23 ans, militaire.... Il est alors sergent-chef de l'armée de terre et elle, intermittente de spectacle. Un an après leur rencontre, il laisse tomber sa carrière, et devient instructeur parachutiste. Parce que sa passion prend beaucoup de place, leur relation passionnelle va se dégrader et Estelle en souffre.
    Elle se questionne beaucoup, comme si elle tient absolument à répondre à la question « pourquoi suis-je attirée autant par les hommes », ça en devient vital. Que s'efforce-t-elle de trouver, de se prouver ?
    Elle décortique sa démarche qui la pousse vers les hommes, les raisons qui font qu'ils lui deviennent indispensables, puis épluche les causes qui l'amènent à l'infidélité, l'adultère et qui engendreront la séparation de son unique amour.
    Elle énumère tout un tas de raisons personnelles, intimes ou communes.
    Elle énonce des réflexions sur l'intensité de l'amour conjugal qui diminue, sur la perte de désir, l'habitude qui s'installe... puis le besoin, le désir de vivre sans cesse des « premières fois »....
    Elle court après le temps, l'amour. Les lecteurs peuvent alors tenter de comprendre à leur tour, elle donne des clés pour s'interroger. .
    Entre autres causes il y a l'éloignement du conjoint, la perte des sentiments, le désir de retrouver les premières sensations de l'amour naissant, et alors une véritable course contre la montre s'instaure, parce qu'elle a peur....elle se contente alors de l'à-peu-près, de relations éphémères, mais elle sait bien que c'est un leurre. Elle vit dans une illusion en attendant que Ganaël lui revienne.
    Elle teste les hommes, les manipule parfois....
    Elle n'est pas tendre avec elle quand elle se décrit comme une « Marie couche-toi-là » : de nombreux hommes de passage défilent dans sa vie, elle s'avilit et finit par avoir l'impression de se perdre.....jusqu'à sa rencontre avec Arnaud dans la seconde partie, puis Yann, et Erwan
    Dans ce texte l'auteur fait de nombreuses comparaisons et de métaphores concernant ses sentiments, sa façon de ressentir les hommes ainsi que les événements de sa vie.

    Je ne suis pas une fan de ce style de thématique mais j'ai pu ressentir la détresse parfois d'Estelle qui se perd dans des méandres sans fond.
    Elle nous donne à réfléchir sur la possessivité, l'exclusivité, le don de soi dans les relations.
    J'ai préféré la seconde partie, dans laquelle Estelle rencontre des personnages importants qui vont l'aider à se trouver, elle est plus vulnérable, davantage sentimentale.
    La troisième et dernière partie de cet ouvrage est vraiment très belle, très bien écrite, il s'en dégage une profonde sincérité. Une preuve qu'Estelle a respecté les hommes qu'elle a rencontrés. Elle leur adresse une ultime pensée respective qui témoigne de l'égard envers certains.
    J'ai adoré la sérénité de Yann et sa capacité à lire à travers les âmes blessées, et j'ai eu de suite de l'affection pour Erwan.
    Je découvre cette auteure qui est à mon avis à fleur de peau et d'âme.
    Son style est alerte, son écriture est stylée, passionnée, les phrases sont courtes parfois comme pour donner ce sentiment d'étouffement qu'elle éprouve parfois.
    Cela me conforte dans l'idée que certaines de nos rencontres, nous élèvent et nous réconcilient avec une partie de nous-même, et avec une partie de notre vie que vous avons eue du mal à traverser.
    J'avoue qu'aux premières pages, j'ai cru que l'auteure aurait du mal à me convaincre puis, au fil des pages et de ma lecture, je me suis attachée à Estelle, parce qu'elle fait tout un cheminement personnel qui l'amènera vers qui elle est vraiment.
    Un très beau roman courageux !

     


    4 commentaires
  • Titre : « Je reviens te chercher »
    Auteur : Guillaume MUSSO
    Genre : Roman
    Éditions : Pocket
    Année : 2010
    Nombre de pages : 504

    Quatrième de couverture :

    Peut-on, en quelques heures, rattraper les erreurs de toute une vie ?
    Un matin, Ethan reçoit le faire-part de mariage de Céline, la femme qu’il aimait et qu’il a quittée pour se consacrer à sa fulgurante carrière. Une décision qu’il regrette amèrement aujourd’hui, car si Ethan est riche et célèbre, il est aussi terriblement seul.
    Sur un coup de tête, il se rend au mariage et se met au défi de reconquérir la jeune femme. Il ne lui reste que quelques heures pour y parvenir. Quelques heures folles et pleines de mystère, au terme desquelles il sera abattu par un inconnu.
    C’est alors que l’incroyable se produit : la journée recommence, comme si le destin lui permettait de revivre ces heures décisives.
    Réussira-t-il, cette fois, à saisir la chance de sa vie ?

    Mes impressions 

    Fin des années 90, Ethan 23 ans, son ami Jimmy avec lequel il a grandi dans les quartiers de Boston et Marisa sont les meilleurs amis du monde mais juste avant son mariage avec Marisa, parce qu'il a honte de son milieu d'origine, lassé de l'humiliation d'être pauvre et avec la certitude que l'argent fait le bonheur, il part sans se retourner, sur un coup de tête afin de devenir quelqu'un à partir de rien. C'est alors qu'il repart de zéro, qu'il quitte tout sur un coup de tête et reprend les études pour arracher sa part du rêve américain.
    Sera-t-il assez motivé et déterminé, pour arriver au but qu'il s'est fixé ? Être à la une des journaux, riche et célèbre. ?
    Dix ans plus tard, en 2007 il rompt avec Céline, une hôtesse de l'air , mais la peur de l'engagement une fois de plus le fait fuir....
    Cinq ans plus tard, en pleine ascension sociale, il apparaît dans les émissions de télévision, distribue des conseils, il est riche et célèbre mais il se sent seul.
    Il a mis beaucoup de temps presque une décennie à atteindre l'ascension et la célébrité mais il mettra beaucoup moins de temps pour tomber de son piédestal.... c'est alors qu'une étrange fracture intemporelle va lui donner la possibilité de se racheter... Y-parviendra-t-il ?

    La première partie est intrigante, riche. Le destin et le Karma s’affrontent sous le visage de personnages hors du commun, hétéroclites : Curtis Neville un étrange chauffeur de Taxi qui représente le destin et Shino Mitsuki un chirurgien qui représente le karma dicté par les causes et les conséquences de nos actes, de nos choix de vie.
    La réapparition de Céline bientôt mariée, suivi d'un drame qui entraînera la chute d'Ethan ....va faire de ce roman un réel moment d'aventure et de philosophie.
    La deuxième partie fait référence à la renaissance après la chute. Une seconde chance est donnée à Ethan... va-t-il la saisir ? Pourra-t-il modifier son Karma, le cours de sa vie, son destin ?

    Ce roman de Musso est l'un de mes préférés car il est riche au niveau scénario, rebondissements et la touche de science-fiction est très bien amenée ; elle donne un côté surnaturel au roman qui n'est pas sans me déplaire. D'où la difficulté de classer ce roman dans un genre précis.
    Il est basé sur le thème des secondes chances, celles que le destin nous donne parfois. Peut-on toujours les saisir et changer le cours des événements ?
    Ici avec la répétition de sa dernière journée, Ethan tente de sauver la vie de Jessie une jeune fille adolescente et désespérée, puis espère récupérer son amour d'il y a 10 ans. Ainsi l'auteur nous fait vivre des aventures prenantes, voire rocambolesques.
    Ethan m’apparaît comme quelqu'un de suffisant, antipathique, il est alors un guide spirituel un coach de vie, un genre de gourou en développement personnel, suite à un drame dans lequel il est impliqué l'opinion publique le mettra en cause et ne lui fera pas de cadeau.
    Au travers le regard d'un chauffeur de taxi et un chirurgien s'affrontent le concept du destin où tout est écrit d'avance et celle ou nos choix et notre libre arbitre influencent au quotidien nos vies. Ces deux courants nous incitent à réfléchir sur le sens de la vie, puis de la nôtre en particulier.
    Il me semble que dans ce roman une fois de plus l'auteur se sert du surnaturel pour nous parler des sentiments, des relations, du sens de la vie, de notre destin et du temps qui passe, de l'influence des personnes que nous rencontrons.
    J'aime beaucoup les nombreuses maximes et références littéraires dans chacun des livres de Guillaume Musso. Il nous ouvre à d'autres horizons et nous donne envie de lire d'autres ouvrages, ceux cités.
    L'écriture est rythmée, les dialogues sont clairs, précis, sans fioritures.
    On s'attache aux personnes souvent parce qu'ils sont emprunt d'une humanité qui se ressent, derrière leur blessure.
    J'aime lire cet auteur parce que j'ai l'impression de vivre une autre vie par procuration, je me laisse emporter dans des détours improbables mais ils font tellement de bien au moral !
    Beaucoup disent que les livres de Musso sont légers, en effet oui mais derrière les phrases si on prend le temps d'y réfléchir, se cachent des messages important comme le temps qui passe, les choix qui nous incombent, la réparations de nos erreurs etc etc. Chacun peut s'y retrouver et s'enrichir ! Et par la même trouver un sens à ses questionnements personnels et intimistes.

    Quelques références citées par l'auteur : 

    Donnez-moi la sérénité d'accepter les choses que je ne puis changer, le courage de changer les choses que je peux changer et la sagesse d'en connaître la différence.
    Prière de la sérénité

    Il n'y a pas de hasards, il n'y a que des rendez-vous.
    Paul Eluard

    Seul on marche plus vite; à deux, on marche plus loin.
    Proverbe africain

    Le verbe aimer est difficile à conjuguer:
    son passé n'est pas simple,
    son présent n'est qu'indicatif,
    et son futur est toujours conditionnel.
    Jean Cocteau

    On rencontre sa destinée
    Souvent par des chemins qu'on prend pour l'éviter.
    La Fontaine

    Je sais bien ce que je fuis, mais non pas ce que je cherche.
    Montaigne

    Le destin est ce qui nous arrive au moment où on ne s'y attend pas.
    Marcel Proust

    Celui qui sait, écoute-le
    Celui qui sait qu'il ne sait pas, éduque-le
    Celui qui ne sait pas qu'il sait, éveille-le
    Celui qui ne sait pas qu'il ne sait pas, fuis-le
    Proverbe chinois

    Le vrai tombeau des morts, c'est le cœur des vivants.
    Tacite

    MUSSO Guillaume, Central Park
    MUSSO Guillaume, L'instant présent M
    MUSSO Guillaume, La fille de Brooklyn
    MUSSO Guillaume, Un appartement à Paris
    MUSSO Guillaume, La fille de papier
    MUSSO Guillaume, L'appel de l'ange
    MUSSO Guillaume, 7 ans après
    MUSSO Guillaume, Demain


    4 commentaires
  • Titre : «  Origine suspecte »
    Auteure : Patricia MACDONALD
    Genre : Thriller
    Éditions : Le livre de poche
    Année : 2003
    Nombre de pages : 508

    Quatrième de couverture :

    Après la disparition de Greta dans l'incendie de sa maison, les soupçons de la police se portent très vite sur son mari, Alec, au grand désarroi de leur fille, Zoé. Emue par le désespoir de sa nièce, et inconsciente du danger qui la guette, Britt, la sœur de Greta, décide de mener son enquête. La vérité passera par la découverte d'un douloureux secret familial... L'auteur d'Un coupable trop parfait et de Dernier refuge distille l'angoisse comme nul autre. Avec cette histoire rigoureusement construite, hantée par des personnages doubles, la reine du thriller psychologique nous entraîne une fois encore, de fausses pistes en rebondissements, jusqu'au plus surprenant des dénouements. Un formidable suspense qui fascine le lecteur jusqu'à la dernière page. Une réussite !

    Mes impressions :

    J'ai lu de nombreux livres de cette auteure que j'affectionne tout particulièrement, je la trouve talentueuse dans ses scénarios et sa façon de mener l'intrigue, puis d'introduite et maintenir le suspense.
    J'ai trouvé ce livre dans un vide grenier et je n'ai pas hésité à me reconnecter au plaisir de relire cette auteure que j'avais un peu délaissée dernièrement.

    Le roman commence par la présentation des personnages au travers d'un drame, l'incendie d'une maison dans laquelle la maman périt alors que sa jeune fille est sauvée in extremis par un voisin. Kevin, un avocat renommé. Avec sa femme Caroline ils ont choisi d'avoir recours à une mère porteuse afin de devenir parents. Vicky vit donc chez eux en attendant la naissance de leur enfant.
    Kevin et Caroline se sont installés dans le Vermont afin d'échapper à la notoriété et pour élever leur enfant dans une atmosphère plus saine et un cadre plus idyllique.
    Kevin sauve des flammes la petite Zoé âgée qui se trouvait dans la maison avec Gréta sa maman. Alec Flynn le père et mari n'était pas présent lors du drame. Très vite il va être suspecté et sera mis en prison.
    Britt la sœur de Greta productrice d'un talk-show à Boston, vient dans le Vermont afin d'assister aux funérailles de sa sœur. Les deux sœurs s'étaient éloignées physiquement et émotionnellement l'une de l'autre après une enfance chaotique et la mort de leur père.
    Puis il y a les personnages secondaires, comme Olivia Farrar la pédiatre et Wallace son mari, Dean un journaliste de la région, Ray chef de la police locale et sa femme Annabelle, peintre paysagiste.
    Une fois arrivée sur place Britt, s'attache à Zoé et elle se soucie de savoir comment elle va supporter la mort de sa mère et l'arrestation de son père....Elle essaie de se rapprocher d'elle afin de lui éviter le moins de souffrance possible.
    Si au départ les relations sont tendues entre Alec et Britt en raison d’inimitié et de suspicion, avec Zoé elles sont donc plus tendres...cependant elle ne se sent pas la bienvenue.
    Britt se rend compte qu'il y a de nombreux secrets dans cette famille et qu'elle ne connaissait pas vraiment les relations qui liaient sa sœur, et son beau-frère, c'est pourquoi en femme et sœur déterminée, elle va tenter de mener sa propre enquête !

    De page en page, le lecteur va de rebondissement en rebondissement. D'abord Britt soupçonnera son beau-frère d'être à l'origine de l'incendie, elle se rétractera à force d'accumuler des indices en faveur d'Alec...
    Les personnages de Patricia Macdonald ici sont quasiment tous à double facette, double personnalité, ce qui les rend toujours psychologiquement et humainement intéressants, voire intrigants. Ainsi le suspense est maintenu tout au long du livre.
    L'histoire est très bien écrite avec style et rigueur, il y a de nombreux rebondissements, de détours, et de fausses pistes qui tiennent les lecteurs en haleine. 

    J'ai retrouvé plaisir cette auteure même si à mon goût ce roman-là n'est pas celui que j'ai préféré.

    MACDONALD Patricia, "Un étranger dans la maison"
    MACDONALD Patricia, "Une mère sous influence"
    MACDONALD Patricia, "Petite soeur"
    MACDONALD Patricia, "Expiation"
    MACDONALD Patricia, "La fille sans visage"
    MACDONALD Patricia, "Rapt de nuit"
    MACDONALD Patricia, "Un coupable trop parfait"
    MACDONALD Patricia, "J'ai épousé un inconnu"
    MACDONALD Patricia, "Sans retour"
    MACDONALD Patricia, "Personnes disparues"
    MACDONALD Patricia, Une nuit, sur la mer

     

     


    4 commentaires
  • Titre : « Ne compte pas les heures »
    Auteure : Joy FIELDING
    Genre : roman
    Éditions : France loisirs
    Année : 2002
    Nombre de pages : 389


    Résumé :

    Que faire lorsque, à trente-six ans, le médecin vous dit que vous n'en avez plus pour longtemps ? Que faire lorsque, au bout de seize ans de mariage sans amour, juste au moment où vous venez de décider de quitter votre femme, celle-ci tombe gravement malade ? Mattie et Jake devront, chacun de leur côté, faire face à ce bouleversement de leur existence. Ensemble ? Pourra t-elle pardonner à son mari ces années de négligences ? Arrivera t-il à devenir enfin le mari dont-elle a besoin ?

    C'est un matin comme les autres, Mattie discute avec sa fille Kim, seize ans, avant que celle-ci ne parte à l'école, fait quelques longueurs dans sa piscine, planifie sa journée. Mais intérieurement elle bouillonne. Encore une fois, elle a trouvé la preuve d'une infidélité de son mari, Jake. Elle est décidée à le mettre à la porte lorsqu'une nouvelle bien plus dramatique vient bouleverser sa vie. Atteinte d'une maladie incurable, Mattie, se voit confrontée à l'impensable. Jadis, elle et Jake s'étaient bien promis de s'aimer « …..pour le meilleur et pour le pire, dans la maladie et l'adversité, jusqu'à ce que la mort nous sépare.... » Mais dans cette épreuve terrible Mattie pourra t-elle compter sans son mari ?

    Mes impressions :

    Mattie , un marchand d'art de 36 ans, est mariée à Jake avocat, ensemble ils ont une fille de 15 ans.
    Il y a 16 ans, ils se sont dit « oui » uniquement parce que Mattie est tombée enceinte et que les règles de la bienséance et des responsabilités s'imposaient.
    Jake a eu de nombreuses aventures en étant marié, aujourd'hui il trompe Mattie avec Cherry une femme belle, amusante et pulpeuse... Mattie le sait, elle en souffre mais essaie de masquer son désarroi.
    Cependant elle décide de reprendre sa vie en main et Jake et elle finissent par se séparer mais au même moment elle apprend qu'elle est atteinte d'une maladie dégénérescente et fatale, il ne lui reste plus que quelques mois à vivre.... Comment va-t-elle l'annoncer à sa fille, à sa mère ? Et comment va-t-elle faire maintenant qu'elle est une jeune femme célibataire pour affronter la dure réalité ?
    Quand Jake l'apprend, par devoir il revient vivre dans la maison conjugale. mais Mattie, n'accepte pas sa pitié, elle sait qu'il ne l'a jamais vraiment aimé et ne veut pas lui imposer de faire semblant.
    Jake va prendre soin de Mattie, chaque jour alors que les symptômes s'aggravent très vite...
    Comment va-t-il gérer sa carrière ascendante, et sa maîtresse ? Puis la maladie de sa femme ?

    Ce livre a une thématique à la fois intéressante et bouleversante.
    Il parle de la maladie, de la mort, de l'adultère, de trahison mais aussi de famille, de liens indéfectibles, de respect, d'amour, de dignité.
    Dans ce roman la question de moralité a largement sa place au début puis ce sentiment fait place à un autre sentiment plus profond celui de l'amour.
    Ce livre est avant tout l'histoire d'une jeune femme qui voit sa vie basculer le jour où son médecin lui apprend qu'elle n'a plus que quelques mois à vivre... après le déni elle va devoir accepter l'inacceptable et avertir ses proches et elle est contrainte de vivre avec la certitude qu'elle va mourir dans d'atroces souffrances.

    J'ai été profondément touchée par ce livre puisqu'un membre de ma famille fut confronté à cette maladie de Charcot.
    La description des symptômes et de la maladie est très juste, cependant l'auteure ne s'encombre pas d'un pathos inutile ; elle informe les lecteurs et laisse place aux émotions et aux sentiments des personnages. La psychologie de ces derniers est parfaitement maîtrisée par l'auteure.
    Cette histoire est parfaitement crédible. Beaucoup de couples décident de ne pas se séparer après la découverte de la maladie de l'autre, par moralité mais ici malgré le fait qu'ils ne se sont jamais vraiment aimés, Jake et Mattie (re)trouve une flamme qu'ils n'avaient jamais vraiment allumée... alors est-ce que cette partie-là du roman n'est-elle pas tronquée ? Trop formatée ? L'auteure a voulu écrire un roman d'amour, alors je suppose qu' elle a souhaité y mettre un peu de romantisme, seulement je pense que l'idée de l'amour inconditionnel à la fin du roman me semble un peu trop surjouée, un peu trop malvenue.

    J'ai beaucoup aimé que l'auteure mêle à cette histoire le vécu et le passé dramatiques de certains personnages.
    Elle nous livre là une histoire pleine de rebondissements poignants qui viennent s'ajouter au côté romantique et humain des relations.
    Joy Fielding a de plus une très jolie plume, elle décrit avec justesse les sentiments, et les situations sans superflus.
    Une lecture fort agréable malgré le sujet douloureux. Chacun d'entre nous peut être confronté à la situation décrite raconté ici,  un jour au l'autre. La thématique de ce roman nous permet de nous interroger sur nos propres agissements en pareil cas, nous pouvons facilement nous identifier aux personnages.
    C'est cela souvent qui fait la qualité d'un bon roman.

     

     


    6 commentaires
  • Titre : « Confidences au bord de l'eau »
    Auteur : Kristan HIGGINS
    Genre : roman
    Editions : J'ai lu
    Année : 2014
    Nombre de pages : 415

    Résumé :

    Parker Welles apprend brutalement que son père a tout simplement dilapidé la fortune familiale ! Elle n'a d'autre choix que de quitter l'immense résidence qu'elle occupait seule avec son fils Nicky de 5 ans qu'elle a eu avec Ethan, aujourd'hui marié à Lucy. Elle reçoit comme seul héritage une bicoque délabrée dans le Maine, au bord de la mer. Elle se met en tête de la retapée et de la revendre afin de pouvoir se faire un petit pécule. En attendant, elle doit vite la restaurer pour la rendre vivable avant le retour de Nicky, en vacances chez son père. Hélas, une princesse de Rhode Island ne sait rien faire de ses dix doigts. James Cahill, le bras droit de son père, lui propose son aide. Elle refuse tout net. Elle le déteste. Mais ? James n'a pas dit son dernier mot.
    Il est le seul à pouvoir l'aider. Saura t-elle lui résister ? Ou saura t-il la convaincre ?

    Mes impressions :

    C'est la superbe couverture de ce roman qui m'a attirée ! Très colorée elle m'a incitée à acheter ce petit livre...
    Dès les premières pages, nous faisons connaissance avec Parker, une maman de 35 ans écrivaine qui vient de terminer l'écriture d'une série enfantine les Z'ailés Rollers !
    Lucy, Ethan et elle étaient des amis proches au lycée. Après une brève aventure avec Ethan de laquelle naîtra Nicky, ses deux amis Ethan et Lucy tombent amoureux et finissent par se marier. Cela ne change en rien les rapports amicaux que tous les trois entretiennent.
    Parker a une relation très forte avec son fils ; ce dernier doit partir trois semaines en voyage en Californie avec son père....C'est à ce moment-là qu'elle apprend que celui-ci, homme d'affaires à Wall Street, est coupable de délit d'initié et qu'il ira bientôt en prison et que la famille est ruinée....
    Depuis qu'elle a 12 ans, la relation entre son père et elle est tendue et les lecteurs sauront pourquoi plus tard quand elle confiera un événement d'enfance à James. .
    Aujourd'hui, elle hérite d'une maison délabrée dans le Maine, elle va y séjourner le temps de la retaper avant de pouvoir y passer quelques jours de vacances avec son fils quand il rentrera de vacances. James l'avocat et bras droit de son père va venir l'aider à faire les travaux...Ils se connaissent depuis plusieurs années. Leur relation singulière est faite d'attirance de méfiance et de défiance. Pourtant, entre eux le courant passe mais ils ont du mal à se l'avouer....
    James entretient une très belle relation avec Harry, un peu comme un père et un fils. C'est pour cela que Parker, se méfie de lui dès le début.

    Ce roman n'est pas un grand roman de littérature, cependant c'est une romance que j'ai beaucoup aimée car elle est dépaysante et cela fait du bien de lire de temps en temps une histoire à la fois touchante et revigorante.
    Le style est très agréable car l'auteur utilise des réflexions apaisantes, il y a de bons sentiments et surtout de l'humour qui rend parfois les choses plus faciles. La présence de passages remplis de douceur et de romantisme et les rebondissements ne permet pas aux lecteurs de s'ennuyer.
    Les personnages sont attachants et certains attendrissants, j'ai beaucoup apprécié James qui a vécu un drame étant enfant, un drame qui a littéralement changé le cours de sa vie et de celle de sa famille. Il a depuis du mal beaucoup de mal à se sentir à l'aise avec ses relations.
    Les personnages secondaires parfois excentriques ont pour certains ont vécu des affaires délicates et tentent de vivre avec. Ce qui crée parfois des moments des situations plus ou moins touchantes.
    Par contre cela n'enlève en rien l'esprit du livre qui se veut plutôt léger et drôle et romantique.
    James est un homme fidèle à son patron qui vient en aide à sa fille sans arrière-pensée malveillante.
    Parker malgré sa richesse n'est pas devenu une personne aigrie, elle est restée simple et spontanée. Elle ne se plaint jamais de son changement de niveau de vie un peu radical. Parker, reste une « maman qui déchire », une amie irremplaçable, une complice. Quant à James, l'avenir ne l'effraie pas plus que cela, il y pensera la moment venu quand il aura fini de retaper la maison de Parker.
    Leur relation est douce, sincère, sécurisante et rassurante.
    Le thème de seconde chance est largement exploité au travers des personnages de Parker et James mais pas seulement. 

    Un roman qui plaira aux lecteurs appréciant ce genre de littérature.


    4 commentaires
  • Titre : « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une »
    Auteure : Raphaëlle GIORDANO
    Genre : roman (tourné vers le développement personnel)
    Éditions : Pocket
    Année : 2015 (Eyrolles)
    Nombre de pages : 255

    Quatrième de couverture :

    - Vous souffrez probablement d'une forme de routinite aiguë.
    - Une quoi ?
    - Une routinite aiguë. C'est une affection de l'âme qui touche de plus en plus de gens dans le monde, surtout en Occident. Les symptômes sont presque toujours les mêmes : baisse de motivation, morosité chronique, perte de repères et de sens, difficulté à être heureux malgré une opulence de biens matériels, désenchantement, lassitude...
    - Mais... Comment vous savez tout ça ?
    - Je suis routinologue.
    - Routino-quoi ?

    Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l'impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu'elle veut, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l'y aider, elle n'hésite pas longtemps : elle fonce. A travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves...

    Mes impressions :

    Camille 38 ans, est une maman, stressée et qui rumine beaucoup. Elle est démotivée, elle se sent morose, elle ressent comme une perte de repères et de sens ; bien qu'elle ait un travail, un mari, un enfant, une maison chaleureuse, malgré tout cela, elle est désenchantée et éprouve une certaine lassitude, un vide. Elle n'arrive plus à profiter de ce que la vie lui offre.
    Elle va alors rencontrer Claude de façon fortuite. Claude est routinologue.... il va l'amener à se prendre en charge et va l'aider à développer ses capacités à être heureuse.
    Pour cela il va lui montrer le chemin afin de revoir son système de valeurs et rééduquer le regard qu'elle porte sur la vie et les événements. Il va lui donner les clés pour travailler son mental, lui apprendre à changer ses pensées, à les rendre positives.
    Jour après jour Camille va retrouver le goût des choses, le goût de se prendre en main. Elle va décider alors de son destin et toute la famille va s'en trouver revitalisée !

    Ce roman est une mine d'informations et d'exercices à visée de développement personnel.
    Il est attrayant car l'auteure a su maîtriser la thématique du « mieux-être » avec un roman sans que ce dernier soit rébarbatif. Il est empli d'exercices concrets, tous répertoriés à la fin du volume, ce qui est somme toute très bien pensé.
    À l'heure de la nouvelle année et à la prise de nouvelles résolutions, celle d'être mieux dans sa vie et dans sa peau est essentielle de nos jours, dans un monde où tout est consommation.
    Les exercices de ce livre ont déjà été traités dans d'autres ouvrages. Seulement ici l'originalité réside dans le fait que ces conseils, ces exercices sont revisités et romancés.
    On peut les relire de temps en temps pour se rappeler ce qui est positif de faire dans des moments clés quand nous nous sentons mal, moche, mal dans notre peau, que nous sentons que nous ne sommes pas dans l'instant présent. Les exercices sont des leçons concrètes de la vie quotidienne.
    Cela nous fait réfléchir, nous donne envie de prendre nos pensées et nos actes en main, de les travailler, de nous remettre en question, de nous interroger sur l'utile et le futile.
    L'écriture est fluide, le roman est bien conçu et évolutif. Personnellement je me retrouve souvent dans la description des souffrances. Pourtant même si j'ai envie de me sentir mieux, j'éprouve des difficultés à mettre en pratique les conseils avisés mais je pense que ceux-ci sont faisables dans leur majorité. je me décourage très vite.
    Il est vrai que changer de mode de fonctionnement demande une grande motivation et de la patience mais y parvenir doit amener une grande satisfaction et un bien être évident.


    6 commentaires
  • Titre : « L'enfant d'Emma »
    Auteur : Abbie TAYLOR
    Genre : Roman
    Éditions : France loisirs
    Année : 2009
    Nombre de pages : 425


    Quatrième de couverture :

    En une seconde, la vie d'Emma vire au cauchemar. Les portes du métro se renferment, sur Ritchie, son fils de 13 mois, alors qu'elle reste sur le quai. Emma s'effondre.
    Heureusement, une femme dans la rame vient à sa rescousse et Emma retrouve son enfant à la station suivante. Mais le soulagement fait vite place à l'horreur car l'inconnu disparaît ensuite, emmenant Ritchie avec elle.
    Emma à beau appeler à l'aide, la police refuse de la croire. A-t-elle vraiment un enfant ? L'a-t-on réellement enlevé ? Emma ne peut alors compter que sur elle-même pour tenter de retrouver son fils, quoi qu'il lui en coûte...

    Mes impressions :

    J'ai beaucoup aimé ce roman qui par les thèmes qu'il présente, le rend prenant. Il parle de l'attachement maternel, de la disparition de son enfant, de l'incompréhension et du doute de l'entourage.

    Emma se retrouve enceinte alors qu'elle est étudiante et qu'elle partage un appartement avec son amie Joanne, mais les choses font évoluer. Elle doit quitter l'appartement et se retrouve seule à élever son fils Ritchie puisque Olivier le papa, ne semble pas concerné.....et est en couple avec une autre jeune fille.
    Les débuts en tant que jeune maman, sont difficiles. Emma se sent dépassée et craque parfois sous le poids des responsabilités. Elle veut le meilleur pour son fils mais la fatigue parfois lui fait dire des paroles dures surtout quand elle évoque la difficulté d'élever son fils à son médecin généraliste.
    C'est pour cela que lorsque Ritchie disparaît la police émet des doutes sur la fragilité mentale d'Emma et sa capacité à prendre soin de son fils... Ils se demandent même si Ritchie est vraiment son fils !
    Mais Rafe, cet homme généreux, ancien policier qui la croise sur le quai de la gare lorsque Ritchie est enlevé, va lui venir en aide....

    Ce roman est accrocheur puisqu'il traite des sentiments profonds d'une mère envers son fils disparu, sa détermination à prouver qu'elle est bien sa mère et son combat pour le retrouver. Tout ceci fait d'elle une maman attachante. L'enquête policière même si elle n'est pas très originale sur les raisons et les causes de la disparition, nous montre que justice parfois n'est pas toujours rendue comme il se doit quand il y a des a-priori.
    C'est une histoire dramatiquement bouleversante. Emma jeune femme est désespérée par la disparition de son enfant puis par les insinuations des personnages secondaires.
    Rafe la soutient comme il peut, il donnera de son temps en réussissant là où beaucoup échouent. Il y a du suspense, de l'émotion. Le style est fort agréable. L'histoire est crédible et captivera sans doute plus facilement les femmes et les jeunes-mamans.
    Les faits et les étapes de l'enquête sont particulièrement bien décrits et suffisamment délicats voire ardus pour permettre aux lecteurs de plonger profondément dans le cœur du récit.
    Je recommande ce livre. 

     


    4 commentaires
  • Titre : « Journal d'un ange gardien »
    Auteure : «  Carolyn JESS-COOKE
    Genre : roman
    Éditions : JC Lattès
    Année : 2012
    Nombre de pages : 379

    Quatrième de couverture :

    Lorsque Margot Delacroix meurt à quarante ans, elle est renvoyée sur terre comme ange gardien : le sien ! Contrainte, par mandat divin, de revivre les pires moments de son existence et ses regrets les plus amers, Margot reçoit l'ordre de ne rien changer, mais simplement de tirer la leçon de ses erreurs. Tandis qu'elle veille sur ses proches, Margot rêve pourtant de modifier le cours de son destin. Jusqu'où sera-t-elle prête à aller pour se racheter ? Humains et anges se croisent dans un roman plein de tendresse, mêlant suspense, amour et fantastique.

    Mes impressions :

    Margot revient sur terre sous la forme d'un ange prénommé Ruth. Sa mission : veiller sur elle-même dès sa naissance. Cependant elle sera soumise à des règles strictes qu'elle ne devra pas enfreindre.
    Elle est témoin de tout ce que Margot fait, de tout ce qu'elle éprouve et de tout ce qu'elle traverse.
    Elle doit faire un journal de tout ce qui arrive et surtout elle doit aimer Margot.
    Son rôle sera donc d'observer, protéger, consigner et aimer.
    Elle pourra influencer les choix de Margot mais toujours respecter les limites du libre arbitre.
    Est-elle revenue sur terre pour expier ses fautes ? Elle n'a pas eu une belle vie... Sa mère une droguée est morte en la mettant au monde et elle est séparée de son père qu'elle n'a jamais vu.
    Sa vie sera une succession de placement en famille d'adoption et en institution.
    Elle subira les pires sévices et des punitions qui la traumatiseront à vie. Margot en sera fortement fragilisée, et elle deviendra addict à l'alcool et aux drogues... puis elle rencontrera Toby....


    La description du vécu de Margot est douloureuse voire parfois insoutenable, ne laissant pas le lecteur indifférent. Nous suivons au travers de l'ange les moments les plus décisifs de sa vie.
    Elle rencontre des gens très différents, certains l'aideront, l'aimeront d'autres l’anéantiront.
    Margot prendra souvent les mauvaises décisions.
    Ruth va tenter de l'aider, en lui insufflant des suggestions que Margot suivra ou pas.
    De plus elle se doit de comprendre pourquoi le fils de Margot donc son fils s'est retrouvé en prison.
    Elle décide alors de s'impliquer à fond pour le sauver mais à quel prix !!! parfois à la limite des règles des anges. Sous le regard de Nan un autre ange gardien, protectrice, elle sera guidée et parfois rappelée à l'ordre. Sans compter la présence de Gregor un démon qui ne facilite pas le travail de Ruth.

    Je trouve que l'histoire de Margot est bien trop sombre, et que les bons moments de sa vie ne sont pas assez représentés, narrés. Cela rend l'atmosphère assez glauque.
    La présence de plusieurs figures angéliques qui interagissent avec Ruth vient adoucir le vécu dramatique de Margot. Cette fiction éveille en nous des émotions contrastées.
    De plus la présence des anges ici, pourtant le thème principal me paraît presque superflue puisqu'ils n'ont pas beaucoup de marge de conduite. Le décalage est assez grand entre la mission des anges et leur implication réelle.
    L'auteure juxtapose l'au-delà et le monde d'ici-bas, ce qui ne simplifie pas la lecture.
    J'ai trouvé l'intrigue et la quête de Ruth un peu légère, elle baigne dans une morosité sans réels rebondissements. J'ai noté quelques incohérences au niveau de la marge de manœuvre des anges et de la notion de « temps ».
    J'ai trouvé que l'écriture n'est pas assez fluide. La plume de l'auteure un peu immature, voire maladroite. Le scénario me semble un peu brouillon....
    Le dénouement par contre est assez réussi. Aussi bien dans les idées que dans la narration et le style.
    J'aurais bien vu ce roman porté à l'écran en raison de son originalité.

     


    5 commentaires
  • Titre : « Cette nuit là »
    Auteur : Linwood BARCLAY
    Genre : thriller/ suspense
    éditions : France loisirs
    Année : 2007
    Nombre de pages : 547

    Quatrième de couverture :

    Cynthia a 14 ans lorsqu’elle se réveille un matin dans une maison vide, ses parents et son frère disparus, sans un mot alors que sa mère ne quitte jamais le domicile sans une petite note pour sa fille. 25 ans plus tard, Cynthia ignore toujours ce qu’il s’est passé cette nuit-là. Lont-ils abandonnée ? Ont-ils été assassinés ? Cynthia, aujourd’hui mariée et mère de famille, doit savoir. Très vite, des incidents étranges remettent l’enquête au goût du jour. Cynthia s’approche-t-elle de la vérité ? Ou bien est-elle en train de perdre la tête ?

    Mes impressions :

    Vingt-cinq ans après la disparition inexpliquée de sa famille (mère, père et frère), Cynthia participe à une émission de télévision qui pourrait l'aider à comprendre ce qui s'est passé cette nuit-là.
    Aujourd'hui elle est mariée à Terry un professeur d'écriture créative et de littérature et ils ont une fillette de 8 ans Grace. Cynthia travaille avec une amie dans un magasin de vente... Fragile psychologiquement, elle est sans cesse stressée et angoissée à l'idée qu'il arrive quelque chose à Grace.
    Elle n'est pas parvenue à tirer un trait sur son histoire et sur ses proches, elle se pose toujours des questions concernant la cause de leur disparition et cherche des explications. Elle est déstabilisée par les on-dits de ceux qui croient qu'elle pourrait être responsable.
    Ce soir-là elle s'était disputée avec ses parents. Elle n'avait pas respecté les consignes de rentrer à l'heure et elle leur avait menti sur la raison de sa sortie. Son petit ami de l'époque Vince 17 ans, était un garçon peu apprécié et peu recommandable...
    Après la disparition de sa famille, Cynthia a été élevée par Tess, sa tante bien-aimée. La sœur de sa mère....
    Les tensions deviennent insoutenables, Cynthia parviendra-t-elle à surmonter le passé ?
    Au sein du couple de Cynthia et Terry, le doute s'immisce. Des éléments viennent se rajouter à cette ambiance de suspicion, une voiture qui rôde, des révélations de Tess, un objet qui refait surface, des assassinats....
    Le récit est entrecoupé de chapitres qui permettent de distiller au compte-gouttes des éléments. Il s'agit de dialogues entre deux personnes qui au départ semblent extérieurs à l'histoire de Cynthia....mais nous comprenons peu à peu qui sont ces personnes et le point commun qui les lie à Cynthia.
    Terry puis la police commencent à douter de la sincérité de Cynthia et de sa santé mentale.
    Cynthia, est-elle une victime ou une coupable ?

    Terry, le mari (est aussi le narrateur) est sincère dans ces sentiments et ses émotions. Il nous les livre sans concessions.
    Nous sommes pris dans ses interrogations, ses tourments et nous vivons à son rythme et au rythme de cette famille qui lutte depuis des années. Mais il va devoir faire face au départ de Cynthia qui a besoin de s'éloigner volontairement en amenant sa fille car elle ne supporte plus les soupçons. Seulement elle ne sait pas encore qu'elles courent un danger imminent.
    L'auteur glisse insidieusement des pièces du puzzle pour brouiller les pistes et faire en sorte que son histoire reste captivante pour les lecteurs.
    L'intrigue est efficace et le suspense maintenu jusqu'à la fin. Est-ce que Clayton, Patricia et Todd sont toujours vivants, l'ont-ils abandonnée en toute simplicité ? Et pourquoi ? S'ils sont morts, les corps n'ont jamais été retrouvés.

    Il y a de nombreux rebondissements, le suspense est omniprésent presque à chaque page.
    L'écriture est parfaitement maîtrisée, posée, stylée et élégante. Il y a un savant dosage entre les descriptions et les dialogues.
    L'auteur brouille les pistes et c'est ce qui nous permet de ne pas nous ennuyer une seule minute.
    Le dénouement est assez efficace et inattendu et je trouve que l'intrigue reste quand même complexe même si certains lecteurs ont pu écrire le contraire.
    Au final, ce livre est pour moi un coup de cœur vraiment. Je me suis attachée à cette famille et à leurs difficultés et j'aime beaucoup le style de l'auteur qui ne laisse pas de côté les sentiments et la psychologie des personnages.

    Crains le pire

     


    4 commentaires