• Ici et maintenant

    Titre : « Ici et maintenant »
    Auteur : Ann BRASHARES
    Genre : roman jeunesse
    Éditions : Gallimard jeunesse Pole fiction (science-fiction)
    Année : 2015
    Nombre de pages : 288

    Quatrième de couverture :

    Prenna, dix-sept ans, a immigré à New-York avec sa mère. Elle ne vient pas d'un autre pays, mais d'une autre époque. Un futur, ravagé par une pandémie, où la vie est devenue impossible. Désormais, Prenna doit se fondre dans la société en suivant des règles strictes. Mais tout bascule lorsqu'elle tombe amoureuse d'Ethan...

    Mes impressions :

    Le premier chapitre du livre commence alors qu'Ethan pêche seul au bord d'un lac, nous sommes en 2010. Il a 14 ans.
    Tout à coup, il est témoin d'une apparition, une fille étrange sort d'un tourbillon d'eau et de vent.
    Le deuxième chapitre est un courrier à lui tout seul. Prenna s'adresse à un certain Julius, elle lui parle de sa nouvelle vie.
    Fin des deux parenthèses, nous nous retrouvons en 2014, Nous faisons la connaissance d'une étrange communauté. Prenna évoque ses dirigeants dont le Dr Strauss et l'ensemble des douze conseillers.
    Celui de Prenna se nomme Mr Robert.
    Lors d'une célébration, tous les membres de la communauté sont réunis. Certains sont choisis pour énoncer sur une estrade face aux autres, les douze règles que doivent respecter les gens de la communauté. L'une concerne l'interdiction de consulter un médecin hors de la communauté, une autre évoque le secret, et le fait de ne jamais dévoiler aux « natifs » d'où ils viennent.

    J'ai beaucoup aimé le mystère qui entoure cette communauté. L'auteure donne les informations au compte-gouttes. Le suspense est donc bien maîtrisé. On sent une certaine frayeur dans les paroles de Prenna quand elle explique d'où elle vient et les agissements étranges des dirigeants de sa communauté.
    On apprend au fil de la lecture que les personnes de cette communauté viennent d'une autre époque, dans laquelle le virus de la peste décimait la population. Le père de Prenna n'a pas voulu les suivre lors de l'embarcation. Et qu'elle avait deux frères.
    Aujourd’hui cela fait 4 ans que Prenna est dans cette époque et dans ce monde. Elle a du mal à se familiariser avec les technologies, un peu différentes de ce qu'elle a connues.
    Elle n'est pas une fille qui parvient facilement à se soumettre aux règles de la communauté car elle comprend que tout ceci n'est pas très juste, ni sain , ni positif ; de plus à chaque écart, elle reçoit des menaces sous-entendues de son référent. Elle se mêle un peu trop aux personnes de son entourage alors qu'une des règles spécifie bien que les gens de la communauté ne doivent pas entretenir de liens trop étroits avec les « natifs ».

    L'auteur exploite le thème des avancées technologiques telles l'informatique et les progrès de la société à venir pour citer les problèmes liés à cette évolution comme par exemple le tout numérique et la suppression du support papier, elle évoque également l'écologie et les comportements irresponsables, les incivilités de certains citoyens, (déchets ménagers trop nombreux, réchauffement climatique etc.) ainsi que les comportements aberrants des dirigeants.
    Prenna donne un aperçu du monde du 21e siècle dans les lettres qu'elle écrit  d'être entrecoupé qu'elle écrit à Julius, elle lui décrit la vision du monde dans lequel elle vit depuis peu, donc celui du lecteur ici et maintenant.
    Avec son ami Ethan et un SDF qui prétend en savoir beaucoup sur la façon dont elle est arrivée et l'époque qu'elle a quittée, elle va tenter de mettre les pièces du puzzle en place.

    Ce livre transmet donc des messages sur le devoir de chacun dans le monde à venir.
    Le style de l'auteur est fluide, il s'adresse à des adolescents et des jeunes adultes et pourtant le langage n'est pas familier. C'est appréciable.
    À mon avis l'auteure a souhaité écrire une histoire d'amour mais surtout faire passer un message et nous mettre en garde sur l'état de la société que nous laissons à nos enfants. Les comportements abusifs et aberrants, que ce soit au niveau de la santé de la planète, des nouvelles technologies ou de la façon de diriger le monde.
    Elle évoque notre époque, le progrès, que beaucoup critiquent ou encensent mais n'est-il pas dangereux d'aller toujours plus loin ?. Chacun doit faire des efforts pour améliorer l'état de la planète écologiquement.
    Elle nous met en garde mais également nous demande de faire des « sacrifices » et dénonce l’intérêt trop souvent financier du gouvernement dans la course au toujours plus.
    L'auteure ne fait pas un plaidoyer non, elle ne juge pas, elle ne parle pas de catastrophes mais évoque la moralité et la mentalité de personnes qui devraient être plus raisonnables et attentifs.
    L'intrigue est assez survolée, l'histoire est simple, les situations et les rebondissements sont assez prévisibles. Mais on tourne avec plaisir les pages de ce livre.
    La romance entre les deux personnages n'est pas vraiment le plus important, le plus démonstratif. L'histoire devient captivante dans la seconde moitié du livre, quand Ethan et Prenna partent à la recherche du futur en se mettant en danger pour sauver des personnes de l'époque de Prenna avant qu'il ne soit trop tard. Ils veulent anticiper et changer le cours des événements. Mais y parviendront-ils ?
    Ce roman sans nul doute sensibilise les adolescents à l'écologie.
    J'ai passé un bon moment de lecture mais il s'adresse à un lectorat plus jeune (13 ou 14 ans) plutôt qu'à celui des jeunes adultes.


    6 commentaires
  • Titre : « Comme un frère »
    Auteur : Françoise JAY
    Genre : Roman jeunesse
    Éditions : Bayard
    Année : 2016
    Nombre de pages : 148

    Quatrième de couverture :

    Lorenzo est apprenti menuisier. Seul garçon au milieu de six soeurs, il se sent responsable de sa famille et s'efforce d'être à la hauteur depuis la mort de son père. Gaspard est étudiant en math spé pour répondre aux exigences de ses parents, alors qu'il rêve de liberté et de théâtre.
    Tous deux font connaissance dans une chambre d'hôpital à un moment difficile de leur vie.
    Au fil des conversations et des confessions partagées, les projets d'avenir ne tardent pas à se dessiner, loin des voies apparemment toutes tracées...
    Et, bientôt, ils sont déjà comme des frères...

    Mes impressions :

    C'est l'histoire de deux garçons que tout sépare et pourtant il n'y a pas de frontière entre les amitiés humaines.
    Gaspard, pour des raisons étranges et non complètement élucidées, s'est défenestré, il se retrouve meurtri et également muet dans une chambre d'hôpital ; quant à Lorenzo, parce qu'il a tenté de conduire une moto qui n'était pas à lui, a été projeté contre un arbre, résultat, quelques jours de coma et une assignation en justice pour vol. Tous les deux se retrouvent dans la même chambre. Le hasard fait bien les choses parfois. La vie est faite de belle surprise.
    Au fil des jours, un dialogue se crée entre eux d'eux, ils se racontent un peu de leur vie, évoquent leurs blessures psychologiques, se confient, essaient de trouver la force de continuer, de comprendre.
    Lorenzo a 6 sœurs, il est le seul homme de sa famille car son père est mort il y a trois ans dans un accident de travail.
    Il est apprenti menuisier mais il n'aime pas ce métier, il préférerait construire des décors ; être assistant décorateur et faire une formation dans le théâtre.
    Gaspard, lui rêve de devenir comédien, il aime la lecture, mais son père un célèbre avocat, ne jure que par les longues études scientifiques et mathématiques pour tous ses garçons.
    Entre Gaspard et ses trois frères la complicité entre eux est inexistante, et ses parents bourgeois rêvent d'un avenir professionnel irréprochable.
    Les membres de la famille Zaruldi, sont quant à eux très proches les uns des autres.
    Gaspard et Lorenzo étouffent dans leur vie, chacun à sa façon. Alors ils vont devoir affronter le regard des membres de leur famille, apprendre à déployer leurs ailes pour vivre leur vie et non celle que leurs parents attendent d'eux.

    Au fil du temps les confidences s'étoffent et une réelle amitié née entre eux.
    Leurs révélations sont tantôt légères, tantôt graves, chacun aide l'autre à les révéler à son rythme. Sans pression.
    Ils se confient ainsi leur façon personnelle de voir la vie, leur existence et celle de leur nouvel ami.
    Il y a des moments de tendresse, de fraternité, des moments de douceur ou alors parfois des moments de rage et de désespoir mais toujours une certaine délicatesse dans leur amitié naissante.
    Tous deux vont même échafauder un plan, pour monter à Paris afin de trouver leur voie professionnelle.

    Dans ce livre je note plusieurs parties, la première est en huis clos, il s'agit de la rencontre entre Lorenzo et Gaspard à l'hôpital. À leur sortie, ils communiqueront par email et sms et puis Gaspard passera du temps avec la famille de Lorenzo. Il sera très bien accueilli par la mère Alida et les six sœurs de Lorenzo.
    Et puis au dénouement, c'est Clara la petite dernière de la famille qui livre ses pensées intimes dans un cahier intime offert par son père un an avant sa mort.
    Ce roman est un superbe livre d'amitié, de rencontre, de fraternité, d'éducation et d'espérance. Mais il évoque aussi le conflit des générations, de cultures et de milieu. Lorenzo est curieux et bavard alors que Gaspard, est plutôt renfermé, discret, dans une sorte de mutisme, il est introverti. Issus de milieux différents, ils vont se rendre compte qu'ils ne sont finalement pas si différents l'un de l'autre et même qu'ils ont un avenir en commun.
    Ce roman nous parle d'une belle histoire d'amitié, je regrette qu'elle ne soit pas plus aboutie. Elle se termine trop vite mais c'est sans doute le choix de l'auteur qui veut montrer que parfois à un moment dans la vie une rencontre peut tout changer.
    Un roman sur l'amitié, le partage, la volonté de s'affirmer, la volonté de comprendre ses choix....
    Le style permet une lecture fluide.

    Ce livre est une belle histoire de fraternité, d'amitié et d'espérance.

    Citation :

    « Pourquoi attacher des ailes à une chenille, mieux vaut attendre qu'elle devienne papillon »


    6 commentaires
  • U4 Stéphane

    Titre : « U4 .Stéphane »
    Auteur : Vincent VILLEMINOT
    Genre : Science Fiction / jeunesse
    Éditions : Syros Nathan
    Année : 2015
    Nombre de pages : 437

    Résumé :

    Je m’appelle Stéphane. Je vis à Lyon. C'est le chaos. Des bandes de jeunes commencent à piller les appartements vides. D'autres investissent les lycées désertés... Moi je préfère attendre mon père, chez nous. Et s'il ne revient pas, j'irai au rendez-vous. J'irai jusqu'à Paris pour le retrouver dans son bunker de l'armée.

    Mes impressions :

    L'histoire vous la connaissez si vous avez lu mes chroniques précédentes U4 .JulesU4. Koridwen et U4 Yannis.

    Le sujet n'a rien d'original et serait même très à la mode en ce moment. La particularité de ces récits vient de sa conception puisqu'il est présenté par quatre auteurs, qui pour une même histoire prennent en charge chacun le point de vue d'un personnage.
    Les personnages s'insèrent dans ce récit, au rythme de leur (mes)aventures et des rebondissements.
    Quatre personnages, deux filles, deux garçons, et quatre écrivains, deux femmes et deux hommes ! Parité parfaite. Les auteures écrivent l'histoire des garçons et les auteurs, celles des filles. Très palpitant.

    L'intrigue est la suivante : un virus mortel a ravagé le monde. Seule une partie des adolescents semblent résister au virus.

    Je poursuis la lecture de cette série avec en dernière position l'histoire de Stéphane.
    Son père n'est pas avec elle lorsque l'épidémie se déclare, elle est seule dans son appartement. Elle se rend au laboratoire où travaille son père pour le retrouver mais le Dr Certaldo ne s'y trouve pas.
    Un adolescent présent sur les lieux, lui apprend que des militaires ont évacué le laboratoire avec des hélicoptères. Si des militaires ont fait cela alors ça veut dire que des adultes ont également survécu ! Mais comment et pourquoi et où sont-ils ?
    Elle se met en tête de retrouver sa mère et Nathan son jeune frère. Ses parents étaient séparés et si Nathan vivait avec sa mère, elle, vivait avec son père, un épidémiologiste reconnu qui voyage beaucoup pour des raisons professionnelles. Sa mère, son petit frère et son beau-père habitent en Bretagne.

    Ce roman retrace donc, le parcours de Stéphane. Sur WOT son avatar est Lady Rottweiller.

    Quand elle s'aperçoit du chaos elle décide d'intégrer un R.point de ralliement des jeunes, organisés et délimités par l'armée selon les quartiers, alors qu'elle préférerait rester attendre son père ; seulement la peur et la solitude sont les plus fortes.
    Dans ce décor de guerre civile elle va aider les blessés au niveau de l'hôpital, mais son caractère franc, révolté, violent et indépendant, ne plaît pas à tous.
    Par ailleurs, elle espère retrouver sa famille à Paris, elle compte sur son père, elle s'imagine et veut croire qu'il est de son côté et qu'il va sauver ses proches.
    Au R.point elle reconnaît des adolescents qui fréquentaient le même lycée qu'elle.
    Julien un élève en médecine, ses amis Ahmed et Émilie, trois étudiants surdoués essaient de comprendre les données du virus. Ils connaissent le Dr Certaldo, un grand médecin et un épidémiologiste renommé.

    Dans cet opus, le fonctionnement du R.point de Lyon est très bien expliqué, c'est une ville dans une ville, les adolescents tentent de survivre en soignant les malades, en se partageant les corvées et l'organisation des ravitaillements etc.
    Stéphane passe du temps avec Marco (John Silver sur WOT), un élève de sa classe S, et entretient de bonnes relations avec Philomène qui est responsable de l'infirmerie
    Elle fait la connaissance d' Alex. Il s'occupe du zoo en tentant de maintenir en vie les animaux en leur octroyant des soins.
    Julien lui apprend que son père est en lien avec l'armée, il est responsable de l'autorité de Paris.
    Certains adolescents, pensent que l'intervention de l'armée n'est pas bien justifiée, elle emploie violence et autre moyen de faire taire les jeunes récalcitrants, chacun pour soi, coûte que coûte.
    Marco est contre l'autorité, il perçoit le côté illégitime de son agissement. Il est d'ailleurs contre le système de traçage organisé par l'armée sous forme de puce.
    Lui et certains réfugiés commencent à se poser des questions ; Stéphane défend son père car elle ne peut envisager de le savoir malfaisant.
    Elle tente de se persuader et s'efforce de croire que son père prend à distance les mesures nécessaires à l'établissement de la sécurité et au contrôle de la pandémie.
    Une enquête épidémiologique confirme que les ados ayant reçu un vaccin contre la méningite sont immunisé contre ce nouveau virus U4.
    Elle va rencontrer Yannis à cause d'un dommage collatéral.
    Marco a tué un militaire pour le défendre, lui est un autre réfugié, François. Considérés alors comme des terroristes Stéphane et ses trois compagnons, font l'objet d'une mission officielle du gouvernement.
    Tous les quatre seront rapidement recherchés par les militaires.
    Yannis ne se laisse pas intimider et avec son chien Happy décide de se rendre quand même au RDV de Khronos le 24 décembre sous une horloge parisienne qui propose de remonter le temps et sauver le monde.
    Les quatre amis vont traverser le pays pour se rendre à Paris, ils vont vivre des épreuves et devront faire preuve de prudence tout au long de leur périple.

    J'ai l'impression que ce dernier opus fait le lien avec les trois autres. Il approfondit la situation, du côté de l'armée, des R.point du virus et des personnages.
    Je suis contente de le lire en dernière position car il regroupe l'ensemble des ingrédients des trois autres, c'est le plus complet, le plus précis. Rien n'est laissé au hasard, il y a du suspense, de l'action de la tension, de l'amitié, de l'amour de la psychologie.
    Les personnages sont variés, profonds.
    Stéphane souffre de ne pas savoir qui est réellement son père, de ne pas saisir ce qu'il fait avec l'armée, et quels sont ses projets, d'ailleurs le 24 au soir, elle sait que le RDV de Khronos est un piège...alors elle ne veut pas y aller et insiste auprès de Yannis,
    Ce dernier roman retrace les principaux événements, et résume bien l'intrigue et les éléments de la thématique que nous retrouvons dans les autres romans, : le virus, les R.points, Khronos, l'armée, le nouveau monde, les relations amicales que nouent les personnages principaux et surtout il laisse le mystère des tenants et des aboutissants de la thématique ainsi que du rôle de l'armée dans ce chaos.
    Une synthèse complète bien construite.
    J'aime beaucoup le style de Villeminot, ainsi que celui des trois autres auteurs.
    Il est représentatif de la jeunesse, il révèle bien les soucis et angoisses de ces ados en perdition et livrés à eux-mêmes.
    On a un aperçu précis du genre de virus que subit le monde, ses conséquences sur la vie des survivants qui sont essentiellement des ados âgés de 15 à 18 ans.
    Vraiment un très bon moment de lecture même si on côtoie la mort, la désolation car l'amitié et l'espoir y sont également présents. Le roman est abouti et j'espère une suite égale en émotion et actions...

    U4.Jules
    U4.Koridwen
    U4.Yannis.


    2 commentaires
  • U4. Yannis

    Titre : « U4 .Yannis »
    Auteur : Florence HINCKEL
    Genre : Science Fiction / jeunesse
    Éditions : Syros Nathan
    Année : 2015
    Nombre de pages : 437

    Résumé :

    Je m’appelle Yannis, mes parents et ma sœur sont morts sous mes yeux. Depuis leurs fantômes m'accompagnent partout. Il faut que je quitte Marseille avec mon chien, sinon je vais devenir fou. Je n'ai plus qu'un espoir : arriver à temps au rendez-vous, à Paris.

    Mes impressions :

    L'histoire vous la connaissez si vous avez lu mes chroniques précédentes U4 .Jules et U4 . Koridwen

    Le sujet n'a rien d'original et serait même très à la mode en ce moment. La particularité de ces récits vient de sa conception puisqu'il est présenté par 4 auteurs prenant en charge chacun le point de vue d'un personnage, d'une même et seule histoire. Chacun des quatre va présenter sa façon de se débrouiller. Yannis est l'un d'eux. Il nous raconte sa perception des événements qui se sont déroulés à Marseille, à Lyon, puis dans la capitale. Les autres personnages s'insèrent dans ce récit, au rythme de leur (mes)aventures et des rebondissements.
    Quatre personnages, deux filles, deux garçons, et quatre écrivains, deux filles et deux garçons ! Parité parfaite. Les auteures écrivent l'histoire des garçons et les auteurs, celles des filles. Très palpitant.

    L'intrigue est la suivante : un virus mortel a ravagé le monde. Seule une partie des adolescents semblent résister au virus.

    Je poursuis la lecture de cette série et en troisième position j'ai choisi l'histoire de Yannis.

    Yannis (Adrial dans WOT, jeu multi-joueurs en ligne) reste prostré dans sa chambre, de la fenêtre il voit dans le port les corps sans vie qui remontent à la surface. Il est en proie à des visions de ses proches, tous décédés. Camilia, sa sœur avait tout juste 9 ans, Ils vivaient tous à Marseille.
    Le premier novembre lors d'une des dernières connexions possibles à internet, le maître du jeu Khronos, écrit un message aux experts, afin de leur donner rendez-vous le 24 au soir, sur une place celle de l'horloge Parisienne dans le but de remonter le temps et de sauver le monde de ce virus mortel qui décime le monde entier.
    Le but : remonter le temps pour éviter la catastrophe et réécrire le passé...

    Yannis est accompagné tout au long de ce roman par Happy, chien fidèle et intelligent qui va lui rendre service tout en lui communiquant force et affection.
    L'esprit de Yannis est empli par les images de ses proches, il aperçoit leurs fantômes, ils peuplent ses nuits. Les « voir » régulièrement va l'aider à supporter l'épouvantable monde menaçant.
    Pendant ses moments de faiblesse, il fait appel à Adrial, son avatar dans le jeu WOT. Ce héros lui redonne courage, ardeur et assurance. Quand Adrial perd de son humanité, Yannis, lui rappelle que sans civilité, valeur et tendresse le monde serait encore plus fou.
    Avec Yannis, il y a amalgame entre le réel et le jeu. Les personnages se confondent. Mais ils s'entraident et se complètement.
    Mue par ce fol espoir de remonter le temps, il va s'accrocher à cette idée de retrouver les experts à Paris.
    Mais avant, il décide de retrouver RV son ami du lycée. Il traverse Marseille et il y fait alors de mauvaises rencontres, des gangs « casquette rouge » qui règnent sur cette ville changée en ruine humaine.
    Confronté à des difficultés vitales, il apprend vite à s'approvisionner du nécessaire il va devenir de plus en plus débrouillard. Il improvise au fils de son périple, il devient même prévoyant, il trouve des solutions pour vivre au quotidien.
    Il vole un scooter et décide de se rendre à Lyon, pour y retrouver une autre experte du jeu Lady Rottweiller dont il se souvient.
    Il emprunte les clés de voiture trouvées dans des maisons abandonnées, il traverse des villes, il rencontre tout au long de son itinéraire, des adolescents survoltés et d'autres dangers de toutes sortes.

    Au fil de son périple, il rencontre, François, Marco et Stéphane, contrairement à ce que l'on pourrait croire, Stéphane est une fille.
    Ces quatre jeunes seront traqués, par l'armée, une clé USB retrouvée sur un militaire atteste que plusieurs adolescents dont ils font partie sont recherchés, il existe un dossier sur chacun d'entre eux. Pourquoi ?
    Ils s'arrêtent dans une maison retirée en campagne et y font la connaissance d'Elissa, femme de 50 ans qui vit recluse dans sa maison. Elle cultive son jardin et se débrouille pour survivre. Elle est une miraculée.
    Dans ce chaos, Yannis ressent en Elissa une certaine bienveillance. Cette femme forte, reste digne malgré tout.

    Dans ce troisième opus, il y a de l'action, et de nombreuses rencontres humaines. Mais également beaucoup de mystères sur les agissements de l'armée et sur les adolescents recherchés. Tous ceux qui sont recherchés ont cette particularité d'être des anciens joueurs en ligne de WOT.
    Nous apprenons que le père de Stéphane, est un médecin réputé, qui aurait un remède au virus. Il serait celui qui organise le retour à la vie normale, mais est-ce vraiment le cas ?.
    Pour Yannis sa relation amicale avec Stéphane, est un source de bonheur ; il éprouve des sentiments amoureux, s'ils les niaient au début, il s'aperçoit que ces derniers se dessinent de plus en plus et prennent de plus en plus de place dans son mental et dans son cœur. Un peu de tendresse dans ce monde dévasté est appréciable.
    Yannis, veut convaincre Stéphane de se rallier à sa cause, sauver le monde et aller au rendez-vous de Khronos.
    Nous retrouvons Jules et Koridwen qui occupent ici une place particulière dans l'intrigue.
    Ils vont faire la connaissance en chemin de Jules, Maïa, Vincent, Jérôme, et les autres... ceux que nous avons rencontrés dans les autres tomes précédemment cités.

    L'une des difficultés de cette série était de faire coïncider la rencontre entre les principaux personnages dans les 4 romans, et j'avoue que ma curiosité est attisée à chaque fois que le passage de la rencontre entre eux se passe. Ils sont d'ailleurs très bien synchronisés, intégrés dans l'histoire, avec fluidité.
    Dans ce titre-là, nous sommes en connaissance des ambitions de Yannis, sur le monde qu'il aimerait construire et habiter. Lui, envisage un moyen plus pacifique de sauver ce monde, il refuse la violence alors que Vincent veut se servir des experts et du rendez vous pour rallier les experts et les convaincre de rejoindre leur communauté afin d'être plus nombreux, plus forts mais l'armée sera présente..

    J'ai beaucoup aimé cet opus, différent des autres dans le style et la consistance. Il y a dans celui ci beaucoup d'émotions, de candeur mais également de suspense et d'action. Ces quatre adolescents, quittent le monde de l'enfance et grandissent au fil des épreuves.
    Les 4 auteurs ont leur propre style et c'est vraiment intéressant de lire leur façon d'amener le périple de ces jeunes de façon différente mais tout aussi captivante.

    U4 Koridwen
    U4 Jules
    U4 Stéphane


    2 commentaires
  • U4 Koridwen

    Titre : « U4 .Koridwen »
    Auteur : Yves GREVET
    Genre : Science Fiction / jeunesse
    Éditions : Syros Nathan
    Année : 2015
    Nombre de pages : 413

    Résumé :

    Koridwen, Jules, Stéphane et Yannis, ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 94% de la population mondiale.
    Ils ne se connaissent pas, mais ils se rendent pourtant au même rendez-vous.

    « Je m’appelle Koridwen. Je suis la dernière survivante du hameau de MESNESGUEN. J'ai décidé de me rendre à Paris. 541 kilomètres en tracteur, c'est de la folie, mais tout seule ici je suis trop vulnérable. Ma grand-mère m'a toujours dit que j'aurais un destin exceptionnel. C'est le moment de vérifier ».

    Mes impressions :

    L'histoire vous la connaissez si vous avez lu ma chronique précédente U4 .Jules

    Le sujet n'a rien d'original et serait même très à la mode en ce moment. La particularité de ce récit vient de sa conception puisqu'il est présenté par 4 auteurs prenant en charge chacun le point de vue d'un personnage, d'une même et seule histoire. Chacun des quatre va présenter sa façon de se débrouiller. Koridwen est l'une d'eux. Elle nous raconte sa perception des événements qui se sont déroulés d'abord en Bretagne, puis dans la capitale. Les autres personnages s'insèrent dans ce récit, au rythme de leur (mes)aventures et des rebondissements.
    Quatre personnages, deux filles, deux garçons, et quatre écrivains, deux filles et deux garçons ! Parité parfaite. Les auteures écrivent l'histoire des garçons et les auteurs, celles des filles. Très intéressant.

    L'intrigue est la suivante : un virus mortel a ravagé le monde. Seule une partie des adolescents semblent résister au virus.

    Je poursuis ma lecture avec le second livre j'ai choisi l'histoire de Koridwen.

    Cette jeune fille, fille d'agriculteurs, est seule dans sa ferme, un hameau isolé en Bretagne. Elle continue d'élever ses animaux, et à les nourrir mais elle sait qu'elle ne devra pas rester longtemps si elle veut avoir une chance de survivre. Elle est partagée entre se laisser mourir ou vivre.
    Elle choisit d'écouter ce que lui disait sa grand-mère Mamm-Gozh, « On ne supprime pas une vie sans nécessité absolue ».
    Elle trouve le coffre de guérisseuse que sa grand-mère lui a légué et elle trouve une lettre qu'elle lui a écrite de son vivant. Elle y découvre ce dont elle se doutait, sa grand-mère était une femme particulière, une guérisseuse Celte, ce qui lui a valu une réputation de sorcière.
    Koridwen est d'ailleurs un prénom choisi par sa grand-mère, il signifie, magicienne.
    Cette jeune fille jouait à WOT (Warriors Of Time) jeu en réseau qui rassemblait des joueurs qui pouvaient voyager à travers les époques d'un monde fictif, nommé, Ukraün, dans le but de changer le cours des événements et ainsi accomplir leur quête. Khronos maître du jeu conseillait les joueurs.
    Le premier novembre, l'avant-dernier jour du fonctionnement du réseau internet mondial, WOT compte 550 experts encore en vie sur le territoire Français.
    Khronos leur demande dans un message posté sur le forum des joueurs de le rejoindre pour réécrire le passé et ainsi éviter la catastrophe et lutter contre le virus...
    Pour cela il leur donne rendez-vous le 24 décembre sous l'horloge de Paris.
    Koridwen s'accroche à cet espoir de pouvoir modifier le passé et sauver le monde. Elle aimerait tant avoir cette capacité de voyager dans les mondes parallèles et de modifier le cours de l'histoire. Remonter le temps et nettoyer le monde du virus U4.
    Dans cet entourage hostile, Koridwen garde en mémoire Spider Snake, joueur du jeu, qu'elle trouvait réglo, instinctif et extrêmement rapide.
    Elle décide d'aller sur Paris avec Max, son cousin handicapé, pour la réunion des experts de WOT.
    Max et elle partent en tracteur avec tout le nécessaire. Koridwen est prévoyante. Tous les deux traversent d'abord le pays, des hameaux déserts, des villes fantômes.
    En route ils rencontrent Anna, qui leur explique que des soldats de l'armée forcent les adolescents à se regrouper dans des camps gardés. Koridwen, devra se séparer d'Anna car cette dernière n'accepte pas la condition majeure de Koridwen...
    Puis ils rencontrent Marek, un garçon charmant, il lui parle des rassemblements des ados et des R.points, dirigés par l'armée fantôme qui se contente de larguer de la nourriture.
    Ils savent que s'ils rallient les R.points, ils perdront leur liberté, le contrôle sur leur vie.
    L'armée veut limiter le nombre de gens qu'ils ne peuvent pas surveiller. Ils les encouragent d'ailleurs à s’éliminer entre eux.
    Sur la route ils croiseront Sarah et Zoé, des filles sympathiques à qui Koridwen viendra en aide.
    Sur Paris, Koridwen se liera d'amitié avec Ibra et Youss et Kadi leur sœur, qui sont des amis de Marek.
    Tous vont devoir lutter ensemble pour un avenir meilleur.

    Koridwen n'a peur de rien, elle devient peu à peu une machine à tuer.
    Elle a un caractère fort, indépendant, sa grand-mère lui envoie des signes, l’entraîne sur les chemins de ses croyances, parfois cela l'effraie mais elle veut y faire confiance parce que sa grand-mère pensait qu'elle était en partie la solution au problème du monde.
    Koridwen, est courageuse, elle sait se débrouiller seule, mais elle a des moments de doute et fait souvent appel aux souvenirs de sa grand-mère. .
    Max son cousin handicapé, la retarde dans son trajet jusqu'à Paris, mais elle est tellement attachée à lui qu'elle va aller au bout de ses ambitions avec lui. Quand elle rencontre Jules, Katia, Maïa, Jérôme et les autres elles s'attachent à eux.
    Elle choisit ses amis, elle a su s'entourer des personnes qu'il faut pour mener à bien son projet.
    Sa quête, est guidée par la comptine Celte que lui a appris sa grand-mère, elle lui donne une dimension surnaturelle, mystique.

    Dans ce tome-là on en apprend un peu plus sur les desseins de l'armée, sur le but des agissements des militaires. Ils prennent en charge des formations destinées aux adolescents pour une occupation ou un métier utile et ainsi pouvoir rebâtir des exploitations et envisager une reconstruction du monde.
    Le dénouement est astucieux. Un rebondissement relance l'histoire et donne l'espoir d'une suite.

    J'ai beaucoup aimé la comptine Bretonne d'Ar Rannoù : « Les séries ou le druide et l'enfant ».
    Elle jalonne l'intrigue de bout en bout et elle est le moteur des agissements de Koridwen.
    Le récit est rythmé, prenant. L'écriture est fluide, les chapitres sont assez courts. Chacun correspond à une nuit ou une journée de la vie de Koridwen.
    Ce livre est comme le premier que j'ai lu « Jules », intéressant. Ces adolescents sont tous originaux, avec des caractères entiers. Parfois intègres, parfois illusionnés, ou peu fréquentables mais ils sont mus par l’instinct vital, l'instinct de survie.
    Ce livre fait partie de la série de quatre livres « U4 », mais peut se lire seul. J'ai beaucoup aimé l'histoire de Koridwen, empreinte de magie, avec une fin ouverte, toutefois j'ai bien envie de lire le point de vue des autres personnages de cette histoire.

    U4 Jules
    U4 Yannis
    U4 Stéphane


    6 commentaires
  • Jules u4 

    Titre : « U4 .Jules »
    Auteur : Carole TREBOR
    Genre : Science Fiction / jeunesse
    Éditions : Syros Nathan
    Année : 2015
    Nombre de pages : 432

    Résumé :

    Koridwen, Jules, Stéphane et Yannis, ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 94% de la population mondiale.
    Ils ne se connaissent pas, mais ils se rendent pourtant au même rendez-vous.

    Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé de se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'il ne pourra pas tenir longtemps en autarcie. Pour affronter l'extérieur, Jules redevient le guerrier impavide qu'il était dans le jeu. Il va alors retrouver son frère aîné, qui se drogue et dont il ne peut rien attendre, puis secourir une petite fille qui a mystérieusement échappé au virus et qu'il décide de prendre sous son aile.
    Son seul espoir : le rendez-vous fixé par Warriors of Times.

    Mes impressions :

    Le sujet n'a rien d'original et serait même très à la mode en ce moment. La particularité de ce récit vient de sa conception puisqu'il est présenté par 4 auteurs prenant en charge chacun le point de vue d'un personnage, d'une même et seule histoire. Chacun des quatre va présenter sa façon de se débrouiller. Jules est l'un d'eux. Il nous raconte sa perception des événements qui se sont déroulés dans la capitale. Les autres personnages s'insèrent dans ce récit, au rythme de leur (mes)aventures et des rebondissements.
    Quatre personnages, deux filles, deux garçons, et quatre écrivains, deux filles et deux garçons ! Parité parfaite. Les auteures écrivent l'histoire des garçons et les auteurs, celles des filles. Très intéressant.

    L'intrigue est la suivante : un virus mortel a ravagé le monde. Seule une partie des adolescents semblent résister au virus.

    Je commence cette série apocalyptique en lisant l'histoire de Jules, adolescent parisien, mal dans sa peau, rondouillard, timide, manquant d'assurance, apeuré par les événements. Dans ce chaos il tente de surmonter les difficultés du quotidien dans une ville à l'abandon.
    Il va pourtant devoir affronter ses peurs, s'imposer, et défendre ses valeurs, parmi d'autres adolescents. En s'opposant à certaines directives du chef de sa bande il espère sauver le peu d'humanité qu'il leur reste.
    Sa loyauté, son intégrité, sa serviabilité, et sa fragilité me l'ont rendu attachant.

    Jules est passionné de jeux vidéo. Avant la pandémie, il jouait en ligne à WOT (Warriors Of Time) jeu multi-joueurs, son avatar est Spider Snake. WOT rassemblait des joueurs qui pouvaient voyager à travers les époques d'un monde fictif, nommé, Ukraün, dans le but de changer le cours des événements et ainsi accomplir leur quête. Khronos maître du jeu conseillait les joueurs.

    Aujourd'hui, dans ce contexte, est-ce que la fiction a rejoint la réalité ?

    Le premier novembre, l'avant-dernier jour du fonctionnement du réseau internet mondial, WOT compte 550 experts encore en vie sur le territoire Français.
    Khronos leur demande dans un message posté sur le forum des joueurs de le rejoindre pour réécrire le passé et ainsi éviter la catastrophe et lutter contre le virus...
    Pour cela il leur donne rendez-vous le 24 décembre sous l'horloge de Paris.
    Jules, Koridwen, Stéphane et Yannis font partie des experts. U4 est leur histoire.

    Au début de ce tome, Jules est seul parmi les morts, ses grands-parents sont décédés, ses parents ont disparu et son frère drogué l'a oublié. Complètement accro, ce dernier a l'espoir d'intégrer un gang prêt à tout pour s'en sortir, comme voler son prochain, tuer pour rallier des territoires et s'imposer comme le leader de ce nouveau monde.
    En parcourant la ville à la recherche de quoi se nourrir, Jules aperçoit une fillette de 5 ans, Alicia, fan de Dora l'exploratrice. Elle se tient auprès de son grand-père pédiatre, mort, allongé dans une salle d'auscultation.
    Il la prend sous sa protection, tant il est touché par cette enfant qui semble hors du commun et miraculeusement épargnée par le virus. Il la surnomme « la minuscule »...
    Il s'attache à elle et elle lui rend bien.
    Puis dans un magasin désaffecté ils rencontrent Katia, qui lui dit faire partie d'une bande avec Jérôme, Vincent et Maïa.
    Dans ce groupuscule, chacun a un rôle bien défini.
    Katia "la planteuse" est chargée du jardinage, Vincent "le soldat" est préposé aux armes, de leur entretien et à l'approvisionnement de munitions, il est surnommé le soldat.
    Maïa, gère les médicaments, elle est surnommée " L'apothicaire", Isa est "la bibliothécaire", et puis il y a Jérôme le chef, ils s'organisent tous pour défendre leur QG et ainsi former une équipe forte et soudée face à l'adversité.
    Jules sera surnommé "le plaqueur" après avoir su maîtriser des Pitbulls lors d'une attaque.
    Tous sont en conflit avec le gang du 16ème, Pierre l'a-t-il intégré ? Ce gang veut annexer le Sud de Paris à son territoire.
    Et puis ils entrent en lutte également avec les militaires survivants, qui veulent créer des points de ralliement R.Point , dans lesquels ils distribuent, des médicaments, de la nourriture etc, ils demandent à tous les adolescents de rejoindre ces points de ralliement sous peine d'être reconnus comme terroristes.
    De mêmes ils proposent aux volontaires de leur insérer des puces électroniques, afin de comptabiliser les survivants pour voir l'évolution du virus, mais est-ce bien le seul but ? Leur seule motivation ? Que cache leur implication ?
    Au fil des jours, il faut faire des choix, intégrer le R point ou pas ? Tenter une reconstruction collective, donc perdre sa liberté, ou rester en dehors de l'organisation proposée par l'armée pour et accepter d'être des hors la loi ?.
    Cette minorité devra apprendre à survivre, et s'imposer face aux militaires, et déjouer le rôle du gouvernement.

    Cette thématique a déjà été traitée bien souvent mais ici sa particularité, est la forme de cette série...
    4 auteurs, 4 personnages, 2 éditeurs.
    J'ai aimé l'amitié, l'humanité de tous les personnages... ceux en placent et ceux qui au fil des pages viennent s'ajouter à leur groupe, comme Yannis, Koridwen et Stéphane.
    L'intrigue est très bien menée, bien gérée ça tient la route même si elle est un peu simpliste et que l'auteur ne décrit pas en profondeur les antécédents de cet événement. Les tenants et les aboutissants, sont peu développés.
    Il y a de l'amitié, de la solidarité, les personnages meurtris veulent tous vaincre la mort et honorer leurs familles mortes....
    Je regrette cependant que l'auteur n'ait pas davantage approfondi la raison de l'effondrement de la société des adultes.
    De même l'auteur ne s'est pas assez étendu sur le Nouveau Monde que veulent créer Jules et ses amis.
    Ce que j'ai beaucoup apprécié est justement ce que je regrette aussi... c'est paradoxal !
    L'auteur ne s'est pas concentré sur la pandémie mais sur les relations et sur le personnage de Jules, garçon sympathique qui nous fait nous questionner sur le sens de devoir, sur les valeurs qu'il défend dans ce monde chaotique.
    Jules a un rôle à jouer dans ces événements perçus par 4 adolescents différents.
    L'auteur s'est attardé sur les conflits terrifiants et redoutables qu'ils doivent tous affronter et traverser, qu'ils soient personnels et/ou de groupes.
    Vous l'aurez compris le côté psychologique est bien senti car tous ces adolescents ont un caractère et une personnalité bien différents.
    Chacun fera des choix personnels, parfois inattendus de leurs camarades mais aucun ne les jugent car leur liberté dans ce nouveau monde en devenir est respectable. Chacun a le droit de choisir son destin.
    Les rebondissements fréquents sont bien envisagés et bien raisonnés.

    Personnellement j'espère qu'une suite est prévue car la fin de « Jules » est ouverte à plusieurs possibilités, chacun a un rôle dans la reconstruction du monde. Mais qu'elle en sera la finalité ?
    Par exemple ici, que devient Koridwen ? Elle quitte la bande pour des raisons mystérieuses.... dont seul Jules a une idée, plutôt une sensation car il a eu le temps de parler un peu avec elle de sa grand-mère guérisseuse...et de sa comptine Bretonne Ar Rannoù, « Les séries ou le druide et l'enfant ».
    Serait-elle une sorcière ?

    Les quatre tomes peuvent se lire indépendamment et dans n'importe quel ordre. Chaque histoire singulière est distincte même si les personnes se croisent, s'entraident, parfois se détestent, leur seul lien commun est WOT. Tous jouaient à ce jeu en ligne et faisaient partie des experts.
    Le lien entre ses adolescents est puissant, chacun a une vision différente et personnelle de ses camarades....leur approche de l'inconnu est divergente et c'est ce qui fait que cette série, qui véhicule une certaine tension, est efficace.

    Une idée originale au final qui laisse l'espoir d' une suite..

    U4 Koridwen
    U4 Yannis
    U4 Stéphane

     


    4 commentaires
  • L'heure Bleue

    Titre : « L'heure bleue »
    Auteur : Nathalie KUPERMAN
    Genre : roman jeunesse (9 à 12 ans)
    Éditions : L'école de Loisirs
    Année : 2007
    Nombre de page : 96

    Quatrième de couverture : 

    J’ai un reste du parfum de maman, L’Heure bleue, qui sent encore elle. J’ai mon carnet Mamamaman dans lequel je lui écris. J’ai sa bague en onyx qui fait comme une boule de cristal noir. J’ai Tanya, ma petite sœur, à protéger. La bague est à nous deux. Je lui demande de me dire quoi faire, de me dire l’avenir. Et elle m’annonce une catastrophe. Il y a trois ans que maman est morte. Elle avait promis de veiller sur nous jusqu’à ses 102 ans et je l’avais crue. Elle avait prétendu, sur son lit d’hôpital, que la chose qui lui ferait le plus plaisir, c’était que papa refasse sa vie, et je ne l’ai pas crue. Comment peut-on avoir envie d’être remplacée quand on est irremplaçable ? Aujourd’hui, trois ans après, maman vieille maman est devenue du silence. La musique qu’elle aimait ne résonne plus dans la cage d’escalier. Nous ne parlons plus d’elle. De jour en jour, elle disparaît davantage. Anne-Sophie, la nouvelle femme de papa, fait trop de bruit.

    Mes impressions :

    Une jeune adolescente, dont la mère est morte il y a trois ans, découvre que son père a rencontré une autre femme. Ce constat amer est douloureux pour elle ; elle s'imagine alors que le souvenir de sa maman va s'estomper peu à peu et disparaître.
    Elle ne veut absolument pas qu' Anne-Sophie prenne la place de sa mère, parce qu'elle sait qu'alors rien ne sera plus comme avant.
    Elle va dire avec sa voix, ses mots ses gestes combien cette situation lui pèse
    Tania, sa sœur plus jeune qu'elle, ne réagit pas aussi durement, bien qu'elle soit perturbée également.
    Le jour de son anniversaire le papa de l'adolescente lui offre la bague en onyx de sa maman. Elle va lui prêter des pouvoirs divins et de voyance. Ceux d'entendre sa mère lui parler à travers elle. Elle se confie à Tania, qui elle n'adhère finalement guère à cette idée
    Marin un copain de sa classe au collège va l'aider à accepter la nouvelle situation. Elle va alors apprendre à vivre avec la douleur de la perte de sa maman puis entrevoir la possibilité de voir son papa à nouveau heureux.

    Ce court roman pose la question du deuil mais également celui de l'amour recomposé par la force des chose, et de l'acceptation pour une enfant que le conjoint restant, ici le papa, puisse refaire sa vie avec une autre femme. Cette adolescente alors qu'une nouvelle histoire d'amour différente peut être possible.
    Ce roman signe l'absence de la maman aimée et la reconstruction du père auprès d'un autre amour.
    Avec des mots justes, des mots choisis, l'auteur se met à la place de l'enfant et parle de l'absence, de la peur de la perte de souvenirs de celle qui nous a mise au monde ou qui nous a élevé.
    Un style très simple puisque ce roman est adapté au jeune enfant - ado, mais il n'en est pas moins entier et subtil. Il décrit très bien le désarroi de cette enfant qui ne sait comment trouver ou garder sa place dans une famille. Ce livre est écrit avec sensibilité. Il est rempli d'amour et d'émotion.
    On sent la douleur de cette jeune fille qui a du mal à accepter le bonheur de son père, ou plutôt de voir son père aimer une autre femme que sa mère.
    Elle va entrer dans le monde adulte d'une façon difficile et pénible mais où finalement tout le monde aura sa place.
    Cette histoire est troublante, c'est celle d'un enfant qui doit grandir sans sa maman, et qui doit accepter inacceptable et composer avec....une inconnue


    4 commentaires

  • After (série) de Anna TODD

    Titre : « After »
    Auteur : Anna TODD
    Éditions : Hugo ROMAN (Ebook)
    Genre : Littérature sentimentale , jeunesse
    Année : 2014
    Nombre de pages : de 11 à 30 environ.

    Résumé :

    Tessa est une fille gentille avec un adorable petit ami, noah. elle est décidée, ambitieuse et sa mère veille à ce que cela continue. Mais elle vient à peine de s'installer dans son dortoir d'étudiante qu'elle se heurte à Hardin. avec ses cheveux châtains ébouriffés, son p... d'accent anglais, ses tatouages et son piercing sur la lèvre, Hardin est vraiment mignon et tellement différent des garçons qu'elle connaît.
    Mais il est aussi grossier, voire violent et Tessa devrait donc le détester... ce qu'elle fait jusqu'au jour où elle se retrouve seule avec lui. Quelque chose du caractère sombre d'Hardin l'attire et leur baiser fait naître en elle une passion jusqu'alors inconnue.
    Il lui dit qu'elle est belle, qu'il n'est pas un garçon pour elle et il disparaît, et ce à plusieurs reprises. Malgré la façon dont il la traite, Tessa va chercher au plus profond d'Hardin et derrière ses mensonges qui il est réellement.
    Plus il la repousse et plus Tessa sera entraînée plus près du gouffre.
    Tessa a déjà un petit ami parfait. Alors pourquoi fait-elle tant d'efforts pour surmonter sa fierté blessée et les ravages qu'Hardin fait à de belles filles comme elle ?

    À moins que... ce ne soit ça l'amour ?

    Mes impressions :

    Cette série s'adresse surtout aux adolescents qui pourront facilement s'identifier aux personnages...

    Ces épisodes comportent de 11 à 30 pages chacun. Ils racontent comment une jeune fille, enfant unique de 18-19 ans sérieuse et impatiente d'entrer à l'université vit ses premières semaines en internat, dans un nouvel établissement qu'elle découvre.

    Cette histoire montre combien les adolescents peuvent être influencés et influençables, par dépit, provocation ou pour faire comme les autres afin d'être acceptés par leurs camarades. Ceci est toute la problématique du passage à l'âge adulte.
    Ils racontent également les relations entre colocataires, et font référence au phénomène de bande et d'appartenance.
    Tessa, cette adolescente sage rencontre Hardin, un mauvais garçon semble-t-il qui l'attire irrémédiablement.
    Pourtant elle a un copain Noah, un élève lui-même brillant , de presque 18 ans avec lequel elle entretient une gentille relation amoureuse, il compte la rejoindre l'année suivante à la WCU.
    La colocataire de Tessa, Steph est plutôt du genre à ne pas fréquenter. Elle est accro aux soirées festives dans lesquelles l'alcool est omniprésent.
    Tessa se laisse pourtant entraîner dans cette spirale.
    La plupart de ses nouvelles connaissances font partie de « la fraternité », un rassemblement de jeunes...qui ne fait pas toujours bon de voisiner. Est-ce que Hardin en est le leader ?. Ce garçon est assez mystérieux.
    Tessa rencontre Landon Gibson, un garçon plutôt calme qui pense aux études. Il suit les mêmes cours qu'elle. Une entente cordiale et amicale est de suite palpable.
    On apprend que le père de Tessa était alcoolique, et qu'il a quitté sa mère quand Tessa avait 10 ans. Pour pouvoir lui payer des études sa mère a énormément travaillé.
    D'ailleurs son rêve serait de devenir écrivain ou travailler dans l'édition...

    Une série qui commence doucement et où l'on découvre l'univers de Tessa après son entrée à l'université. on y repère ses troubles, ses craintes, ses relations....
    Le style est prometteur, voire accrocheur et je pense que cette série sera appréciées par les jeunes qui ont l'âge de Tessa avec tout ce que cela implique comme nouveautés et perturbations.


    2 commentaires
  • Un maillot de bain une pièce avec des pastèques et des ananas

    Titre : « Un maillot de bain une pièce avec des pastèques et des ananas »
    Auteur : Claire CASTILLON
    Genre : roman Jeunesse
    Éditions : L'école des loisirs
    Année : 2014
    Nombre de pages : 179

    Quatrième de couverture :

    Je m’appelle Nancy Pinsault. Dans ma famille on est cinq, comme les cinq doigts de la main. Pourtant, toutes les mains ne se ressemblent pas. Dans ma famille il y a la belle main de mon père qui dessine des maisons. La main de ma sœur Aline qui tripote l’appareil dentaire. La main de mon frère Igor qui met une gifle. La main du docteur Croc qui glisse dans le dos de maman. La main de maman qui offre un maillot de bain une pièce avec des pastèques et des ananas. Et il y a mon petit doigt, qui me dit de drôles de choses. Mais peut-on croire toutes les histoires que raconte son petit doigt ?

    Mes impressions :

    Nancy la narratrice est une enfant de 11 ans sensible et qui nous raconte sa famille, les tensions, les joies aussi parfois mais elles sont rares. Elle est suivie par me Blin, orthophoniste et psychologue et voit régulièrement son orthodontiste.
    Sa sœur Aline de 17 ans est à l'âge ou elle prend soin d'elle, tente d'être coquette, car elle commence à devenir femme.
    Igor 15 ans est à l'âge bête, rebelle, il est même allé jusqu'à gifler sa mère, ce qui crée une forte tension familiale.
    Et puis Nancy se met dans la tête que sa mère entretient une relation amoureuse avec son orthodontiste Mr Croc.
    Elle tente alors de sauver les apparences, de changer le moral de son papa, en essayant de lui changer les idées ; d'ailleurs elle entretient une relation fusionnelle avec son père, revient-elle au Complexe d’œdipe a 11 ans, elle a du reste, du mal à s'investir dans des relations extérieures au cercle familial. Je vois plutôt le désir de protéger son père, de la douleur qu'il a de voir sa femme se détacher de lui, alors elle prend le rôle de sa femme. Elle aime passer du temps avec lui, et comme c'est tendu à la maison, sa mère l'envoie en week-end avec son père au bord de la mer et elle met dans sa valise le maillot de bain une pièce qu'elles avaient choisi ensemble...mais elle croit au début qu'il s'agit en fait d'une fugue et que son père et elle ne reviendront pas....

    Le style de l'auteur est agréable, un mélange d'amour, d’humour incisif, de poésie. Les phrases sont à la fois délicates, tendres et souvent caustiques quand Nancy se moque de ses frère et sœurs, ou de Me Blin ou de Mr Croc...

    Ce livre reflète les familles d'aujourd'hui avec l'amour, les crises, et il parle des relations familiales, parents/enfants, de l 'adolescence, de la difficulté à passer ce cap.
    Nancy va finir par être soulagée de la suite que donne à leur le couple, ses parents. Elle va saisir alors que dans la vie tout n'est pas tout blanc ou tout noir mais que bien souvent il va falloir passer par des nuances de gris. Elle va peu à peu se détacher des futilités et avoir de moins en moins tremblements. Son moteur qui démarre au creux de l'estomac à chaque angoisse finit par ronronner de moins en moins. Nancy  s'apaise et  comprend que la vie est faite de joies, de peines et de passages obligés. Elle mûrit et grandit.
    Ce livre montre l'apprentissage de la vie d'une fillette qui devient adulte.


    6 commentaires
  • Louise croit encore aux contes de fées de Sophie TASMA

     

    Titre : « Louise croit encore aux fées »
    Auteur : Sophie TASMA
    Genre : Roman jeunesse
    Éditions : L'école des Loisirs
    Année : 2004
    Nombre de pages : 126

    Quatrième de couverture :

    Louise a peur de tout et elle a l'impression de n'être aimée de personne. Ni de Nicolas, dont elle est amoureuse en secret. Ni de Nieves, qui était jadis son amie. Ni de son père, qui est toujours sévère, déçu ou en colère parce qu'il aurait nettement préféré avoir un fils, et pour d'autres motifs plus obscurs. Rien de tout cela n'a aucune raison de changer. Sauf si les fées existent. Et quand, comme Louise, on est trop malheureux pour croire encore aux humains, on a le cœur prêt à croire aux fées. Tout arrive grâce à Esther, une clocharde extraordinaire qui vit sur le trottoir en bas de chez Louise. Elle lance des injures à ceux qui lui donnent de l'argent. Louise, elle, croit bien faire en lui prenant pendant son sommeil les trois pièces d'or qu'elle voit briller sous ses guenilles. C'est pour les lui rendre plus tard. Pour que personne d'autre ne les vole. Et bizarrement, Esther prend Louise la voleuse en amitié. De ce genre d'amitié qui fait réfléchir, donne confiance, permet tous les rêves et fait descendre les fées sur terre...

    Mes impressions :

    Un livre qui m'a entraînée à la fois dans un monde réel et imaginaire. L'auteur a favorisé ce voyage puisqu'il manie bien sa plume.

    L'histoire de Louise ressemble à celles d'autres préadolescents, mais il y a des nuances. Elle rencontre des difficultés relationnelles avec son père, aggravées par un vol de pièces à une personne qui vit dans la rue, en bas de chez eux, ajouté à cela, elle est en conflit avec des camarades de son collège, alors elle s'imagine que des fées viennent lui parler et sont là pour l'aider. Ou commence la fiction ? Je vous le demande. Pour Louise la frontière ici est tenue.
    Le quotidien de Louise qu'elle veut fuir est pourtant bien réel.

    Louise se trouve moche, elle est amoureuse d'un garçon qui lui ne s'intéresse pas à elle, elle n'a pas vraiment d'amies et son père est assez sévère.
    Esther une clocharde l'accuse de lui avoir volé trois pièces ; effectivement elle les a empruntées car son père étant diamantaire, elle s'est rendu compte qu'elles valaient de l'or alors pour qu'on ne les vole pas à Esther, elle a décidé de les garder pour la nuit et de les lui ramener le lendemain en allant au collège. Mais tout ne se passe pas comme prévu. La clocharde ameute les passants et le boulanger la dénonce à son père...Il y aura une punition. Esther lui demande de les conserver, de faire trois vœux et de lui rendre les pièces une après l'autre, jour après jour.
    Ces petits chagrins amènent Louise à se réfugier dans les rêves pour oublier un quotidien douloureux, elle s'imagine des fées à qui elle peut se confier et qui peuplent ses rêves..
    Louise apprend la vie au contact de celle des adultes qui bien souvent ont des secrets. Ces non-dits qui peuvent faire des ravages dans le cœur et la tête des enfants.
    Ce récit a l'apparence d'un conte mais il rejoint également une certaine réalité, la souffrance de n'avoir personne à qui se confier, de parler de son mal-être.
    J'ai aimé le côté fantastique que prend le roman à mesure que l'on avance dans la lecture ; il est émouvant, car Louise grandit et ce n'est pas toujours facile, ni évident quand on ne s'aime pas. Les années vont passer et les fées l'auront aidée à un moment donné de son existence, à affronter la vie. Cette histoire se termine bien comme les contes de fées...

    Un livre qui nous parle intelligemment de conditions sociales, d'injustice, de magie, de relation familiale, de relations enfant adulte, de secret de famille...c'est à la fois un conte et un rêve éveillé, qui peut intéresser des pré-adolescents à partir de 11 ans, puisqu'ils pourront s'identifier à Louise et à son histoire...

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique