• « Long week-end » de Joyce MAYNARD

    Titre : « Long week-end »
    Auteur : Joyce MAYNARD
    Genre : Roman étranger
    Éditions : 10/18
    Année : 2009
    Nombre de pages : 251

    Quatrième de couverture :

    Une chaleur caniculaire règne sur la côte est. Henry, treize ans, et sa mère Adèle doivent faire les dernières courses pour la rentrée des classes. Une rencontre fortuite au supermarché va venir tout bouleverser : Franck, un taulard en cavale, leur demande de l'héberger. Le temps d'un long week- end, le trio va vivre en huis clos une expérience qui bouleversera leur vie à jamais…


    Mes impressions :

    Lorsque le père d'Henry quitte le foyer conjugal, ce dernier se retrouve seul avec sa mère dépressive. Adèle ne sort plus de chez elle et est de plus en plus craintive.
    Le père est parti vivre avec Marjorie, sa nouvelle compagne qui a elle-même un fils de 15 ans.
    Ensemble ils ont eu Chloé... Les relations sont difficiles entre eux tous. Henry les voit peu. De temps en temps ils partagent un repas au restaurant avant de retourner auprès de sa mère.
    Henry a du mal à se faire à l'idée d'une famille recomposée et préfère veiller sur sa mère qu'il aime énormément.

    Dans ce roman, Henry raconte la monotonie de leur existence dans laquelle rien ne se passe. Il ne sait pas encore que cette journée de veille du week-end de Labor Day sera particulière et qu'il s'en souviendra toute sa vie. Le matin l'aventure vint à eux. Franck, un évadé de prison, blessé et récemment opéré, les prend en otage discrètement dans un magasin et se fait héberger. Il leur demande alors leur discrétion et même si au début il se montre menaçant, la tournure des événements va être plutôt douce. Adèle et Henry, d'abord effrayés vont apprendre à vivre avec une personne recherchée par la police.
    Cet homme est loin de la personne que décrivent les nouvelles télévisées. En effet, il n'est pas le meurtrier sanguinaire dépourvu de sentiment. Franck s'avère être un homme attentionné, tendre et doux. Son arrivée va apporter un peu de joie dans la maison. Adèle sourit plus souvent, elle danse, et n'a plus ce visage si triste !
    Franck et Adèle se rapprochent. Tous les deux tissent des liens forts. Au contact de Franck, Adèle redevient la jeune femme passionnée qu'elle était avant.
    Elle reprend peu à peu goût à la vie Elle ne se laisse pas envahir par la peur et accepte de croire Franck sur son passé et les circonstances de son incarcération.
    Quant à Henry, il est à un âge ingrat, il commence à s'intéresser aux filles, mais il n'a pas de référent masculin et voici que Franck va lui transmettre le souffle de la maturité. Il va lui montrer comment cuisiner une tarte par exemple, faire des réparations dans leur maison et même lui apprendre à jouer au base-ball !
    De leur rencontre naîtra une situation étonnante mais très constructive pour tous.


    Au travers des mots de Franck, l'auteur tout au long du livre nous apprend à apprécier la vie comme elle est, à prêter attention aux petites choses du quotidien, aux choses simples et à se nourrir du moment présent.
    J'ai aimé le côté décalé de cet homme en proie à la justice mais qui a énormément de cœur et qui devient pour Henry un père de substitution le temps d'un long week-end.

    Henry est à un âge où il se pose des questions. Il quitte peu à peu le monde de l'adolescence pour entrer dans celui des adultes. Il atteindra la maturité sans doute plus rapidement que les garçons de son âge.
    Les trois personnages sont très attachants.
    La fin du week-end ne sera pas un happy-end ; elle reste en demi-teinte.
    Puis Henry nous résume les années qui passent...

    Vous l'aurez compris, je me suis laissée transporter par ce récit qui nous parle de transmission, de relation humaine, de famille recomposée, de justice, d'amour, d'amitié, d'espoir, et surtout de reconstruction.
    C'est une belle histoire entre trois êtres qui n'auraient jamais dû se rencontrer, trois êtres qui n'ont pas une existence joyeuse mais qui finalement vont apprendre à la vivre au mieux.
    J'ai apprécié la fin parce qu'elle est crédible et sincère comme chaque mot de ce roman que je vous conseille.
    L'écriture est simple. Sous le regard d'Henry, elle est un mélange entre l'insouciance, la naïveté adolescente, le doute, confrontés à l'intelligence affective des personnages.
    Le style est très agréable, il laisse entrevoir les émotions et les sentiments des personnages, tout en bien décrivant la complexité de la situation qu'ils sont en train de vivre.
    Je ne sors pas indemne de ce roman qui m'a énormément plu.

    Voici la bande annonce du film que je n'ai pas encore vu :

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 24 Septembre à 21:16

    Je l'ai lu, j'ai bien aimé, mais je ne m'en souviens plus trop. J'ai juste quelques flashes qui me viennent. 

    Bonne semaine. 

      • Mardi 25 Septembre à 16:23

        Bonjour Philippe, c'est peut-être ton billet qui m'a donné envie de le lire. Je note les titres des livres dont je lis les chroniques intéressantes. 
        Bonne semaine à toi également

    2
    Mardi 25 Septembre à 14:02
    Alex-Mot-à-Mots

    A lire ton billet, on sent que tu as aimé cette lecture.

      • Mardi 25 Septembre à 16:24

        Oui Alex, un livre original et émouvant. J'ai hâte de trouver le DVD à la médiathèque. 

        Bonne fin de journée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :