• « La taille d'un ange » de patrice JUIFF

    La taille d'un ange

    Titre : « La taille d'un ange »
    Auteur : Patrice JUIFF
    Genre : Nouvelles
    Éditions : Albin Michel
    Année : 2008
    Nombre de pages : 274

    Quatrième de couverture :

    Des personnages à la Raymond Carver, solitaires et fragiles, tendres et violents, repliés sur des secrets trop lourds pour eux et que la vie n'a pas précisément gâtés. Dans chacune des nouvelles de La Taille d'un ange, on sent que tout peut arriver, la violence surgir ou se métamorphoser. Dans cette précarité des sentiments, ce fil du rasoir des réactions humaines, rien n'est jamais joué. Et l'empathie profonde que ressent le lecteur confirme le talent si singulier de Patrice Juiff pour dépeindre les vies ordinaires, leur désarroi, le fil ténu et lumineux de leurs espoirs.

    Mes impressions :

    Aujourd'hui encore je vous présente des nouvelles qui m'ont vraiment émue.
    Toutes parlent de personnages écorchés vifs pour lesquels la vie leur donnera peut-être un second souffle, une seconde chance.

    La taille d'un ange, raconte la détresse d'une jeune femme avec émotion, suspense et philosophie.
    Une jeune femme de vingt ans dont le copain est en prison pour un viol qu'elle pense qu'il n'a pas commis a accouché de leur enfant, une petite fille qu'il n'a pas eu le temps de voir.
    Un matin avec inconscience ou plutôt insouciance, elle amène sa fille de quatre mois voir son père à la prison sur sa mobylette. Elles vont parcourir quatre-vingts kilomètres. Les heures qui défilent et les paysages qu'elles croisent et les événements de la nuit qu'elles passeront dehors vont la faire sortir de son irresponsabilité....
    Brutalement cette jeune fille va sortir de l'enfance, elle va devenir mère bien après avoir accouché, le réveil sera brutal mais salvateur.
    L'auteur manie la plume avec perfection, il souligne les sentiments confus, les doutes, les fuites avec précision. Son univers est si noir, si sombre qu'il me paraissait impossible d'en sortir et pourtant.....
    Faisons confiance en l'être humain, croyons en la vie, en la maturité, à l'instinct de mère et la vie peut continuer différemment.

    La seconde Mourir aussi parle d'un homme qui quitte sa petite amie, il est en colère, elle frustrée ; elle souhaite avoir un enfant, lui non. D'ailleurs tout l'emmerde, son boulot, sa femme, sa mère, son père pourtant décédé et puis il va faire une rencontre, une rencontre hasardeuse, singulière...
    Cette nouvelle parle de la mort, de ceux qui restent, que l'on aime, de la nôtre...
    Ici il s'agit avant tout du rapport au père et d'amour.
    C'est une nouvelle sombre qui évoque la fin, les souvenirs. Un langage stylé et des mots précis permettant la transcription des sentiments pour que les émotions passent..

    Dimanche matin est une nouvelle pour moi très difficile, emplie de souffrance mais également de sensibilité. Il s'agit d'une histoire de maltraitance.
    Le dimanche matin chez cette famille est synonyme de coups, ceux du père. Il est violent envers sa femme et ses enfants. Il boit trop et n'arrive pas à se contenir. Les enfants sont terrorisés.
    Quel aurait été leur avenir si un matin la mère prend une décision qui va modifier le cours de la vie de tous ?
    Cette nouvelle ne donne pas de solution, elle ne se termine pas vraiment, elle est noire et bascule dans une nuance grise. Notre imagination fera le reste ; et personnellement je ne souhaite que le meilleur à ses enfants et au pire un avenir moins douloureux. La fuite est souvent la meilleure solution dans ces cas-là, elle n'est pas synonyme de lâcheté.

    Ma mère est vivante, raconte les ressentis d'un garçon qui un mois et demi après la mort de son père voit sa mère se mettre en couple avec un autre homme. Il a beaucoup de mal à accepter cette situation si tôt après la mort de son père. Pourtant la mère demande la permission à ses enfants pour vivre avec cet homme. Il a l'impression de trahir son père s'il accepte, s'il approuve cette nouvelle union trop rapide. Mais la vie est plus forte que la mort et il prendra conscience que finalement la vie est plus importante que la mort.

    Chienne perdue, raconte le vécu d'un couple sur plusieurs années. Ce couple qui bât de l'aile, suite aux fausses couches de la femme.
    Il y a eu pourtant Gérald, ce jeune homme auquel elle s'est attachée, elle lui a fourni un toit. Malgré son mal de vivre et ses dépendances. Il avait réussi à changer leur quotidien mais... Gérald ne survivra pas à ses démons.
    Alors le mari offre à sa femme une chienne labrador crème Otsie pour apaiser sa peine et lui donner une raison de continuer.
    Otsie a donné un second souffle à Reine mais aujourd'hui sa chienne a disparu. Il y a beaucoup de désarroi et de détresse chez Reine malgré le soutien de son mari.. Qu'adviendra-t-il d'eux si la chienne ne revient pas ?

    L'atlantique à la nage, raconte l'histoire d'un homme de 72 ans, divorcé de Lucie il y a 8 ans.
    Un jour en se promenant il rencontre une femme d'à peu près son âge et c'est le coup de foudre. Il passe la nuit ensemble. Mais elle est « différente », parfois lointaine. Il en comprendra la raison quand il ira chercher les croissants au petit matin à la boulangerie. Seulement il est tellement heureux, qu' il va occulter la réalité qui lui semble trop difficile à vivre. Il réfléchit avec son cœur et son âme et non avec sa raison.

    Un cœur en commun.... Une mère désespérée « abandonne », oublie sa fille de 16 ans déficiente mentale, sur le marché... Le matin, prise de remords, elle retourne la chercher dans le village et tente de retrouver sa trace. L'horreur de la nuit passée va lui permettre de se racheter … Je n'en dirai pas plus car ce serait trop dévoiler l'histoire, bouleversante de noirceur. Je retiendrai que la vie parfois nous pousse à faire des choses que l'on ne veut pas par désespoir...

    Le premier vrai souvenir que j'ai d'elle est une nouvelle à vous couper le souffle. La fin est vraiment inattendue et sublime.
    Un garçon nous raconte sa sœur, ils s'aimaient beaucoup mais parce qu'elle était droguée, elle est partie de la maison et ses parents ne veulent plus qu'ils se voient souvent. Malgré tout, elle vient le chercher les week-ends pour passer du temps avec lui.
    Il se rappelle, les séances de cinéma, les sorties, sa voix avant qu'elle ne se suicide...
    On comprendra alors à la fin l'ampleur de la perte de sa sœur pour ce garçon....

    L'auteur à chaque nouvelle nous émeut, nous étonne. Ses histoires sur fond de violence, d'alcool, de dérives nous plongent dans un monde noir mais au final, il parle aussi de résilience, d'amour, d'espoir infiniment petit parfois. Il parle de retrouvailles, de seconde chance. L'auteur a une façon bien à lui de penser l'impensable et de le transformer en supportable.
    Nos personnages sont tous confrontés à une perte, il y a du suspense, de l'émotion jusqu'au bout et surtout à la fin.
    Toutes ces nouvelles évoquent des personnages qui unis par les liens du sang se découvrent des ressources insoupçonnés pour surmonter la mort, la violence, la mal d'amour.

    L'auteur donne la parole à des ados, vieillards, parents, jeunes, moins jeunes...Ils passent par des étapes de haine, de rancœur, de douleur, ils sont désabusés, paumés, perdus, la violence éclate, elle fait mal mais loin de leur précarité sentimentale ou sociale, il y a l'espoir.
    L'auteur utilise un style enlevé, saccadé, les phrases sont courtes comme si les personnages et les lecteurs manquent de souffle pour supporter l’insoutenable, cependant il y a des envolées poétiques, philosophiques, et nous nous y plongeons malgré l'horreur. On ne peut pas résister à l'écrire de Patrice JUIFF qui à la fin de chaque nouvelle nous laisse entrevoir un monde meilleur.

     

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 27 Décembre 2015 à 20:55

    Je ne connais pas l'auteur. Je vais essayer de retenir le titre car j'aime bien les nouvelles.

    J'aime en lire de temps en temps; j'aime en écrire aussi. Je prépare justement un recueil de 6 nouvelles. Dans chacun de ces textes, on retrouve un personnage de l'histoire précédente. Et la sixième rejoindra la première pour boucler la boucle.

    Bonne fin d'année. 

     

      • Lundi 28 Décembre 2015 à 09:49

        Bonjour Philippe, oui note le titre et l'auteur car c'est vraiment un recueil de nouvelles époustouflant !

        Je te souhaite bon courage pour ton recueil et je suis certaine qu'il sera réussi car tu as une jolie plume.

        Bon bout d'an à toi également et tous tes proches et amis.

    2
    Lundi 28 Décembre 2015 à 16:25
    Alex-Mot-à-Mots

    Un beau message à chaque fin de nouvelles, voilà de quoi remonter le moral.

      • Mardi 29 Décembre 2015 à 10:53

        Oui Alex, disons que l'auteur choisit le dénouement le moins pire et c'est tant mieux....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :