• « L'intérêt de l'enfant » de Ian McEWAN

    Titre : « L'intérêt de l'enfant »
    Auteur : Ian McEWAN
    Genre : Roman
    Éditions : Gallimard
    Année : 2015
    Nombre de pages :233

    Quatrième de couverture :

    A l'âge de cinquante-neuf ans, Fiona Maye est une brillante magistrate à la Haute Cour de Londres où elle exerce en tant que spécialiste du droit de la famille. Passionnée, parfois même hantée par son travail, elle en délaisse sa vie personnelle et son mari Jack. Surtout depuis cette nouvelle affaire : Adam Henry, un adolescent de dix-sept ans atteint de leucémie, risque la mort et les croyances religieuses de sa famille interdisent la transfusion sanguine qui pourrait le sauver. Avant de rendre son jugement, Fiona décide soudainement de se rendre à l'hôpital pour rencontrer Adam. Mais cette entrevue, au cours de laquelle elle découvre un jeune homme romantique, poète et musicien, la trouble. Désormais impliquée personnellement, la magistrate décide de tout faire pour sauver Adam. Seulement sa décision n'est pas sans conséquences et elle se retrouve unie au garçon par un lien étrange qui pourrait bien causer leur perte. Dans ce court roman, Ian McEwan allie avec justesse la froideur de la justice à la poésie et à la musicalité qui imprègnent la vie des personnages. Dans un style limpide, il construit une de ces ambiances oppressantes dont il a la clé et fait preuve d'une complexité thématique impressionnante. A la lecture, les certitudes se dérobent : où s'arrête et où commence l'intérêt de l'enfant ?
    Né en 1948, Ian McEwan est l'un des écrivains anglais les plus doués de sa génération. Il est l'auteur d'une dizaine de romans parmi lesquels Solaire, Expiation , Sur la plage de Chesil , L'enfant volé (prix Femina étranger 1993) et Opération Sweet Tooth . Son oeuvre, maintes fois distinguée, a également été adaptée à l'écran.

    Mes impressions :

    Fiona Maye est juge aux affaires familiales, elle œuvre pour les droits de la famille et place l'intérêt de l'enfant au-dessus de tout.. Son mari Jack est professeur de l'antiquité. Entre eux tout n'est pas au beau fixe. Fiona se consacre beaucoup (trop) à son travail et délaisse sa vie de couple.
    Peu à peu elle se remet en question mais semble refuser catégoriquement les torts.
    Est-ce que son couple va pouvoir être sauvé ? J'ai senti que cela n'était pas sa priorité.
    Écrire une histoire romancée avec cette thématique me paraissait risqué ; elle est à la frontière du récit, de la sociologie et de l'éthique judiciaire, ce qui ne facilite pas les choses puisque cela soulève de nombreuses questions d'ordre moral.
    Au travers du personnage d'Adam, jeune homme de 17 ans qui refuse la transfusion sanguine qui pourrait le sauver, l'auteur mêle la question de la foi et de l'éthique face à celle de la loi. Adam et ses parents font partie des témoins de Jéhovah et ce traitement est contraire à leurs convictions.
    Fiona se rend à son chevet à l'hôpital pour prendre une décision. Doit-elle donner l'ordre aux médecins de soigner le patient contre sa volonté ? Ou bien pense-t-elle que ce dernier a décidé avec ses pleines capacités de raisonnement ? Véritable dilemme !
    Dès qu'elle rencontre le jeune homme il lui parle de sa passion pour le violon, elle, pianiste ne peut qu'en être émue. D'ailleurs il lui joue un morceau sur lequel elle va venir poser sa voix. Ce qui les rapproche.
    Adam est un garçon beau et intelligent qui va la déstabiliser par ses mots et son attitude.
    Adam va la surprendre lorsqu'il lui envoie des courriers et des poèmes qu'il écrit. Un simple petit geste intime entre eux va venir compléter le tableau de la responsabilité de l'adulte face à ces enfants et adolescents.

    Lorsque Fiona décrit les affaires qu'elle traite, elle présente les choses de telle façon que nous comprenons toute la complexité de l'application de cette loi sur « L’intérêt de l'enfant » de 1989. Cependant j'ai trouvé que l'auteur a pris un risque car Fiona elle-même n'a pas d'enfant. Est-ce que sa situation personnelle pourrait la rendre plus objective ? Est-ce que cela lui permettrait de ne pas trop s'attacher aux enfants pour qui elle prend des décisions ?
    Ici sont parfaitement énoncées la question des lois, ainsi, la morale sociale et judiciaire qu'elles impliquent.

    Ce roman aborde également la complexité des sentiments et des situations avec clairvoyance et finesse mais je trouve que l'auteur est assez superficiel dans ses écrits. Il ne nous fait partager que très peu les émotions des personnages ; son style est plutôt théâtral, insuffisamment limpide.
    Cependant il nous dresse un tableau sur la société d'aujourd'hui avec discernement.
    Personnellement j'ai trouvé que l'auteur n'entre pas assez en profondeur dans son récit. Il survole les thèmes peut-être pour que nous puissions nous interroger nous-mêmes sur les questions abordées c'est à dire le couple, la famille, la religion, les choix individuels et collectifs, la justice ?.
    Cependant je pense que les tenants et les aboutissants des affaires traitées sont parfaitement exposés.
    Un livre qui amène à réfléchir mais qui ne laisse (à mon goût) que peu de place à la sensibilité des personnages.

    Un film a été tiré de cette histoire; il est sorti le 01 août 2018. 
    Voici la bande annonce


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 9 Novembre à 21:23

    Mi-figue, mi-raisin ! Je passe ! 

    Bon weekend. 

      • Samedi 10 Novembre à 10:51

        Pruneau alors ? happy intello
        Bon week-end également Philippe. 

    2
    Lundi 12 Novembre à 11:52
    Alex-Mot-à-Mots

    Une lecture que j'avais trouvé intéressante, même si le lien de la juge avec l'enfant ne m'a pas touché.

      • Mardi 13 Novembre à 16:03

        Comme toi Alex, j'ai trouvé leur "relation", superficielle et pas du tout émouvante. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :