• « N'oublier jamais » de Michel BUSSI

     N'oublier jamais de Michem Bussi

    Titre : « N'oublier jamais »
    Auteur : Michel BUSSI
    Genre : Policier/thriller
    Éditions : Presses de la cité
    Année : 2014
    Nombre de pages : 500

    Quatrième de couverture :

    Il court vite, Jamal, très vite. A cause de sa prothèse à la jambe et autres coups du sort, il a un destin à rattraper et l ambition de devenir le premier handicapé à réaliser l une des courses d endurance les plus ardues du monde, l Ultra-Trail du Mont-Blanc. Parti s entraîner, ce matin de février, sur la plus haute falaise d Europe, il a d abord remarqué l écharpe rouge accrochée à une clôture ; puis la vision d une femme, incroyablement belle, les yeux rivés aux siens, prête à sauter dans le vide. Ils sont seuls. Le temps est suspendu. Ultime recours, Jamal lui tend l'écharpe, mais la femme bascule.
    Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, Jamal trouve le corps inerte de l inconnue, un filet de sang qui s échappe du crâne. A son cou, l écharpe rouge.
    Ceci est la version de Jamal.
    La vraie ?

    Mes impressions :

    Début de la parenthèse : le 13 juillet 2014, le lieutenant Bernard Donnadieu écrit au directeur de l'unité de gendarmerie d'identification des victimes de catastrophes pour signaler que 3 corps ont été retrouvés près des falaises d'Étretat.

    Les personnes sont mortes depuis plusieurs mois mais quand exactement  ? Qui sont-ils ? Quelle est la cause de leur décès ?. Fin de la parenthèse.

    Cinq mois plus tôt. Jamal 30 ans, travaille dans un institut qui reçoit des adolescents en difficulté, il est handicapé, porteur d'une prothèse de jambe mais il fait du footing et s’entraîne régulièrement pour participer à des courses de haut niveau.
    Ce matin-là, il fait son circuit sur le sentier de randonnée, en Normandie dans un village prénommé Yport, près de l'hôtel-restaurant où il passe les vacances scolaires. En hauteur dans sa course il aperçoit au loin une femme Denise qui promène son chien, et un homme assez grand (qu'il surnomme Atarax), scrutant l'horizon...
    Il trouve une écharpe en cachemire accrochée à un buisson, il la ramasse, et continue sa course lorsque plus loin au bord d'une falaise, une jeune femme, dans une robe déchirée, les yeux rougis attend, elle veut apparemment se suicider. Jamal s'approche et tente de la raisonner, en lui demandant de ne pas bouger il lui tend l'écharpe pour qu'elle la saisisse, mais la jeune femme le fixe et lui demande de ne pas s’approcher puis soudain saute dans le vide...Fin de l'introduction.
    Trois heures après le décès de la jeune femme, il reçoit une enveloppe contenant des coupures de presse mentionnant le viol et le meurtre 10 ans plus tôt d'une autre jeune femme morte au même âge que l'inconnue trouvée le matin même et dans les mêmes circonstances....
    Morgane était étudiante en médecine, elle avait 19 ans et a été étranglée par une écharpe de cachemire rouge ; mais l'enquête piétinait et n'a jamais été résolue.
    Une troisième victime seulement quelques mois après la première, sera également découverte morte dans le même mode opératoire.

    Suspect, numéro 1 dans l'affaire présente, Jamal va devoir lutter contre l'adversité et prouver qu'il n'est en rien dans cette mort. ...Il va être obligé de trouver lui même les explications à ce meurtre et au viol que la jeune femme a subi. Il va alors faire des recherches sur Internet sur les victimes précédentes, et par la même va aller au-devant des gens et bien sûr des difficultés.
    Il recevra régulièrement des enveloppes avec des éléments inquiétants, voire déroutants à propos des autres victimes ainsi que du déroulement des enquêtes...mais il n'en parlera pas à la police et notamment à Piroz chargé de l'affaire.
    Il rencontre au commissariat, Mona, une jeune femme, excentrique, tous les deux sont attirés très vite l'un envers l'autre. Il lui confiera tout ce dont il a découvert sur ces affaires, sur les similitudes, les incohérences, ses étonnements.

    Mais alors le lecteur commence à douter , est-ce que ce qu'il décrit est vrai ? ; sinon à qui profitent les crimes ? Pourquoi tant de mystères et d'éléments cachés lors de l'instruction des 3 meurtres ?
    Il réexplique aux flics et notamment à Piroz, chargé de l'enquête, ce qu'il a vu ; il devra le faire à chaque fois qu'il sera interrogé. Puis malgré son innocence, tout va l'accabler, les empreintes, son ADN, le sperme trouvé sur le corps de Magali Verron ; mais pas seulement de ce côté-là, c'est un jeune nord-africain, il semble apprécier les gamines qu'il croise à l'institut où il travaille, ceci lui enlève des points du côté de la police.
    Alors, le lecteur est en droit de se poser la question : qu'en est-il exactement ? Victime de machination, meurtrier ? Est-il harcelé ? Ou schizophrène ?
    Certes il y a des rebondissements dans ce roman, ils se coupent, se recoupent, s'entrecroisent, on sent la machination puis revirement de sensation, on ressent la culpabilité de Jamal, mais on se dit que ce n'est pas possible, ce Jamal nous est sympathique.
    Est-il coupable ? Innocent ? La question reste en suspens jusqu'au bout, jusqu'à la dernière révélation, trop vite réglée à mon avis mais, à laquelle on ne s'attend pas.
    L'écriture me ferait ranger Bussi dans les auteurs accessibles, même si parfois il emprunte des chemins tortueux.
    On est intéressé par le récit où l'on ne l'est pas, mais on ne peut pas dire que l'écriture est un point faible chez Bussi. On lit ce roman facilement même si parfois le scénario alambiqué nous fait perdre pendant quelques secondes le fil.
    Le plus, est sans aucun doute le fait que l'auteur sait surprendre ses lecteurs. Les événements s’enchaînent, parfois s'emballent, le piège se met parfaitement en place autour de Jamal.
    Jamal est le narrateur, il s'adresse au lecteur et leur demande de le croire. Cela lui confère une certaine sympathie qui le rapproche du lecteur. Parfois l'envie de le croire et de le soutenir est tenace, somme toute il est attachant....

    Une lecture agréable certes mais qui ne m'a pas emballée plus que cela. Par contre ce que j'apprécie c'est qu'il n'y a rien de sanguinolent dans ce roman, son intérêt réside dans les événements, comment ils sont rapportés, leurs recoupements, la psychologie des personnages, surtout du suspect, ajoutés à ceux-ci la maîtrise du récit et les doutes et les mystères qui planent...

    Du même auteur :
    Un avion sans elle


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 07:58
    Laeti

    Flûte! Encore un avis mitigé! J'espère que tes prochaines lectures te plairont davantage...

    2
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 10:18

    Laeti, je vais être honnête, je traverse une période fort difficile et le goût de la lecture est moins présent, ceci explique sans doute cela....

    3
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 18:11
    Alex-Mot-à-Mots

    J'ai bien aimé, mais sans plus. Pas un de ses meilleur.

    4
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 19:50

    C'est un auteur que je n'ai pas encore découvert. Encore un qui est sur ma liste des auteurs à lire.

    Bon vendredi. 

    5
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 08:52

    @ Alex-mot-à-Mots, pour l'instant je ne vais pas me pencher sur un livre du même auteur car ma PAL est conséquente mais peut-être qu'un jour je reviendrai vers lui....

    @Philippe, bon vendredi à toi aussi et je me doute que ta liste est loooooongue.wink2

    6
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 08:58
    Laeti

    Alors bon courage! J'espère que tes problèmes vont s'arranger rapidement... Bisous sarcastic

    7
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 09:43

    @Laeti, merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :