• « Le caveau de famille » de Katarina MAZETTI

     

     

     

     

     

     

     

     

    Titre : « Le caveau de famille »
    Auteur : Katarina MAZETTI
    Genre : Roman
    Éditions : Gaia éditions
    Année : 2011
    Nombre de pages : 238

    Quatrième de couverture :

    Elle s'est désirée, la bibliothécaire, et lui c'est Benny le paysan. Elledévore avec autant d’ardeur les livres et les produits bio, Benny lui, élève des vaches et n’imagine pas qu’on puisse lire « de son plein gré ».
    Pourtant, ils se sont promis trois essais pour avoir un enfant ensemble. Si cela ne donne rien, c’est terminé pour toujours. Et si ça marche… [Mais chut ! On ne va tout de même pas vous raconter la suite de l’histoire. Néanmoins, les personnes impatientes … pourront en savoir plus…colonne suivante !]
    Comme le disait un critique littéraire suédois : « Le quotidien tue l’amour, la vie de famille l’enterre. » C’est gai. Bienvenue dans le caveau de famille ! Pétillant et jubilatoire.

    Mes impressions :

    Dans « Le mec de la tombe d'à côté » j'avais étais émue par la rencontre de deux êtres que tout séparait. La culture, le niveau de vie, d'instruction, les vies professionnelles ; j'ai presque envie de dire que malgré tout, ces deux là, s'attiraient par leurs contraires.Chacun ne comprend pas vraiment le monde de l'autre, ses désirs, ses priorités. Benny a besoin de sa ferme familiale, de labeur, elle, a besoin de lecture, de vacances...Ils sont aux antipodes l'un de l'autre et pourtant ils se retrouvent dans la tendresse.
    Après une première rupture douloureuse pour tous les deux (fin du premier livre) , Anita une cousine de Benny vient vivre avec lui une histoire d'amour à la ferme pendant un an. Quant à Désirée en mal d'enfant ; et oui l'horloge biologique tourne, elle demande à Benny d'être le géniteur de son enfant... Sans que cela ait des conséquences sur leurs vies amoureuses respectives.
    Elle continuerait à être la bibliothécaire et lui s'occuperait de sa ferme, de ses vaches laitière avec Anita .. Ils se donnent trois essais pour donner la vie....Mais voilà que la nature honore Désirée et lui donne la joie de devenir maman...Elle est enceinte. Anita se doutait de quelque chose depuis quelques temps, les escapades de Benny ne lui ont pas échappées... elle est plutôt peinée de cette situation qui finalement ne laissera présageait rien de positif de son futur puisqu'il n'ira pas en sa faveur. Elle quitte la ferme qu'elle avait arrangé à son goût et Désirée viendra la remplacer. La vie du couple va s'en trouver chamboulée. La naissance a lieu, un petit garçon voit le jour.
    Le quotidien à la ferme n'est pas de tout repos, seulement chacun fera des concessions, Désirée pendant son congé maternité mettra entre parenthèse son métier à la bibliothèque et apprendra à traire les vaches et Benny à changer les couches.
    Désirée fait des efforts mais elle ne comprend pas ce qui motive Benny dans son travail. D'autant plus que l'argent commence à manquer et que le travail fourni, pourtant si dense, intense et difficile ramène peu d'argent à la maison.
    J'ai beaucoup aimé la tendresse sans mot dire qui malgré tous leurs désaccords les unis affectueusement.
    Malgré leurs différences, les problèmes financiers, les épreuves, ils s'entraident. Ils continuent de s'aimer à leur façon sans grande passion mais en étant toujours précautionneux de l'autre. Peu démonstratifs, ils restent très attachés l'un à l'autre. Les sentiments sont là. Vrais et sincères.
    Benny appelle toujours Désirée sa « petite crevette », terme affectueux et doux.
    Les chapitres sont bien découpés : tour à tour, Benny et Désirée s'expriment sur leur vie et parfois même décrive un même événement mais avec leur propre façon de voir les choses.
    Ils racontent leur vision de l'existence, de leur famille, de leur amis, de leur couple.
    Chacun espère secrètement que l'autre abandonne quelques unes de ses valeurs pour les rallier à celles de l'autre, mais peut-on se nier et par là même leurrer l'autre ?
    Dans un langage clair, jubilatoire, tendre,direct Katarina Mazetti continue de nous émouvoir et à faire passer des messages. L'amour ne se réduit pas au sexe, et n'est pas emprunts de grands mots d'amour mais au contraire, de petites attentions au quotidien, d'intentions, de geste tendres. Benny et Désirée apprennent à surmonter leurs soucis et les distances avec un changement de décor car tous deux acceptent de concéder à l'autre la place qu'il mérite.
    Malgré quelques jours en vacances pris pour « se retrouver », au retour les réalités du travail à la ferme les rattrapent ; même si ses quelques moments de répits leur ont donné un nouveau souffle (de courte durée).
    Cinq années passent, les naissances se succèdent, Désirée mettra au monde un second petit garçon et un an après une autre petite fille. On sent que Désirée et Benny sont proches de leurs enfants et cela nous les rend attachants, humains.
    Malgré cela la vie à la ferme pèse à Désirée. Et les rapports entre eux deux se durcissent,...Mais Désirée ne peut se résoudre à vivre sans les siens, sans Benny, son mari. Quant à Benny qui aime profondément Désirée il lui sera impossible à quitter sa ferme pour aller vivre à la ville. Il y est attaché autant qu'à sa famille. Alors ils devront faire des concessions s'entraider faire des efforts pour se comprendre et accepter l'autre tel qu'il est et se remémorer pourquoi ils se sont rapprochés, et, un jour aimés et donc ce qui a touché l'autre au début de leur liaison.
    Les tentations de la crise de la quarantaine sont présentes aussi mais l'amour et le respect de l'autre sont plus importants qu'un coup de canif au contrat. Pour ne pas cesser à la tentation j'ai l'impression que ces deux là ne se forcent pas parce qu'il s'aiment profondément et entièrement malgré la routine et les ennuis qui s'accumulent.On voit deux êtres qui s'attirent, se cherchent s'éloignent mais se retrouvent toujours.
    Les non-dits entre eux, paradoxalement expriment avec subtilité leur attachement respectifs.
    Alors faire des concessions est une forme d'amour sinon LA forme d'amour qui permet d'accepter l'autre tel qu'il est, ne pas le nier, le dénigrer mais l'accepter et tolérer ses défauts.... personne n'est parfait. Finalement l'amour c'est peut-être être près de l'autre tout en lui laissant sa place sans chercher à modifier sa personnalité. Voilà ce que je retiens de ce livre d'amour indéniable.
    Il est une véritable ode à l'amour, au couple, à la famille, aux vrais sentiments de fraternité aussi d'amitié et d’entraide, deux cultures et train de vie différents mais ces deux êtres là sont tellement différents qu'ils en deviennent inséparables.
    Un livre superbe, très bien écrit, facile à lire et très gai malgré tout. Ce roman se déguste comme une friandise !
    À lire !

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 30 Juillet 2013 à 17:22

    Bonjour Sudisine, je trouve que cette suite du "Mec..." est une réussite. Mazetti décrit bine les rapports de couple qui ne sont pas toujours simple. Benny et Désirée qui sont tellement dissemblables forment un couple inoubliables. Bonne après-midi.

    2
    Dimanche 11 Août 2013 à 07:43

    Tu as entièrement raison. Désolée pour le retard de ma réponse mais j'ai fait l'acquisition d'un nouveau PC et je tente e découvrir comment il fonctionne

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :