• « Volte-face » de Michael CONNELLY

     

    Titre : « Volte-face »
    Auteur : Michael CONNELLY
    Genre : Policier/thriller/suspense
    Éditions : Le livre de poche
    Année : 2013
    Nombre de pages : 520

    Quatrième de couverture :

    Incarcéré depuis vingt-quatre ans pour le meurtre d'une fillette et relâché à la suite d’un test ADN qui semble l’innocenter, Jason Jessup a obtenu la révision de son procès. A la demande du procureur du comté de Los Angeles, Mickey Haller, avocat de la défense, passe pour une fois du côté de l’accusation. A ses côtés, son ex-épouse, Maggie « la féroce », et son demi-frère, Harry Bosch. Le trio doit réunir les preuves et les témoignages susceptibles de confirmer la culpabilité de Jessup et de le renvoyer en prison pour longtemps.

    Mes impressions :

    Gabriel Williams (procureur du district Attorney, comté de Los Angeles), demande à Haller avocat de la défense de passer de l'autre côté , du côté de l'accusation ; pour devenir le temps d'un procès un procureur indépendant pour l'affaire « Jessup ».Cette originalité laisse supposer un procès inhabituel.
    L'ex-femme de Haller travaille également pour le district de Attorney. Bosch son demi-frère sera choisi par Haller pour venir le seconder et enquêter sur cette affaire.
    L'affaire : « Jason Jessup » est incarcéré depuis 24 ans pour le meurtre d'une fillette de 12 ans Mélissa. Elle avait été enlevée alors qu'elle jouait dans son jardin avec sa sœur. On a retrouvé sur la robe de la fillette du sperme. Il y a 24 ans le recours au test ADN était beaucoup moins étendu. Le crédit avait été obtenu au témoin oculaire qui n'était autre que la sœur de la Mélissa. Elle avait reconnu formellement la camionnette blanche dans laquelle Jason Jessup était assis à l'intérieur et comme étant l'homme qui y a fait monter Mélissa.
    Jason depuis 24 ans clame son innocence, aujourd'hui il a demandé à ce que le sperme retrouvé dans le pli de l'ourlet de la robe de Mélissa soit testé ! Et surprise le sperme appartient au beau-père de Jason Jessup. Ce nouveau retentissement permet de rouvrir l'enquête ! Jessup aurait-il été alors condamné par erreur ? ; ce qui vaudrait des dommages et intérêts conséquents  en raison du préjudice occasionné.
    Devant cette nouvelle révélation, la cours suprême a donc cassé le verdict ; conclusion pendant 60 jours le district devra rejuger ou renoncer à poursuivre Jessup
    Maggie, Haller, et Bosch vont unir leurs forces et leurs compétences pour que Jessup soit de nouveau jugé coupable du meurtre de l'enfant. Pour ce faire ils partent à la chasse aux témoins clés !
    Haller a accepté l'affaire pour prouver que la société éclairée ne tue pas ses enfants. Seulement la détermination de Williams cache peut-être une autre motivation, qui serait politique, économique ou même pénale ?
    Quelle va être la stratégie des 3 pour que l'affaire soit de nouveau revue ? ; Comment vont-il se débrouiller pour que Jessup soit condamné sans possibilité de réclamer le moindre argent à la ville et au comté ? Cela n'est pas leur objectif premier par contre il l'est sans doute pour Williams.
    Dès le début l'ambiance est palpable avec la récapitulation des faits vieux d'il y a 24 ans ; on a froid dans le dos !Les circonstances et les premiers éléments de l'enquête sont donnés aux lecteurs afin de se faire une idée.
    À l'époque La peine de mort avait été demandée mais elle a été finalement convertie en une peine à perpétuité.
    La première tâche de Bosh est de retrouver le témoin oculaire c'est à dire la sœur de la victime : Sarah.
    Clive Royce un avocat réputé, homme minutieux et parfois indélicat va tenter la déstabilisation de la partie adverse pour innocenter son client.
    Jessup souhaite comme il y a 24 ans plaider non coupable, son avocat veut établir le montant de la caution et demander à ce que l'affaire soit portée de nouveau devant un tribunal. L'établissement de la caution est accepté et Jessup est relâché mais surveillé le temps du nouvel jugement par l'accusation.
    Cette libération n'est-elle pas trop dangereuse pour la société ? Un criminel lâché dans la nature n'est pas pour apaiser les consciences collectives.
    Est-ce que la liberté de Jessup lui avait été retirée frauduleusement, pour des raisons financières et politiques ?
    L'auteur présente l'intrigue et la thématique de façon pointilleuse avec toutes les instances pénales et mises en scène passées, présentes, futures. Le décor est planté rapidement.
    Le lecteur suit pas à pas le rôle de chacun, il plonge facilement dans le monde délicat de la justice Américaine (système judiciaire)
    En ce qui concerne les personnages : la femme de Bosch est décédée, lui s'occupe de leur fille Madeline 14 ans. Haller et son ex-femme ont désormais une relation amicale et une fille en commun.
    J'ai trouvé qu'ils manquaient tous un peu de profondeur ici. On survole leur histoire personnelle sans entrer dans les détails. Bien sûr que cela n'était pas le but principal dans un thriller ni ce que les lecteurs en attendent mais je trouve qu'alors cette intrigue manque de densité, surtout pour les lecteurs qui n'ont pas suivi les livres précédent de Connelly et qui donc ne savent pas que ces trois personnages sont récurrents ! Avec leur vie et faille familiale et professionnelle.
    Les personnages n'ont que très peu de consistance au profit de l'excellente description de la procédure ainsi que de l'analyse faite par les deux parties mais également du suspense qui est limite inexistant.
    Cependant, on apprend beaucoup sur les rouages de la justice, sur ses limites et ses failles.
    Plus encore sur les règles du droit et encore les possibles stratégies de l'accusation et de la défense, leurs arrangements, passes droits et autres manipulations.
    Au début il y a peu de mouvement, mais la qualité soignée et précise de la narration pallie cette petite imperfection.
    Les filatures décrites donnent l'impression d'y assister ! L'attention des lecteurs alors est conservée.
    On va de rebondissements en rebondissements au sein même du procès et les dernières pages sont prenantes mais j'aurais préféré une fin plus travaillée, plus élaborée. Il me manque quelque chose. Dommage !
    Au-delà de l'intrigue j'ai pu remarquer que ce récit montre les institutions à l’œuvre qui n'hésitent pas à utiliser des compromis, souvent pour sauvegarder la réputation des institutions judiciaires. J'ai été aussi surprise de constater que la défense ou l'autorité se bâtent chacune avec cynisme pour son client ou contre le suspect.
    Tous les coups ou presque sont permis pour gagner la partie. On est à la limite des erreurs judiciaires puisque les motivations premières de l'avocat de la défense ou celui de l’accusation est de gagner le procès quitte à balayer ses propres doutes.
    Ce livre reste quand même un bon roman et j'ai pris plaisir à le lire.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 28 Septembre 2013 à 08:46
    Alex-Mot-à-Mots

    Tout ces coups bas contre le pauvre accusé, ça doit faire monter la pression.

    2
    Samedi 28 Septembre 2013 à 08:52

    Oui mais l'accusé n'est pas complètement sans innocence....

    3
    Dimanche 29 Septembre 2013 à 21:26

    Je connais l'auteur mais je ne pense pas avoir quelque chose de lui.

    Bonne semaine à toi. 

    4
    Lundi 30 Septembre 2013 à 18:47

    Merci et bonne semaine également.

    5
    Mardi 1er Octobre 2013 à 20:56

    ça fait longtemps que je n'ai pas lu de polars de cette série. Il faudrait que je reprenne depuis le début même... j'en ai plusieurs chez moi, déjà lus mais à relire.

    6
    Mercredi 2 Octobre 2013 à 16:22

    Et je suis sûre que tu passeras un bon moment

    7
    Lundi 28 Octobre 2013 à 19:40
    laeti (hist. de livr

    malgré ton avis en demi-teinte, j'ai envie de le lire pour découvrir les rouages de la justice...

    8
    Mardi 29 Octobre 2013 à 08:39

    Oui je pense que tu peux aimer ce roman.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :