• « Reine de Palmyre » de A-B DANIEL

    Reine de Palmyre

    Titre : « Reine de Palmyre »
    Auteur : A-B DANIEL
    Genre : roman
    Éditions : XO éditions
    Année : ré-édition 2016
    Nombre de pages : 747

    Quatrième de couverture :

    La nuit où Zénobie vient au monde, au Ier siècle de notre ère, dans le désert de Syrie, non loin de Palmyre, une boule de feu déchire le ciel pour venir frapper la terre, faisant jaillir l’eau du sable et amenant l’opulence à sa tribu. Au même moment, un jeune officier romain, Aurélien, remporte victoire sur victoire, menaçant l’ascension de la princesse du désert.
    Ainsi naissent les destins croisés de ceux qui, bientôt, se livrent un combat acharné pour le pouvoir suprême. Zénobie, reine de Palmyre, vénérée comme une déesse dans tout l’Orient, et Aurélien, Dux Majorum, qui ambitionne de devenir un grand empereur guerrier.

    L’histoire d’une lutte passionnée et splendide

    Mes impressions :

    Je remercie Mélanie Rousset des Éditions XO pour l'envoi de ce roman réédité, intégrant une préface inédite de Jack Lang

    Ceux qui suivent ce blog savent que je lis que très peu de romans historiques. Par goût.
    Cependant, je dois dire que celui-ci est différent car ce récit est romancé. Zénobie, femme guerrière, forte et fragile à la fois fait partie de ces personnages pour lesquels la genèse reste floue. Mythe ? Réalité ? A-t-elle vraiment existé ou est-elle une légende ? Elle a bien vécu en tant qu'épouse d'Odeinath roi de Palmyre mais quand est-il de la vie et des intentions de cette grande dame controversée ?
    Ce roman nous entraîne dans les coulisses de Rome et de Syrie, dans le désert, au milieu des barbares, en Égypte et nous vivons l'épopée de Zénobie.

    240 après J.-C. l'Empire romain est assailli de toutes parts, le Dieu des premiers chrétiens menace les dieux de Rome.
    Sous une tente nomade, dans le désert proche de Palmyre, une petite fille naît. Sa mère alors âgée à peine de 15 ans meurt en la mettant au monde.
    La particularité de cette naissance est que cette petite fille pousse son premier cri au moment où une boule de feu, une étoile déchire le ciel par sa lumière et sa chaleur et frappe la terre, faisant jaillir l'eau du sable en abondance.
    Son père lui donne le nom de Zénobie, convaincu que cette naissance est la volonté de Baalshamîn, Dieu puissant de la terre.
    Le lendemain un garçon âgé de cinq ans ou six, Schawaad fils d'Isakellaïl et de Duram-Elaï la sauve de la noyade.
    Il est de ceux qui vivent dans la simplicité.

    Au même moment, sur les rives du Danube, un jeune officier romain, Aurélien, combat deux mille Barbares avec ses maigres troupes. Grâce au soutien des dieux de Rome, il vaincra. Au soir de la bataille, il devient le héros mythique qui sauvera l'Empire.
    Aurélien vient de Sirmium, Julia Cordelia sa mère est la grande prêtresse de de Sol-Invictus.
    Sa sœur Clodia est amoureuse de lui et n'a qu'une envie : se marier avec son frère pour gagner en force et en puissance. Elle espère tout comme sa mère qu'Aurélien devienne le grand empereur, le grand César.
    Clodia manigancera pour qu'Ulpia une jeune femme proche de la famille soit la femme d'Aurélien et lui donne un fils pour conforter sa puissance sur Rome mais, Ulpia est stérile.
    Pendant les treize années qui suivirent la naissance de Zénobie, l'eau merveilleuse a fait ruisseler richesse et considération sur le père de Zénobie. Au fil des années la puissance d'Adonaï, sa fortune le désigna comme le chef des Maazins, ces croyants de Baalshamîn qui bâtissaient des temples en briques et en pierre dans Palmyre.
    Schawaad qui fait partie des Elkésaïtes , a un don de guérison et contrairement aux gens du désert les Elkésaïtes n'accordent pas d'importance à ce qui brille fortuitement.
    Adonaï veut marier sa fille à Odeinath grand exarque de Rome, roi de Palmyre et sénateur de Rome, mais Zénobie ne pense qu'à Schawaad. Toute sa vie elle va tenter de le conquérir. Elle refuse de se marier à l'homme qu'a choisi son père et pendant quatre années elle apprend la constance et la patience.
    Elle cherche Schawaad, le retrouve à Doura où il étudie le Christ. Alors que les Perses se battent pour Palmyre et Rome.
    Zénobie se fait violer en allant retrouver Schawaad, ce dernier la sauve des mains de son bourreau, puis ils se séparent car lui souhaite se consacrer à Dieu alors vaincue et triste, Zénobie retourne à Palmyre pour épouser Odeinath. Elle revient et apporte l'étoile qui avait été déposée il y a 17 ans par Baalshamîn dans le ciel du désert à sa naissance, une pierre sacrée : la Koba.
    Elle devient Reine de Palmyre, cependant elle refuse d'être l'épouse soumise, elle se donne le rôle d'être celle qui va élever son époux à une grandeur autrement plus essentielle et universelle que celle de la chair. Parce que les richesses de Palmyre comptent autant que celles de Rome, elle promet à son époux de faire de lui une puissance et lui amener la gloire.

    Alors que les invincibles Perses avancent vers leur territoire, Zénobie refuse la défaite annoncée et, le corps sanglé dans une incroyable cuirasse rouge sang, prend la tête des armées de Palmyre.
    Une guerre sans merci entre Les Perses pendant des mois ont assiégé la ville de Rome.
    Schaawad est promu proche de Dieu grâce à un rite de passage. Il est alors Chrétien et défendra ses idées ouvertement. Il s’appellera désormais Simon comme le fils de Jonas.
    Ophala, sœur de la première femme d'Odeinath veut que le fils de sa sœur morte, Hayran soit le seul héritier. Elle refuse que Zénobie devienne mère. Néanmoins c'est Zénobie qui va parvenir à la faire taire de façon brutale.
    Par ailleurs, c'est Dinah l'amie et servante de Zénobie devenue la concubine d'Odeinath qui enfantera en secret le fils d'Odeinath prénommé Whabalath mais c'est Zénobie qui sera sa mère aux yeux de tous. Elle lui promet de faire de lui un grand roi.
    C'est Nurbel le maître d'armes qui lui a enseigné les gestes du combat et à manier les armes.
    Le temps passe, bataille après bataille, par sa force, son courage et sa foi, sa détermination, Zénobie combat avec énergie et insuffle la force à ses troupes. Elle devient une véritable guerrière, respectée de tous.
    Elle inflige une terrible défaite à Shapûr, le roi des rois, l'empereur de Perse. Mais Rome ne supporte pas la réussite de Zénobie et d'Odeinath. Ce dernier est assassiné. Zénobie ose alors l'impensable : défier Rome et ses légions.
    Quand elle apprend la mort de Schawaad, elle va connaître une période de désarroi, de désespoir et de léthargie immense et les victoires ont un goût de défaite.
    Un personnage important va alors lui donner le courage et la force de se battre à nouveau jusqu'au dénouement tumultueux et douloureux, avec toujours des rivalités et des stratégies de vengeance, mais aussi de la fidélité et de l'amitié.

    Ce roman est vraiment intéressant. Il raconte les destins croisés de Zénobie Reine de Palmyre, vénérée comme la déesse Alath, dans tout l'Orient, femme puis veuve d'Odeinath, et Aurélien, le dernier grand Empereur guerrier. Tous les deux se déchirent pour le pouvoir suprême.
    Ce récit est vivant, au rythme mouvementé, il retrace l'épopée de cette jeune femme guerrière qui vise tout comme Aurélien, jeune tribun, la grandeur de Rome.
    Nous retrouvons donc l'empire Romain, l'ascension et les guerres que se livrent Aurélien et Zénobie pour la gloire.
    Les batailles destinées à maintenir et renforcer les limites des empires sont parfaitement restituées, L'ascension des premiers Chrétiens est très bien exploitée s'accompagnent également souvent d'hypocrisie, de mensonge, de dissimulation.
    J'ai aimé le style de l'écriture qui ne lasse pas les lecteurs, elle est fluide, retrace bien les événements, il y a de nombreuses descriptions et j'ai apprécié que celles qui concernent les batailles soient juste évoquées et non décrites de façon sanglante.
    J'ai beaucoup appris sur les mœurs de l'époque, les coutumes, les rituels, la hiérarchie.
    Le destin croisé des deux principaux personnages est bien mis en valeur , bien représenté. On comprend les enjeux de chacun et pourquoi ils se livrent une lutte passionnée, sans merci.

    J'ai trouvé cette femme-déesse, personnage légendaire et/ou imaginaire  fidèle à ses engagements, jusqu'au bout, elle garde ses promesses. Je la trouve touchante de sincérité et de loyauté quand elle témoigne son amour aussi profond et sincère à Schawaad malgré les événements douloureux tout au long de leur vie respective.
    Elle a protégé les Chrétiens pour rester dévoué à l'amour de sa vie.
    La recherche et le tableau des faits historiques instruisent les lecteurs qui ne sont peut-être pas trop au courant de cette période allant de 240 à 275 ans après J-C. De plus ce qui est très intéressant c'est que chaque chapitre commence avec une carte de l'endroit où se situe l'action.
    Il y a du mouvement, de l'agitation, de la stratégie, de la convoitise, des rivalités, des pièges et donc des rebondissements qui tiennent le lecteur en haleine.
    Cependant il est vrai que les nombreux personnages m'ont un peu freinée dans la fluidité de ma lecture, n'étant que très peu au fait de cette période historique.
    La fin tragique, à double tranchant est réussie et me laisse admirative de cette fresque.


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 2 Février 2016 à 13:18
    Laeti

    Cette période ne me branche pas plus que ça non plus... Et en plus s'il y a de nombreux personnages, je ne pense pas le lire... Belle chronique en revanche ^_^

      • Mardi 2 Février 2016 à 16:16

        Merci Laeti pour le compliment, mais j'ai conscience que j'écris trop longuement !!! arf

        Je ne sais pas faire court happy
        Je reconnais que c'est un très bon livre malgré tout !

    2
    Mardi 2 Février 2016 à 14:59
    Alex-Mot-à-Mots

    Finalement, tu as bien fait de te plonger dans un genre que tu n'apprécie pas particulièrement.

      • Mardi 2 Février 2016 à 16:17

        Oui Alex, découvrir ça a du bon !

    3
    Mardi 2 Février 2016 à 21:11

    Moi, j'aime bien les romans historiques. Lorsque l'Histoire est romancée, elle est beaucoup plus digeste.

    J'ai déjà lu un livre de cet auteur? "Incas"? c'est possible? 

    Bonne fin de soirée. 

      • Mercredi 3 Février 2016 à 06:14

        Alors Philippe, ce livre pourrait te plaire. ^^

        Je ne comprends pas ta question !!!! Incas ???

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :