• « Le nénuphar et l'araignée » de Claire LEGENDRE

    Titre : « Le nénuphar et l'araignée »
    Auteur : Claire LEGENDRE
    Genre : roman/essai
    Éditions : Les allusifs
    Année : 2015
    Nombre de pages : 100

    Résumé :

    Vous avez peur des araignées, du vide, du regard des autres, de la maladie. Qu’on vous trahisse, qu’on vous abandonne, que les prédictions de la petite gitane se réalisent. Vous arrêtez de fumer, vous fuyez les insectes et les confidences médicales, vous évitez de monter sur scène, de prendre l’avion, de tomber amoureux, de vous pencher au balcon. Vous ne passez pas le permis de conduire et vous commencez à lire les romans par la fin, un peu comme on mettrait une ceinture de chasteté. Vous croyez que vous êtes paré, qu’on ne pourra jamais vous prendre au dépourvu, qu’il ne vous arrivera rien. Et puis on découvre un papillon dans votre poitrine, vous le sentez battre des ailes. Vous ne pourrez pas faire mine de l’ignorer.

    Essai autobiographique sur la peur, Le nénuphar et l’araignée explore les symptômes, les sources et la genèse de l’angoisse, de la plus intime à la plus ordinaire. Au fil de courts chapitres qui sont aussi des fragments de vie, Claire Legendre démonte les mécanismes psychologiques, physiques et sociaux associés à ce sentiment. Dans un style alerte, parfois drôle, souvent grave sans jamais être complaisant, le récit dessine un chemin singulier entre la France, le Québec et la République tchèque, portant sur l’existence un regard à la fois défiant et désarmé.

    Mes impressions :

    L'auteur explique en début de livre qu'il est né en 2013 à la demande de Jean Marie Jot qui a invité l'auteur à écrire une collection intitulée « Les peurs ».
    Ce texte devait être court, alors l'auteur a parlé de ses propres peurs, pour les comprendre et surtout voir ce qu'elle pouvait en dire....
    Une voyante lui prédit qu'elle mourrait à 27 ans et toute sa vie cette échéance a été inscrite dans on cerveau et a guidé plus ou moins ses choix.
    L'auteur nous parle de sa crainte que cette prédiction se réalise puis élargie la description de ses peurs et notamment sa crainte d'avoir une tumeur suite à la découverte d'un nodule pulmonaire et une malformation au niveau de son thymus.
    Elle parle aussi de ses proches, de leur maladie, de leur peur. Avec justesse elle décrit les angoisses et la peur de mourir.
    Ses peurs pourraient être les nôtres, elles vont de la plus intime à la plus ordinaire. Nos peurs communes à tous...plus ou moins.
    Elle se raconte à travers ses peurs et ses angoisses et nous nous rendons compte au fil des pages que ces peurs sont aussi souvent les nôtres, elles sont générales : peur de mourir, peur de la maladie, du viol, de l'avion, du vide, des araignées etc....
    J'ai trouvé que ce livre est un peu brouillon car trop stylé, les phrases parfois complexes ne permettent pas d'avoir une lecture fluide. Cependant l'ironie et l'autodérision font du bien. Elle nous amuse.
    Par contre là où j'ai trouvé que l'auteur se défend bien c'est quand elle décrit le mécanisme des phobies, et de la peur qui paralyse. Elle parle notamment de l'anticipation, de la vérification, des superstitions....
    Ce livre est à la fois déroutant, surprenant, intimiste et général. Il est intelligent car il révèle des vérités sur le fonctionnement du cerveau face à nos peurs et les étudie de façon physiologique et psychiatrique.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Avril 2016 à 15:13
    Alex-Mot-à-Mots

    Ca m'a l'air d'être un peu fourre-tout quand même.

      • Mardi 5 Avril 2016 à 17:00

        Bonjour Alex, oui j'ai eu un peu ce sentiment également.

    2
    Lundi 4 Avril 2016 à 21:18

    Je ne connais pas mais d'après ce que tu en dis, ce livre ne m'intéresse pas trop.

    Bonne semaine. 

      • Mardi 5 Avril 2016 à 17:00

        Oui Philippe, nous ne sommes pas obligés de tout lire ^^ !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :