• « De rouille et d'os » de Craig DAVIDSON

    Titre : «  De rouille et d'os »
    Auteur : Craig DAVIDSON
    Genre : nouvelles
    Éditions : points
    Année : 2012
    Nombre de pages : 317

    Quatrième de couverture :

    Un goût de rouille et d’os, c’est l’amère saveur du sang dans la bouche. Quand Eddie se fracture les os des mains, sa carrière de boxeur semble finie. Hanté par un dramatique accident dont il se sent responsable, il se lance dans les combats clandestins pour racheter sa faute…
    Deux des nouvelles de ce recueil ont été réunies et adaptées au cinéma par Jacques Audiard.

    Mes impressions :

    Ces 8 nouvelles ont toutes un point commun : des personnages malmenés par la vie et des histoires dures, très dures, limites supportables pour certaines.
    Dans ces nouvelles sont décrits des événements, des drames à l'échelle humaine, comme la maladie, les accidents avec graves séquelles, l'alcoolisme. L'auteur nous décrit des émotions comme le désespoir, la vengeance, la pitié, l’écœurement, la compassion, la haine, l'égoïsme.
    Chacune cependant finit avec une petite dose d'espérance. Celle qui nous pousse à avancer, à se relever, à continuer.

    « Le goût de rouille et d'os » nous parle d'Ali. Le narrateur mêle le passé avec le présent, il nous raconte pourquoi et comment de boxeur professionnel, ancien champion est devenu un combattant à mains nues et de combats illégaux. Un drame est à l'origine de ce changement radical de carrière !
    J'ai été bouleversée par cette nouvelle, qui nous raconte l'histoire de cet homme qui a les os broyés de la main mais pas seulement, son âme est également meurtrie.
    Cette nouvelle est émouvante, touchante, profonde. L'écriture est stylée, appuyée, prenante.

    « Un bon tireur », parle d'Eddie ancien joueur de basket. Il a tenté de transmettre le goût de ce sport à son fils dès son plus jeune âge. Eddie, est aujourd'hui seul et alcoolique. Le père mise tous ces espoirs sur son fils mais ce dernier saura-t-il se défaire de l'emprise de son père qui voit en lui le jeune champion qu'il n'a pas eu la chance d'être ?
    La complicité entre père et fils d'antan n'est plus ce qu'elle était.
    Il y a beaucoup de violence, de mots durs, aucun des deux ne trouve sa place à cause de non-dits.

    « Un usage cruel » est une nouvelle racontant la douleur d'un couple stérile.
    Jay publicitaire et Allison infirmière ont tenté en vain de donner la vie. Alors ils vont élever des chiens de combat. Mais la violence de cette nouvelle évoque la douleur des personnages et de celle qu'ils transmettent aux chiens à qui ils enseignent la haine !
    Les descriptions des combats et des conséquences sur la santé des chiens m'ont été insupportables.
    Il est question de brutalité, d'instabilité, de férocité.

    « La fusée » est le nom de la figure que fait Ben, soigneur d'une orque dans un parc aquatique, lors des spectacles, devant la foule. Cet exercice consiste pour Ben à sortir de l'eau à toute vitesse sur le museau de l'animal. Mais un jour c'est l'accident et il se retrouve unijambiste.
    Il rencontre alors sur les conseils d'un psy les membres d'une association qui sont tous handicapés comme lui et c'est l'occasion d'évoquer le juste retour des choses, une rétrospective de notre vie d'avant : l'hypocrisie, la lâcheté, l'égoïsme, la fuite. Le karma : est-ce que je mérite ce qu'il m'arrive ? Une nouvelle culpabilisante mais prenante et qui nous interroge sur nos actes dont nous ne sommes pas toujours très fiers et qui peuvent avoir des conséquences dramatiques.

    Dans « Insomnies » Graham, travaille de nuit comme repreneur de bien. Il est le mari d'une femme atteinte d'une maladie dégénérative la bradykinésie. Entre eux il a toujours été question d'amour alors il tente de faire au mieux pour que sa femme ne manque de rien.
    Un soir il rencontre Jay, auquel il doit reprendre son mobil-home aux traites impayées. Touché par son histoire, il va lui octroyer un délai supplémentaire. La rencontre entre les deux hommes aura sur lui une répercussion inattendue dans sa vie et celle de sa femme.
    Cet homme est sensible au désespoir de Jay et cela va avoir une incidence positive dans sa vie personnelle.

    « Frictions » nous parle de Sam, accro au sexe. Il va donc devenir acteur pornographique afin d'assouvir ses besoins. Et il va rencontrer Béatrice, est-ce que cette rencontre peut changer ses addictions ? Une nouvelle assez glauque.

    « De chair et d'os » nous présente Roberto, ancien boxeur qui suite à un combat qui a très mal tourné et aux conséquences dont il n'arrive pas à se défaire, devient coach à Bangkok.
    Son ancien entraîneur lui confie Tony 30 ans, un jeune homme trop sûr de lui, une tête brûlée.
    Il s’entraîne dur et ne pense qu'au combat et à gagner pour se prouver qu'il est vivant ; il rencontre Bua, un jeune boxeur Thaïlandais qui lui n'a pas les mêmes aspirations, il se bât pour survivre.

    « Précis d'initiation à la magie moderne », il s'agit d'un frère et d'une sœur abandonnés par leur père magicien et élevés par leur oncle. Je ne peux pas vous en dire plus car je ne suis pas allée au bout de cette lecture. Je ne suis pas arrivée à me concentrer.

    Ce recueil de nouvelles est très dur, glacial, violent. Toutes ces histoires ont pour thématique et point commun les relations humaines et/ou animales. Elles ont toutes quelque chose de brutal.
    On retrouve quelques personnages d'une histoire à l'autre. Tous sont des écorchés vifs.
    Chacun des personnages va en rencontrer un autre qui va modifier légèrement ou plus profondément, le cours de sa vie, celui de son destin.
    Chacun va alors grandir ou voir la vie différemment. L'espoir peut renaître d'une rencontre anodine et nous fait parfois nous poser les bonnes questions et finit par bousculer nos convictions et nos croyances.
    Le style de l'auteur laisse une grande place à la description des faits et des événements.
    Un livre qui laisse une empreinte délicate et indélébile dans l'esprit du lecteur.

    Bande-annonce du film dont Jacques Audiard a réuni deux de ces nouvelles :
    La fusée et de chair et d'os.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 7 Juin à 21:17

    Bof, bof, pas sûr de vouloir lire ça pour le moment...

      • Vendredi 9 Juin à 04:58

        Bien Philippe :-). Message reçu. 

    2
    Jeudi 8 Juin à 08:44

    Je ne l'ai pas lu, mais il me semble que le corps qui manque, l'accident, sont malheureusement des thèmes qui nous parlent, qu'on est libre de fuir, mais qu'il est préférable d'accepter de rencontrer au moins une fois, pour y réfléchir et s'en nourrir. Peut-être pour mieux comprendre tous ces blessés, quand on a la chance de ne pas l'être...

      • Vendredi 9 Juin à 04:57

        Dona, nous sommes tous des accidentés de la vie à des degrés différent, et je trouve très juste ton intervention sur cet article. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :