• « Comment va la douleur » de Pascal GARNIER

    Comment va la douleur de Pascal GARNIER

    Titre : « Comment va la douleur »
    Auteur : GARNIER Pacal
    Genre : Roman
    Éditions : Zulma
    Année : 2006
    Nombre de pages : 192

    Quatrième de couverture :

    On ne saurait dire pourquoi l’univers de Pascal Garnier nous est si proche. Pourquoi il nous envoûte avec des histoires plutôt simples, des personnages a priori ordinaires et malmenés par la vie, des mots familiers et des silences qui le sont encore plus.
    Ainsi Bernard, crétin solaire qui pose sur le monde un doux regard écarquillé. C’est ce qui séduit Simon, le cynique et élégant Simon, « éradicateur de nuisibles » en préretraite, autant dire tueur à gages au bout du rouleau. La rencontre a lieu à Vals-les-Bains. Et le hasard fait bien les choses : Simon a de l’argent, et Bernard, tout son temps. Il sera son chauffeur pour sa dernière mission…

    Avec affection, on range les romans de Pascal Garnier au panthéon de nos auteurs d’atmosphère. Entre Simenon et Hardellet. Entre tendresse et cynisme, réalisme et humour désenchanté. Dans Comment va la douleur ? on retrouve cette façon si singulière et si attachante qui comme un miracle réjouit le cœur et fait du bien à l’âme.

    Mes impressions :

    Le titre évoque une légende d'Afrique. Il dit la vie avec ses souffrances, ses peines et quand elles sont là, si on ressent la douleur alors on est vivant, les gens se saluent ainsi, en se demandant comment va la douleur.

    Le récit commence par une parenthèse, un homme utilise une corde à sauter pour se supprimer et se pendre. Il s'agit de Simon....
    Bernard lui est un jeune homme plutôt gentil, fidèle, naïf....
    Flash-back et retour en arrière, sur leur premières rencontre qui donneront plus tard quelques scènes mémorables.
    Ces deux principaux personnages sont étonnamment étranges. Ils sont haut en couleur, discrets (tout est relatif), psychologiquement troublés.
    Ici l'histoire est concentrée sur trois personnages, Bernard est un peu désœuvré, naïf, il est solitaire mais s'occupe bien de sa mère Anaïs qui aime trop le rhum. Elle n'a jamais été trop présente pour lui quand il était enfant, elle était plutôt dans la création d'entreprise, le commerce, mais aucune n'a rencontré le succès...et puis il y a Simon, un exterminateur de nuisible et nous comprendrons plus loin quelle est la véritable nature de sa profession...et sur leur chemin, viendront, Fiona, maman célibataire, en attente de vie meilleure et sa fille Violette.
    Les deux hommes vont brièvement tenter de concevoir une relation père-fils dont ils ont été privés.
    Bernard imagine que Simon pourrait être le père qui lui a fait défaut. Simon, vieil homme blasé, désabusé, revenu de tout, déçu, malade sera l'homme providentiel.
    Simon demande à Bernard d'être son chauffeur pendant deux jours, pour une dernière mission alors à bord de leur voiture, allant vers le sud, ils vont passer du temps ensemble et apprendre à se découvrir, à partager.
    Ces deux hommes forment un tandem atypique, non conventionnel, ils ont un caractère opposé.
    Simon est heureux d'aller voir la mer, qu'il n'a jamais vue. Et il le manifeste, j'aime son côté naturel.
    L'auteur nous raconte une partie de leur histoire, avec un humour noir, parfois incisif. Il nous narre leur histoire dans la forme peu ordinaire mais dans le fond elle se confond avec d'autres.
    Malgré tout ils sont très attachants et peu importe d'où ils viennent et ce qu'ils font.
    Cette route qu'ils parcourent ensemble leur apporte bien des surprises, parfois belles pour l'un mais parfois pénibles pour l'autre; d'ailleurs ils ne sont pas toujours d'accord sur les dispositions à prendre surtout avec Fiona, Violette, et puis Rose, taxidermiste belge.
    Fiona est donc l'une des figures féminines qui va entrer dans leur vie et donc avec elle viendra le temps de l'amour...Elle aspire à la liberté. Bernard pourra t-il le lui apporter ?

    Le lecteur vit au rythme des aléas des personnages, de leur aventure parfois curieuse et rocambolesque et de leur amitié.
    J'ai vraiment aimé les personnages tellement émouvants. Emplis de désespoir que l'auteur transforme en humilité et humanité.
    Ce roman a des notes de polar mais n'en est pas un.
    Les descriptions sont justes, ce qu'il faut pour se laisser porter par l'histoire avec clarté et pour s'imaginer les scènes singulières voire troublantes, hors du commun.
    L'humour noir est si bien utilisé que cette histoire nous emporte vers un autre horizon, où le mélange des genres est une réussite.
    La fin est plus prévisible que celle du roman précédemment lu « Cartons » ; mais elle reste néanmoins percutante.
    Je conseille donc ce roman et persiste à dire que la plume de cet auteur est sans pareille !


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 20 Novembre 2014 à 21:45

    Une plume sans pareille? Et je ne le connais pas! Impossible de tout lire malheureusement!

    Bonne fin de semaine. 

    2
    Vendredi 21 Novembre 2014 à 08:50

    Comme tu dis Philippe, c'est important de tout lire alors il faut faire des choix difficiles...

    3
    Samedi 29 Novembre 2014 à 16:54
    Alex-Mot-à-Mots

    Un roman lu il y a quelques années mais tellement percutant qu'il m'est resté en mémoire.

    4
    Samedi 29 Novembre 2014 à 16:59

    Je suis ravie que tu aies aimé cette lecture comme tu dis si bien percutante !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :