• « Auprès de moi toujours » de Kazuo ISHIGURO

    Auprès de moi toujours

    Titre : « Auprès de moi toujours »
    Auteur : Kazuo ISHIGURO
    Genre : Roman
    Éditions : Les deux terres
    Année : 2006
    Nombre de pages : 444

    Quatrième de couverture 

    Jadis, Kath, Ruth et Tommy ont été élèves à Hailsham : une école idyllique, nichée dans la campagne anglaise, où les enfants étaient protégés du monde extérieur et élevés dans l'idée qu'ils étaient des êtres à part, que leur bien-être personnel était essentiel, non seulement pour eux-mêmes, mais pour la société dans laquelle ils entreraient un jour. Mais pour quelle raison les avait-on réunis là ? Bien des années plus tard, Kath s'autorise enfin à céder aux appels de la mémoire et tente de trouver un sens à leur passé commun. Une histoire d'une extraordinaire puissance, au fil de laquelle Kath, Ruth et Tommy prennent peu à peu conscience que leur enfance apparemment heureuse n'a cessé de les hanter, au point de frelater leurs vies d'adultes.

    Mes impressions :

    Je vais avoir du mal pour vous donner mes impressions sur cet étrange livre. Il s'agit d'une histoire hors du commun qui malgré quelques longueurs m'a envoûtée. Parfois je trouvais que l'intrigue n'allait pas assez vite et pourtant je n'ai sauté aucune page et j'avais envie de connaître la fin de l'histoire parce que le style de l'auteur est à part.
    Kathy trente ans aujourd'hui raconte son histoire, à elle, Tommy et Ruth, des élèves pas comme les autres, qui au début des années soixante-dix intègrent une école, celle de Hailsham que l'on devine particulière.
    Elle est, disons, cachée, comme le sont tous les élèves à qui des professeurs singuliers enseignent l'art, la littérature, l'histoire, la géographie. Leur monde est clos, ils ne connaissent pas la vie en dehors des murs de Hailsham, cependant ils sentent qu'ils sont des êtres exceptionnels. Ils ne peuvent pas avoir d'enfants, ils sont tous plus au moins intelligents.
    Ils sont entourés de gardiens, mais aussi de Miss Géraldine, de Miss Émilie, la gardienne en chef, et Miss Lucy...et bien d'autres comme celle que l'on appelle «Madame », cette personne qui semble être la directrice et qui pour des raisons inconnues des élèves, vient tous les trois ou quatre mois, voire six mois au centre pour récupérer des dessins, des œuvres faites par les élèves pour qu'elles soient exposées dans une « galerie ».
    Ici tous les élèves, supposent des choses sans vraiment connaître le fond de la vérité, de leur réalité.
    Qui sont-ils vraiment ? Quel est leur rôle ? Pourquoi les cachent-on ?
    Leurs professeurs leur promettent un avenir intellectuel, différent, prometteur. Ils grandissent confinés, mais ne semblent pas malheureux.
    Ils partagent leurs temps comme des jeunes gens d'aujourd'hui d'ailleurs, ils parlent jeux, sexes et relation amicales.
    Leur éducation se fait en trois étapes. Pour la bande composée de Kath, Ruth, Tommy, la première partie de leur éducation s'achèvent, ils sont dispersés alors à l'âge de seize ans, dans d'autres établissements par petits groupes où ils vont parfaire leur formation.
    Ils sentent qu'on leur cache des choses, mais ils ne cherchent pas vraiment à savoir lesquelles malgré les incohérences, et les paroles troublantes de certains de leurs éducateurs.
    Aujourd'hui Kathy la narratrice a trente ans, nous sommes dans les années quatre-vingt-dix et elle raconte donc ce passé. Aujourd'hui Tommy et Ruth ne sont plus auprès d'elle.
    Elle dit qu'elle est accompagnante depuis plus de onze ans, c'est ainsi que commence le roman.
    Il faudra lire de nombreuses pages pour comprendre ce qu'il en est exactement de son activité et ce qu'elle représente véritablement.
    Mais pour comprendre, Kathy explique tout au long du livre ce qu'a été leur vie exceptionnelle.
    On leur enseigne des matières comme l'art, la littérature, les professeurs sont à la fois proches et éloignés des élèves. Ces derniers perçoivent dans leur comportement une certaine retenue, un certain mystère.
    Dès le début on sent une atmosphère inquiétante, Kath parle d'accompagnant, de donneur et jamais n'est mentionné leur parents. Ils semblent être orphelins.
    Et puis une fois arrivés à l'âge de jeune adulte, il y a l'horreur qui les attend mais de leur point de vue, ils ne se rendent pas compte des conséquences de leur éducation. Ils ne s'imaginent pas vraiment la teneur du pourquoi ils ont été éduqués et préservés de cette façon. Ils s'en accommodent car ils n'ont connu que cette vie-là.

    Le style de l'auteur est intéressant dans le sens qu'il livre au compte goutte les informations et amène les pièces du puzzle tellement lentement que le lecteur ne peut pas s'arrêter de lire malgré les quelques longueurs, car ces dernières créent le suspense, l'interrogation et laissent présager une certaine horreur. L'auteur, sait manier sa plume pour nous plonger dans une histoire à la limite de l'étrangeté d'un monde parallèle.
    Il y a une certaine langueur dans le style, l'auteur se promène sur le fil du surnaturel.
    Il reste de plus sur le fil du rasoir, ne révèle pas tout, tout de suite, et le lecteur plane dans un sentiment de frustration et de doute. Il y a un malaise indéniable.
    L'auteur raconte sans pathos, mais avec froideur. Néanmoins certains des souvenirs de Kathy sont révélés avec douceur.
    Ce qui est important aussi c'est de dire que ce roman ne pose pas de question d'ordre d'éthique, qui sont les personnes, qui décident pour ces élèves ? Les raisons de leur lutte seront seulement évoquées vers la fin. Nous ne connaissons pas tous les tenants et les aboutissants. Mais ce mystère crée l’imagination des lecteurs. Les trois principaux personnages acceptent leur sort avec naïveté, sans représailles, sans jamais remettre en question le sort qui semble être le leur.
    Ce livre dérange, inquiète car il pose la question de l'avenir des humains, des procédés médicaux, des traitements, de banques d'organes et de clonage.
    Le sort qu'on réserve à ces élèves particuliers est une fin programmée et fait partie de l’innommable, l'auteur flirte avec l'épouvante.

    Personnellement ce roman me semble réaliste malgré le fil de l'histoire...
    Ce roman a été adapté à l'écran, voici la bande annonce


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 13 Janvier 2016 à 09:48
    Alex-Mot-à-Mots

    Tiens, je ne savais pas qu'il y avait eut un film.

      • Mercredi 13 Janvier 2016 à 14:25

        Oui Alex, moi même je ne me souviens pas d'en avoir entendu parler.
        Il est sorti en 2011 pour la version française.
        Je voulais juste rajouter que le titre du roman, fait référence à une chanson qu'apprécie Kath ....

    2
    Mercredi 13 Janvier 2016 à 21:14

    Je ne connais pas du tout et je ne l'aurais sans doute pas acheté si je l'avais rencontré quelque part... Un peu spécial, je pense...

      • Jeudi 14 Janvier 2016 à 09:09

        Bonjour Philippe, as-tu lu ce livre ?

        Oui spécial mais très bien écrit et une histoire originale et embarrassante.

      • Jeudi 14 Janvier 2016 à 09:09

        Bonjour Laeti, je pense qu'il te plaira. Laisse toi tenter smile

    3
    Jeudi 14 Janvier 2016 à 08:28
    Laeti

    Oui, il a l'air un peu spécial, mais il me tente bien! 

    4
    Mardi 26 Janvier 2016 à 19:55

    J'avais fait un billet sur ce roman : http://aufildesimages.canalblog.com/archives/2015/09/06/32588506.html

    J'ignorais qu'il y en avait eu un film ! Cela me paraît difficile, sans avoir complètement changé l'approche de la prise de connaissance de la raisons d'être des jeunes.

      • Mercredi 27 Janvier 2016 à 14:50

        Coucou Dona Swann, la bande annonce en dit peu, personnellement je n'ai pas vu le film...

    5
    Dimanche 7 Février 2016 à 22:31

    Il faut vraiment que je lise ce roman qui m'intrigue beaucoup! 

      • Lundi 8 Février 2016 à 09:16

        Oui Attrape-mots, je te le conseille...À bientôt

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :