• « Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie » de Virginie GRIMALDI


    Titre : « Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie »
    Auteure : Virginie GRIMALDI
    Genre : Roman
    Éditions : Fayard
    Année : 2018
    Nombre de pages : 462

    Quatrième de couverture :

    «  Je ne t’aime plus »
    Il aura suffi de cinq mots pour que l'univers de Pauline bascule.
    Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s'écouler en attendant que la douleur s'estompe. Jusqu'au moment où elle décide de reprendre sa vie en main.
    Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer.
    Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire resurgir les secrets les plus enfouis.

    Mes impressions :

    L’histoire commence quatre mois après que Benjamin le mari de Pauline, l’ait quittée.
    Elle vit désormais chez ses parents avec Jules, son fils de quatre ans.
    Elle travaille comme assistante dans une agence d’emploi. Après un incident avec un client rustre et raciste, son patron lui octroie quelques jours de congé…..c’est alors qu’elle se sent davantage désœuvrée. Elle décide alors d’écrire chaque jour à son mari, des souvenirs pour lui rappeler les plus beaux souvenirs qu’ils ont en commun et espérer ainsi qu’il revienne vers elle.
    Sa sœur Emma, son mari Jérôme , leurs trois enfants, puis ses parents, sa grand-mère, son frère Romain viennent compléter le récit familial.

    Ce roman parle à chacun de ses lecteurs parce que ce lecteur prend connaissance du quotidien d’une famille commune ou presque, dont les membre ont parfois du mal à vivre ensemble, à se comprendre. Chacun des personnages est là pour rappeler à chacun des autres, ses faiblesses et ses forces.
    Dans cette famille, malgré tout unie, les non-dits, les secrets et les réflexions verbales parfois acerbes, viennent la fragiliser mais parce que finalement ils réfléchissent et se parlent, les liens vont se resserrer. Peut-être pas comme ils le souhaiteraient mais en tout cas la communication passe mieux de semaine en semaine.
    Cette famille est-elle vraiment dysfonctionnelle ? Pas à mon sens, elle est comme toutes les familles…. Face à des difficultés, les membres se soutiennent pour faire face aux difficultés que certains rencontrent.
    Après des épreuves, des vacances, des discussions qui donnent lieu à des révélations, chacun pourra se rendre compte que la vie n’est pas toujours facile mais que partager les moments obscurs, peut être une source d’apaisement. Chacun va finalement y trouver sa place et son compte.

    Tout au long de ce roman, L’auteure met en scène ses personnages ; elle décrit les sentiments avec justesse, souvent avec humour et tendresse. Elle traite plusieurs thèmes, comme la dépression, le deuil d’un enfant, l’alcoolisme, le divorce, l’homosexualité, la vieillesse. Elle parle d’amour, de rapports familiaux, fraternels, filiaux. Plus généralement, elle évoque les relations humaines.

    La fin n’est pas un happy-end et c’est ce qui malgré tout fait le charme de ce roman, parce que l’histoire est crédible.
    Il y a des attentes de la part du lecteur, qui ne sont pas assouvies, il y a des rebondissements, des revirements de situation. L’auteure parle à nos cœurs, avec simplicité. Son style d’écriture est limpide, naturel.
    L’auteure nous renvoie à notre façon de voir le couple, la vie de famille, les relations familiales.
    Pauline m’a touchée parce qu’elle se bat contre elle-même, puis contre la décision de son mari, alors qu’elle aurait dû l’accepter dès les prémices du malaise entre eux. Le pouvait-elle ? Était-elle prête ? Lorsqu’on continue d’aimer une personne qui ne nous aime plus, il est difficile de passer à autre chose sans avoir l’impression d’avoir tout tenté pour la faire changer d’avis, ou pour la garder. Sa démarche était légitime et elle avait sans doute besoin de temps pour accepter ce que son mari lui « imposait ».
    L’autre thématique est le secret de famille. Pauline et Ben ont vécu un drame qu’ils n’arrivent pas à surmonter. Parce que la douleur est trop forte, ils le nient, ou choisissent de ne pas en parler…. Là aussi, il est difficile d’accepter l’inacceptable, l’inconcevable. Alors comme tout un chacun, il n’y a pas d’autre choix que d’apprendre à faire avec ce que la vie nous inflige quand on ne peut rien y faire et que les drames ne sont pas la conséquences de nos actes.

    Retenez cette phrase que dit le psy à Pauline : « Ce n’est pas parce que ça ne finit pas comme on le veut que ça se finit mal »…
    Tout n’est pas noir ou blanc, parfois il faut apprendre à composer avec les souhaits et les réalités des uns et des autres. Nous ne sommes pas maîtres de sentiments de l’autre, ni de ses choix.
    Ce roman là, diffère un peu du dernier que j’ai lu de cette auteure. En effet, il y a moins de profondeur mais il reste malgré tout un livre à la fois bouleversant et réconfortant…


    Il est grand temps de rallumer les étoiles
    Tu comprendras quand tu seras plus grande


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 27 Décembre 2020 à 20:29

    Je l'ai bien aimé, mais il ne m'en reste plus rien. Aussitôt lu, aussitôt oublié. 

    J'aime bien Grimaldi, mais j'oublie ses romans comme pour beaucoup d'autres auteurs d'ailleurs. 

    Bonne semaine. 

      • Lundi 28 Décembre 2020 à 03:39
        C'est normal Philippe. Il nous reste des images, des phrases, une ambiance mais le contenu en lui-même est oublié. Heureusement sinon notre cerveau aurait du mal à faire le tri. Chacune de nos lectures nous fait faire la connaissance de personnages qui deviennent parfois nos amis. Et comme dans le vraie vie, on sélectionne. Bonne semaine
    2
    Lundi 28 Décembre 2020 à 14:01
    Alex-Mot-à-Mots

    Un conseil fort judicieux.

      • Mardi 29 Décembre 2020 à 02:22
        N'est ce pas ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :