• « La fille tombée du ciel » de Heidi W. DURROW

    La fille tombée du ciel de Heidi. W . DURROW

    Titre : « La fille tombée du ciel »
    Auteur : Heidi W. DURROW
    Genre : Roman
    Éditions : Pocket
    Année : 2013
    Nombre de pages : 285

    Quatrième de couverture :

    À onze ans, Rachel, fille d'une mère danoise et d'un père G.I. noir américain, voit sa vie basculer un triste jour d'été. Un drame dont elle est la seule survivante lui arrache sa famille. Recueillie par sa grand-mère, une femme aussi aimante qu'intransigeante, Rachel découvre bientôt la difficulté d'être métisse dans une société qui donne trop d'importance à la couleur de peau. Mais la véritable nature de la tragédie qui enlise Rachel lui sera révélée par Brick, un jeune voisin qui a assisté à sa chute et qui se retrouve, bien malgré lui, dépositaire du seul fragment de vérité susceptible de libérer la fillette des ombres de son passé. Ce roman d'apprentissage, moderne et poétique, décrit l'envol d'un personnage inoubliable, un être trop doué et trop démuni à la fois. Ce beau récit d’une résilience fait un sort à tous les déterminismes et prouve qu’on se remet de tout, pourvu qu’il y ait eu, un jour, de l’amour.

    Mes impressions :

    C'est le récit d'une résilience, celle d'une petite fille métisse qui est surtout belle, intelligente, sensible. Elle est la fille d'un GI noir et d'une mère Danoise, Nella. Elle a les yeux bleus de sa mère et son père a semble-t-il fui face aux responsabilités.
    Le roman commence en 1982 à Portland.
    Rachel va vivre chez sa grand-mère paternelle après les décès de sa maman, son frère et sa petite sœur.
    Rachel est donc recueillie dans la maison où vivent, Loretta sa tante et sa grand-mère. Elles ont des caractères bien différents, l'une est droite, autoritaire, alors que Loretta est douce et bienveillante.
    Dès la première page nous sommes face à un d'un demi-mystère...comment sont morts la maman et les enfants ? Que s'est-il réellement passé ?
    Rachel va devoir se réinventer une nouvelle vie dans une nouvelle ville et faire le travail de deuil.
    L'ex jeune voisin de Rachel, Brick va avoir un rôle déterminant. Quand Rachel était à l'hôpital après l'accident, il lui rend visite et il rencontre le père de Rachel alors inconsciente à son chevet, ce dernier lui fait une confidence.... puis les années passent et Brick à la vie mouvementée décide de retrouver Rachel, il en aura la force malgré son jeune âge et ses dépendances car il a un message à lui transmettre. Il va lui tendre la main et va lui donner les clés pour comprendre son passé et va l'aider à se reconstruire.
    C'est donc l'histoire d'une petite fille qui se qualifie comme la petite-fille-toute-neuve-qui repart-de-zéro. Mais c'est une petite fille fragilisée par un lourd passé. Elle va devoir faire face, elle se cherche malgré les non-dits, et la difficile réalité du racisme. Elle ne comprend pas vraiment le monde, elle ressent l'hostilité qui l'entoure et peu à peu elle va apprendre à déchiffrer le code des adultes.
    Au début elle est perdue, elle tâtonne dans sa nouvelle famille puis peu à peu elle va se familiariser avec l'entourage.
    Elle va grandir avec des souvenirs obscurs sur les circonstances de l'accident.
    Ce roman est triste, émouvant, douloureux mais en même temps il donne espoir.
    L'auteur semble-t-il veut faire passer le message que noire, blanche ou métissée, la couleur de la peau n'a que peu d'importance, nous sommes des êtres humains et c'est pour cela qu'au début Rachel ne comprend pas le regard et les réflexions racistes de certaines personnes, de quelques camarades d'école....et d'autres encore plus sournois.
    Ce livre parle de la reconstruction de cette fillette mais également de personnes pour lesquels la vie est très difficile. Certaines se rencontrent, comme Laronne et Nella, Laronne gentille et aimante aidera Nella à sa façon, avec empathie.
    Dans ce texte, il y a également la confrontation au ravage de l’alcool et la difficulté d'être une enfant à la couleur de peau foncée dans l'Amérique des années 80.
    Le thème de ce roman est nuancé : il ne s'agit pas seulement de ségrégation, il y a aussi cette petite fille victime d'un drame familial qu'elle cache au fond d'elle pour ne pas se briser complètement.
    C'est un très beau et touchant roman sur la douleur d'être jugée sur une couleur de peau, d'être rejetée et sur une reconstruction après la perte d'une famille. On n'en ressort pas indemne.
    Le style du récit est dense, il y a des morceaux du journal intime de la mère Nella, qui nous révèlent bien des secrets ; et puis Rachel raconte à sa manière ce qu'elle ressent. Ses impressions sont naïvement émouvantes. Forte et fragile elle est déterminée et courageuse face au présent.
    L'auteur, varie entre le passé et le présent, la chronologie n'est pas respectée et le lecteur découvre progressivement comment le drame a pu avoir lieu.
    La plume de l'auteur est juste, belle, sans être lourde, elle ne nous étouffe pas ; elle nous parle de réalités.
    La fin avec la révélation des causes de l'accident me laisse bouleversée même si je m'y attendais. L'émotion nous submerge aussi parce que le passage met en scène des enfants innocents et qui avaient toute la vie devant eux pour apprendre à faire avec la couleur de leur peau.
    Je finis cette année de lecture avec ce roman superbe....même s'il est dérangeant, douloureux et qu'il me donne envie de hurler à l'injustice et à l'incompréhension.

    Extraits : Nella écrit :
    « Jamais je n'avais considéré mes enfants comme noirs. Comment apprendre tout ce qui pourrait les blesser ? Je préférerais m'arracher la langue plutôt que de leur faire de la peine / Mes enfants sont à moitié noirs. Ils sont aussi à moitié à moi. Je veux qu'ils puissent être ce qu'ils veulent. Ils ne sont pas une couleur que les gens regardent. »

     « Elle est noire ; je sais qu'elle n'est pas un mot. Si elle n'est qu'un mot, alors c'est comme si elle ne m'avait pas, moi ».

     Rachel dit : « En classe tout ce qui concerne l'histoire des Noirs est passé en revue en à peine un mois. J'en sais déjà l'essentiel, je l'ai appris dans mon autre école. Le plus important c'est l'esclavage, auquel Lincoln a mis fin, et aussi le fait que les Blancs et les Noirs ne buvaient pas aux mêmes fontaines à eau, et Martin Luther King jr. Il y a aussi des femmes noires qui ont marqué l'histoire – Rosa Parks, Harriet Tubman et Phillis Wheathley. Mais à présent je n’entends pas ces histoires de la même façon.... »


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Phildes
    Vendredi 27 Décembre 2013 à 21:23

    Encore un livre à lire absolument? C'est ça?

    Et on dort quand? 

    Bon weekend à toi. 

    2
    Samedi 28 Décembre 2013 à 16:14
    Alex-Mot-à-Mots

    Un roman beau et qui donne envie de hurler ? Je note !

    3
    Samedi 28 Décembre 2013 à 17:12

    @Phildes, oui c'est ça en quelques sortes....

    4
    Samedi 28 Décembre 2013 à 17:13

    @ Alex, je pense qu'il te plaira oui....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :