• « Empathie, de toi j'avais l'espoir » de Sandrine FEAR


    Titre : « Empathie, de toi j'avais l'espoir »
    Auteure : Sandrine FEAR
    Genre : roman contemporain
    Éditions : Le lys bleu
    Année : mai 2018
    Nombre de pages : 216


    Quatrième de couverture :

    Liberty était une ville comme les autres avant que n'arrive la famille Empathie. L'étrange Louise fut la première à attirer l'attention avec sa capacité à retranscrire parfaitement les émotions. Mais son frère William et ses parents étaient aussi dotés de dons extraordinaires. Ils portaient bien leur nom en montrant aux habitants comment faire preuve d'empathie en allant les uns vers les autres. Très vite, l'empathie se développa dans cette ville avec de beaux élans de la part d'habitants pleins d’espoir. Nombreux sont ceux qui avaient envie de croire qu'un monde empathique est possible. Pourtant, ils allaient peu à peu se heurter à la réalité. La compassion, l'indifférence et l'égoïsme semblaient empêcher la concrétisation de leur rêve commun.

    Mes impressions :

    Contactée par l'auteure, je n'ai pas hésité une seconde pour accepter sa proposition de lecture.
    Une fois que j'ai pris connaissance du thème, j'étais curieuse de savoir comment cette sociologue allait pouvoir romancer un thème aussi abstrait et surtout comment elle allait aborder le problème de l'individualisme très présent de nos jours puis comment elle allait motiver les lecteurs à modifier leur comportement et à avoir plus d'empathie.
    Je dois reconnaître que ce livre permet une véritable prise de conscience. Il est une référence sur le comportement des humains dans un monde devenu de plus en plus sombre.
    Les personnages de ce livre nous entraînent dans un monde bien contemporain dans lequel l'égoïsme est omniprésent. Mais quelques-uns se démarquent quand même et ils apportent avec eux un peu d'espérance.
    Le Larousse définit l'empathie comme « la faculté de se mettre à la place d'autrui, de percevoir ce qu'il ressent » et pour la psychologie, « elle est fondée sur un accord spontané avec le ressentir de l'autre. Cette participation affective peur donner lieu à une fusion affective. Si elle se double d'un sentiment de réciprocité affective, elle devient sentiment de sympathie »....

    L'auteure ainsi à travers plusieurs chapitres romancés nous décrit des situations connues, vécues par des personnes comme vous et moi. Elle parle des relations humaines et des différents sentiments qui animent les hommes, surtout l'individualisme et l'égocentrisme. Elle étudie le comportement des gens entre eux en précisant à ses lecteurs les significations différentes des émotions comme la sympathie, la compassion.

    Au travers de la famille Empathie, connue et aimée, l'auteur témoigne.
    Louise la fille, perçoit la vraie personnalité de chacun, William le frère devine les émotions des gens simplement en les regardant.
    Richard le père vétérinaire est rempli d’humanité, la mère Cécile est une femme élégante qui incite par sa bonté à faire des gestes spontanés de gentillesse.
    Cette famille possède la particularité de donner de l'empathie, elle entraîne les autres à en faire autant et le monde va mieux. Mais cela ne peut pas durer éternellement surtout quand la famille Empathie disparaît....


    Malgré une écriture un peu puérile, ce roman est plus une étude qu'une véritable fiction.
    Il est composé d'historiettes, de scénettes de la vie quotidienne. Il met en scènes des proches, des voisins, des collègues. Les vies sentimentale, amicale, professionnelle sont étudiées.
    L'auteure nous décrit le monde tel qu'il est et surtout elle donne des solutions pour qu'il devienne meilleur. Malheureusement parfois il arrive que certaines personnes préfèrent s’appesantir sur leur vie et leur confort.
    L'auteure ainsi dénonce une société qui va trop vite et qui ne facilite pas la vie des travailleurs, souvent en proie au burn-out. Les risques d'une société qui en veut toujours plus, toujours mieux sont bien réels.
    Elle évoque un monde où tout va vite ou la solidarité se fait de plus en plus rare.
    Le monde contemporain devient un monde de plus en plus individualiste, insensible.

    Ce livre a l'avantage de faire passer des messages de bonté, d'entraide mais il dénonce aussi les valeurs essentielles qui peu à peu se perdent, et les conséquences sur la vie de chacun ainsi que sur la bonne santé du monde.
    J'ai trouvé que l'auteure espère un monde utopique car idéal mais je suis convaincue qu'elle a raison à savoir que chacun devrait regarder l'autre et l'écouter. Ne pas juger mais l'aider si besoin, alors je suis persuadé que le monde serait meilleur.
    Le pari de Sandrine Fear était risqué mais j'avoue que ce roman est à mettre entre toutes les mains et je pense même que certains passages devraient être lus et étudiés en classe avec des enfants de primaire. Certaines historiettes sont la base du respect, de l'amabilité et de la politesse. Certes le monde devient de plus en plus complexe, avec comme conséquence un risque accru d'exclusion. Sont en cause les difficultés personnelles dues à un monde en crise économique.
    Les personnages qui se croisent dans ce récit nous ressemblent. L'auteure prend des scènes de la vie quotidienne pour argumenter les comportements. Chacun peut s'y retrouver.
    Même si parfois l'écriture est un peu puérile, l'auteure nous donne envie de faire des efforts, ou de continuer à prendre soin de l'autre, à l'écoute, l'entendre.
    Ce roman est une leçon de vie, de partage, de solidarité. Ils nous aident à espérer un monde avec de meilleurs sentiments. Les personnages se croisent, se recroisent et apportent un peu d'humanité mais malheureusement souvent le sentiment d'empathie perd de sa force parce qu'il est absorbé par l'égoïsme. Il suffit alors que quelques personnes y croient encore pour que la machine se réveille et se remette en route. 

    Un livre fort intéressant avec une thématique sociologique et humaine fort intéressante.
    Merci Sandrine ! « Empathie, de toi j'avais l'espoir » de Sandrine FEAR

    Complément : suite à la mise à ligne de la chronique, l'auteure a tenu à faire un correctif et donc je copie/colle ici son point de vue afin que vous puissiez vous rendre compte des intentions de l'auteur sur son propre livre. 

    Je vous remercie pour cette critique très complète. Il y a cependant deux choses qui me dérangent :
    - qualifier l'écriture de puérile : l'écriture de ce roman est volontairement simple et spontanée comme doit l'être l'empathie.- réserver cette lecture aux enfants de primaire. Je pense qu'elle pourrait l'être aussi bien au collège, au lycée mais je vise avant tout les adultes trop convaincus que l'humain est doué d'empathie donc qu'aucun effort est à faire.


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 18 Juin à 20:17

    Le sujet est original et intéressant. Je pense qu'il pourrait me plaire. 

    Je retiens donc ce titre, moi qui ai aussi l'utopie de changer le monde. 

      • Mardi 19 Juin à 16:02

        Oui j'ai bien aimé comme l'auteure à amener cette thématique et son discours nous permet de nous remettre en question.
        Ce genre de livre est une prise de conscience collective qui amène son lot de changements.
        Bonne journée Philippe

    2
    Mardi 19 Juin à 15:47
    Alex-Mot-à-Mots

    Un sujet qui me tente. Il n'est jamais trop tard pour changer le monde.

      • Mardi 19 Juin à 16:02

        Tout à fait, chacun devrait y mettre un peu du sien, de son temps et de la bonté...
        Bonne journée à toi Alex

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :