• « Au pays des vivants » de Nicci FRENCH

     « Au pays des vivants » de Nicci FRENCH

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Titre : « Au pays des vivants »
    Auteurs : Nicci FRENCH
    Genre : Thriller
    Éditions : Pocket
    Année : 2006
    Nombre de pages : 463

    Quatrième de couverture :

    Kidnappée, ligotée, à peine maintenue en vie par un mystérieux tortionnaire... quand Abbie Devereaux reprend connaissance, seule, dans le noir, une seule idée s'impose à elle : s'échapper. Avec un courage hors du commun, elle parvient à s'enfuir et à mettre fin à cette terrifiante expérience. Du moins le croit-elle, car le cauchemar ne fait que commencer... Abbie a en effet perdu tout souvenir des jours précédant son agression, et la police comme les médecins concluent à l'affabulation d'une jeune femme dépressive. Confrontée à un mur de ténèbres, à l'incrédulité de tous et aux zones d'ombre de sa mémoire, elle veut reconstituer son passé. Pour la guider dans cette quête aux frontières de la folie, Abbie n'a qu'une certitude : si son bourreau existe, il saura la retrouver.

    Mes impressions :

    Abbie Devereaux 27 ans vit avec son compagnon Terry Willnote, dans un appartement de Westcoot Road, Nord-Ouest de Londres. Elle travaille pour la société Jay et Joiner, une entreprise qui s'occupe des décorations intérieures de bureau, elle-même est consultante en aménagement de bureau.
    Le roman commence lorsqu'Abbie peu à peu reprend conscience dans un cachot ; elle s'aperçoit qu'elle ne peut pas bouger, qu'elle est ligotée, qu'elle porte une cagoule et un chiffon dans la bouche... Elle ignore où elle est capturée, par qui et pourquoi et depuis quand ?
    Elle est troublée car elle ne se rappelle plus rien des jours précédant son enfermement, elle souffre d'amnésie ! Elle s'interroge pour essayer de comprendre qui est cet homme et pourquoi il la tient prisonnière ? Que veut-il ? Dans cette première partie la structure psychologique d'Abbie est largement étoffée.
    J'ai trouvé que cette première partie était assez longue. Les descriptions très précises des sentiments de Abbie, et de des ressentis comportent 75 pages ; on y lit tout ce qu'elle pense et ses pressentiments. La peur la paralyse.
    Abbie dans cette position essaie de deviner qui est son tortionnaire en écoutant sa voix consciencieusement et pourquoi il l'a enlevée. Elle tente de lui poser des questions, mais bien sûr il n'est pas coopératif.
    Dans la seconde partie, elle parviendra à se libérer difficilement mais avec courage.
    Elle se retrouve dans une chambre d'hôpital. Elle se repose après cette dure épreuve. Charles Mulligan, est le médecin neurologue qui la teste et elle sera entendue par Jack cross, l'inspecteur de police.
    Après une série d'examens et de tests, la psychologue de l'établissement conclut qu'elle souffre de délire mythomaniaque. Elle pense ainsi parce que son petit ami Terry la battait et buvait de trop alors elle se sentait délaissée. De fil en aiguille, de confidence en confidence les médecins pensent qu'Abbie a tout inventé de son kidnapping parce qu'elle est dépressive. Un chemin et une théorie bien trop courts pour l'inspecteur cross qui croit en partie à la version d'Abbie.
    La troisième partie commence lorsque Abbie quitte l'hôpital. Elle a peur d'être retrouvée par son tortionnaire et se réfugie chez des amis. En les interrogeant elle apprendra que quelques heures avant sa disparition, elle avait démissionné de son travail elle avait même quitté Terry !
    Révoltée et sans preuves c'est seule qu'elle va devoir faire face à l'incrédulité des autres, de ses proches. La honte et la peur d'être retrouvée par son tortionnaire augmentent et ne la quittent plus. Elle devra prouver avec les maigres indices qu'elles trouvent qu'elle n'est pas folle, comme le pense la majorité des personnes de son entourage. Sa quête de la vérité la mène dans des situations dangereuses et/ou inquiétantes, voire étonnantes.
    Elle découvre qu'avant son enlèvement elle habitait chez Jo, qui était semble-t-il une amie mais apparemment elle a également disparue. Elle trouve une clé et s'aperçoit que cette dernière ouvre la porte de l'appartement de Joe ; elle emménage dans son appartement et tente de reconstituer le puzzle des 15 derniers jours de son existence. Quelques infimes parcelles du passé remonte à sa mémoire mais pas suffisamment pour que la police ouvre une enquête sur la disparition de Jo.
    Benjamin un collègue créateur modéliste de meubles, amie de Jo va lui venir en aide. Seule sa mémoire ne lui permet pas de raccorder ses découvertes...Mais qui est-il vraiment ? Lui dit-il toute la vérité ! Je vous laisse le découvrir !

    Ce roman est très bien écrit, avec fluidité.
    Abbie est attachante, elle est incomprise et seule face à l'adversité ; même si seul l'inspecteur Cross a du mal à la laisser sans protection.
    Je me suis identifiée à Abbie dans un contexte différent, par sa sensibilité, sa déception mêlée à la fatalité de n'être pas crédible. C'est pour cela que ce roman est prenant du début à la fin.
    Au fil des pages la tension et l'inquiétude montent. Le suspense se densifie. Des faits viennent contrarier puis confirmer puis de nouveau infirmer les pistes, mais Abbie est -elle réellement en danger ?. L'auteur brouille les pistes avec ténacité et je me suis même mise à douter également sur le bien-fondé de l'épreuve d'Abbie.
    Le début est extrêmement bien écrit et nous met tout de suite dans l'ambiance et l'horreur de la position d'Abbie. En tout cas c'est très angoissant et les sentiments de l'héroïne sont si bien précisés que l'on vit l'enfermement avec elle.
    Je suis restée captivée du début à la fin qui est du reste surprenante car on ne s'y attend pas.
    Une fois en main il m'a été difficile de lâcher ce roman.
    Il nous plonge dans la vie et l'esprit d'une personne qui tente de découvrir la vérité sur son propre enlèvement, de sa vie d'avant l'épreuve et la disparition d'une amie.
    Le style ne laisse pas le temps de s'ennuyer ! Tout est décortiqué, pesé, les personnalités comme les faits et les gestes.

    Vous savez peut-être que derrière le nom de cette auteure se cache un couple de journalistes, Nicci Gerrard et Sean French. Ils partagent leur vie privée comme leur écriture et le résultat d'un point de vue littéraire est un succès !
    Au pays des vivants est un très bon thriller psychologique écrit à quatre mains !

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 17 Juin 2013 à 22:46

    La peur de ne pas être cru est quelque chose de dévorant... surtout quand on sent bien qu'on n'est réellement pas cru !

    Ce doit être un thriller captivant.

    2
    Mardi 18 Juin 2013 à 11:03
    Alex-Mot-à-Mots

    Je ne savais pas qu'il y avait 4 mains derrière ce nom.

    3
    Mardi 18 Juin 2013 à 18:03

    Oui comme tu dis c'est dévorant et tellement frustrant quand on sait que nous sommes honnête...
    Un très bon thriller je confirme. La tension et le suspense vont crescendo, jusqu'à la fin.

    4
    Mardi 18 Juin 2013 à 18:05

    @ Alex mots à mots : Comme toi je l'ai appris après avoir lu le premier roman de ces auteurs. Mais cela n'enlève rien du côté du style, ces deux là étaient fait pour écrire ensemble

    5
    Vendredi 5 Juillet 2013 à 22:55
    Géraldineblog

    4 mains que je n'ai encore jamais lues  ! Je suis découragée devant l'ampleur des livres qui me tentent !

    Au fait, es tu contente de ton changement de plate forme, de son référencement etc...

    6
    Mardi 9 Juillet 2013 à 18:15

    Il est vrai qu'une vie ne suffit pas pour lire tous les livres que nous voudrions !
    Pour la platerforme Eklablog, je suis conquise ! vraiment facile d'utilisation, et de nombresues possibilités. J'ai adhéré immédiatement.
    Le plus c'est que l'on travaille directement en ligne et ça c'est génial. On voit le blog évolue en temps réel. C'est vraiment sympa.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :